Notre-Dame et le travail du dimanche
Faites-connaître Présent

Le Saint curé d'Ars sur le travail du dimanche

Maintenant que le travail du dimanche s'institutionnalise subrepticement en France, tout catholique se retrouvera peut-être confronté à des choix difficiles. C'est pour cela que j'ai recherché quelques enseignements forts sur ce sujet. Après les paroles de Notre-Dame en personne, voici ce sermon toute en puissance du saint patron des curés que j'ai retrouvé ici. Il a le mérite d'être clair :

"Vous travaillez, vous travaillez, mes enfants, mais ce que vous gagnez ruine votre âme etSca votre corps. Si on demandait à ceux qui travaillent le dimanche: "Que venez-vous de faire?" ils pourraient répondre: "Je viens de vendre mon âme au démon, de crucifier Notre-Seigneur, et de renoncer à mon baptême. Je suis pour l'enfer... Il faudra pleurer toute une éternité pour rien..."
Quand j'en vois qui charrient le dimanche, je pense qu'ils charrient leur âme en enfer.

Oh! comme il se trompe dans ses calculs, celui qui se démène le dimanche avec la pensée qu'il va gagner plus d'argent ou faire plus d'ouvrage! Est-ce que deux ou trois francs pourront jamais compenser le tort qu'il se fait à lui-même en violant la loi du bon Dieu? Vous vous imaginez que tout dépend de votre travail; mais voilà une maladie, voilà un accident... Il faut si peu de choses! un orage, une grêle, une gelée. Le bon Dieu a tout sous sa main: il peut se venger quand il veut et comme il veut; les moyens ne lui manquent pas. N'est-ce pas toujours lui qui est le plus fort? Ne faut-il pas qu'il reste le maître à la fin?

Il y avait une fois une femme qui était venue trouver son curé pour lui demander de ramasser ses foins le dimanche. "Mais lui dit M. le Curé, ce n'est pas nécessaire; votre foin ne risque rien." Cette femme insista, disant: "Vous voulez donc que je laisse périr ma récolte?" C'est elle qui mourut le soir même... Elle était plus en danger que sa récolte...

Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui demeure dans la vie éternelle. Que vous revient-il d'avoir travaillé le dimanche? Vous laissez bien la terre telle qu'elle est quand vous vous en allez; vous n'emportez rien. Ah! quand on est attaché à la terre, il ne fait pas bon s'en aller!... Notre premier but est d'aller à Dieu; nous ne sommes sur la terre que pour celà...

Mes frères il faudrait mourir le dimanche et ressusciter le lundi.
Le dimanche, c'est le bien du bon Dieu; c'est son jour à lui, le jour du Seigneur.
Il a fait tous les jours de la semaine; il pouvait tous les garder, il vous en a donné six, il ne s'est réservé que le septième; il veut qu'en ce jour, vous ne travailliez nullement, pas plus que si vous étiez à l'agonie.
De quel droit touchez-vous à ce qui ne vous appartient pas? Vous savez que le bien volé ne profite jamais. Le jour que vous volez au Seigneur ne vous profitera pas non plus. Je connais deux moyens bien sûrs de devenir pauvre: c'est de travailler le dimanche et de prendre le bien d'autrui. Vous avez travaillé en ce saint jour? Donnez aux pauvres une aumône qui surpassera le profit que vous aurez fait".

Lahire

Commentaires

senex

Excellent rappel sur le repos du dimanche.
De plus, il faut sanctifier le Dimanche,c'est-à-dire, en plus de la Messe,un travail personnel de contact avec Dieu pour mieux Le connaître et L'aimer.La promenade en famille peut être une occasion de faire découvrir aux enfants les merveilles de Sa création.Le sport est une sorte de pseudo-liturgie dominicale;après quoi,après qui courent tous ces gens ou que fuient-ils?...Sans parler du foot et autres jeux du cirque!

Marc

Mais le problème est bien là : la France (et la plupart des paus d'Europe, d'ailleurs) a ouvertement apostasié. Les écrits chrétiens (Bible, Pères, penseurs, etc.) ne l'intéressent plus... Et elle ne veut surtout pas en entendre parler.

Lala

Dieu a fait ses desseins dans l'âme des Saints.

Puisons l'enseignement par l'exemple de leur vie et de leur témoignagne, indispensable pour notre chemin vers Dieu.

Que de leçons a tirer de leurs enseignements, à l'image du Curé d'Ars lui-même prêtre, et qui a su guider le troupeau, qu'il a si bien gardé pour le mener au Ciel.

La pauvreté, l'humilité et la charité du Curé d'Ars l'ont mis sur le chemin de la sainteté. C'est ainsi que Dieu donne ses dons et ses vertus, aux âmes qui L'aiment et Lui témoignent autant d'amour et de respect.

Il est donc important de comprendre que sur terre, il faut pas que se soit notre oeuvre qui soit faite, mais celle de Dieu.

Bénissons Dieu et les Saints, car, par la communion du Ciel avec la terre, nous ne ferons qu'un.

charles bories

Savez-vous que le 2 avril 1816, selon une tradition historique bien établie, le laboureur de Gallardon, Thomas Martin a été reçu par le Roi Louis XVIII,à qui il a révélé,par ordre de l'Archange Raphaël, qu'il fallait impérativement " sanctifier le Jour du Seigneur " ?

Et savez-vous que le saint Curé d'Ars a accueilli plus tard, avec la plus grande bienveillance, le fils de Thomas Martin, le Dr Martin, qui était en pélerinage vers Rome, pour y défendre la mémoire de son père, décédé en 1834 ?

Pour en savoir plus :
https://groups.msn.com/forumLouisXVII/l17etreligion.msnw?action=get_message&mview=1&ID_Message=19250

AML

Merci pour votre éclairage, o combien nécessaire dans ce monde à la dérive ! Mais le Saint Curé d'Ars parviendra-t-il jusqu'à nos hommes et femmes politiques ?
En cette Sainte Nuit de Noël 2007, nous pouvons prier plus que jamais " notre Père, que ton règne vienne"...

michaël

Et surtout il faut que les catholiques ne se rendent pas le dimanche dans ces magasins ! Car ceux qui font le plus de tort au repos dominical sont ceux qui alimentent ce système et pas forcément ceux qui ne gagnent pas beaucoup et essaient d'arrondir leur fin de mois, le Seigneur sera plus indulgents pour ces derniers...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.