« 9 avril | Accueil | Cathophobie carnavalesque »

31 janvier 2007

Franc-maçonnerie, politique et culture de mort

Fm Pour cerner un tel sujet, il faudrait faire référence à de nombreux livres et auteurs et aussi continuer à en écrire tant la promiscuité des loges et de la vie politique est une réalité.
Pour appuyer cette vérité plus souvent péremptoirement affirmée que solidement étayée, passons un peu de temps devant cette vidéo.

D'autres exemples sont cités : relations internationales, Turquie et UE, Côte d'Ivoire 2000, Nouvelle Calédonie 1988; loge maçonnique algérienne à Marseille, etc.
Mais l'implication des francs-maçons dans la culture de mort ces dernières années est bien réelle et fait écho à ce qu'écrivait Léon XIII en 1884 :

"A notre époque, les fauteurs du mal paraissent s'être coalisés dans un immense effort, sous l'impulsion et avec l'aide d'une société répandue en un grand nombre de lieux et fortement organisée, la société des francs-maçons. Ceux-ci, en effet, ne prennent plus la peine de dissimuler leurs intentions, et ils rivalisent d'audace entre eux contre l'auguste majesté de Dieu".

Ce que Léon XII qualifiait en 1826 de "secte dite des francs-maçons" est bien présente au quotidien dans la vie politique de notre pays. Le cardinal Ratzinger rappelait en 1983 l'enseignement immuable de l'Église :

"Le jugement négatif de l'Église sur les associations maçonniques demeure donc inchangé, parce que leurs principes ont toujours été considérés comme inconciliables avec la doctrine de l’Eglise, et l’inscription à ces associations reste interdite par l'Église. Les fidèles qui appartiennent aux associations maçonniques sont en état de péché grave et ne peuvent accéder à la sainte communion".

Lahire

Addendum : un lecteur nous rappelle fort à propos l'existence de cet ouvrage (éd. Téqui) "Les enseignements originaux des papes sur la franc-maçonnerie" de 1717 à nos jours.

Posté le 31 janvier 2007 à 00h09 par Lahire | Catégorie(s): Franc-maçonnerie

Commentaires

Vidéo intitulée "Grand-Orient Frères invisibles de la République 1/3" (France 5 )


http://www.youtube.com/watch?v=uMJ-gSEuor8

Rédigé par : Olivier | 31 jan 2007 00:17:22

Ma foi, je crois que la vidéo que je vous propose est la même que la votre, désolé.

Rédigé par : Olivier | 31 jan 2007 00:18:42

En 81, le peuple était pour la peine de mort.

Ces gens se croient au dessus du peuple, ils forment un gouvernement parallèle. Nul doute que la politique immigrationniste et maintenant la lubie du métissage soit aussi issues de leurs "loges".

Serait-ce la transcription du concept "d'homme universel"?

Ces gens sont dangereux, nous voyons chaque jour un peu plus le résultat de leurs délibérations secrètes.
Pourquoi se cachent-ils ?

Rédigé par : Olivier | 31 jan 2007 00:21:34

Les catholiques n'ont pas le droit d'aller dans la franc maçonnerie, mais il est fort possible que les francs maçons se soit infiltrés dans l'Eglise.

Rédigé par : Eric | 31 jan 2007 00:23:05

D'accord avec une grande partie du texte...mais mettre l'abolition de la peine de mort dans la culture de mort n'est pas très juste. Sans relancer le débat sur ce sujet, n'oublions pas que Jean Paul II était contre la peine capitale...

[je ne mets pas l'abolition de la peine de mort dans la culture de mort. Je m'étends sur ce sujet car, comme dit ensuite, c'est une actualité du jour. Quant à la peine de mort, on ne peut pas dire que JPII était contre. Ce grand pape appliquait l'enseignement de l'Eglise et s'y opposait donc fréquemment. Mais tant d'oppositions ponctuelles ne signifie pas désaccord total.
A relire le paragraphe 2267 du CEC : "L’enseignement traditionnel de l’Eglise n’exclut pas, quand l’identité et la responsabilité du coupable sont pleinement vérifiées, le recours à la peine de mort".
Mais là n'est pas le sujet du post, comme vous le dites si bien.
Bonne journée
Lahire]

Rédigé par : Charles Vaugirard | 31 jan 2007 07:25:11

Mgr Schooyans décrit très bien comment des prêtres, des Evêques et autres prélats se retrouvent malgré eux en cheville avec la maçonnerie : sous couvert d'un échange d'idées cordiale, la maçonnerie invite tel ou tel clerc mais lui demande de ne pas révéler la présence d'homme politique dans la loge !

Ainsi le clerc est devenu complice malgré lui.

Evidemment cela ne se fait pas d'un claquement de doigt. Les maçons savent séduire de manière malicieuse.

Rédigé par : Boris | 31 jan 2007 07:48:19

Je ne pense pas que ce qui est en cause dans la franc-maçonnerie soit la question de la culture de mort, quoique l'idéologie maçonnique y conduise.

En effet, l'idéologie maçonnique, c'est la liberté absolue de conscience et la tolérance universelle.

Ce qui est naturellement contradictoire puisqu'il s'agit d'affirmer sans affirmer. De dire qu'il existe une attitude obligatoire et seule moralement admise, sans que cette obligation morale soit rattachée (prétenduement) à une vérité spéculative. C'est absurde.

De fait on constate encore cette contradiction, ce mensonge, dans la tenue de la réunion : on peut tout dire, mais il faut que votre intervention tienne compte (soit un enrichissement) de à l'intervention du "frère" (les autres hommes ne seraient-ils pas des frères ?), ici encore liberté... surveillée, liberté absolue qui n'est pas absolue car la liberté est contredite par la tolérance.

Il est bien évident que ces contradictions que, malgré la "tolérance absolue" prétenduement de mise, on ne peut mettre en cause, dénotent une "idée de derrière la tête" qui est secrète, même à l'égard des "frères" qui se sont pourtant engagés (merci pour eux).

Arrivé à ce point, il est toutefois évident que la liberté absolue de conscience et la tolérance absolue ne sont évidemment pas si absolues que cela.

Je crois que chacun vit selon ses principes et même s'ils sont, comme en l'occurrence, bancals.

Donc il n'est pas exclu, bien au contraire, que certains franc-macons opinent pour la vie, pour la tradition catholique etc.

Ce qui est en cause, ce sont d'abord ces deux faux principes de liberté absolue de conscience et de tolérance universelle qui sont contradictoires et donc nécessairement faux. Je sais que l'on va essayer un compromis par le troisième principe d'amélioration de l'humanité, mais c'est au prix des deux premiers... Cela confine à la folie, car on arrive à ce que les principes sont faits pour être méprisés.

Il est curieux de constater que ces principes maçonniques sont des corruptions des principes sociaux du christianisme de 1) liberté religieuse, 2) de respect des consciences, même erronées, 3) et d'amour universel.

Rédigé par : Denis Merlin | 31 jan 2007 08:36:24

Lahire,

Il me semble que l'Eglise autorise la peine de mort lorsqu'il n'y a PAS d'autre moyen.

Dans notre société, ce n'est pas le cas.
Il y a la prison.

Rédigé par : Béatrice | 31 jan 2007 12:44:52

Qui sont ces gens qui jugent sans savoir...
qui parlent des francs-maçons en fonction de on-dit

Est ce que je jugerais les habitants des Vosges en globalisant l' "Affaire Grégory", est ce que les vendéens sont de royalistes chouans, est ce que les montpellierains sont des gitans de Stes Maries de la Mer ...

Si vous en voulez d'autres au plaisir

Rédigé par : Didier | 31 jan 2007 22:06:36

Les jugements ont été émis à partir d'une émission de télévision tournée avec l'autorisation, voire à l'instigation, des franc-maçons.

Si les franc-maçons sont différents, il n'ont qu'à cesser de faire des mistoufles. Chacun pourra juger.

Il est trop facile d'avoir le culte du secret, puis de lever un coin du voile, puis prétendre que ce n'est pas ça. Rien que la méthode est révélatrice de la valeur morale et des méthodes de la secte.

Rédigé par : Denis Merlin | 1 fév 2007 17:27:22

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige