Morne pays
Encore une chapelle vandalisée

Les Wallons favorables à un rapprochement avec la France

Près de la moitié des Wallons se disent favorables à un rattachement de la Wallonie (la moitié Sud du pays sans la région de Bruxelles) à la France (49 %). Plus que ce score important mais pas écrasant, c'est son évolution rapide depuis six mois qui étonne : + 20 % (29 % alors).

31 % n'y sont pas du tout favorables. Dans une logique géographique, les provinces du Hainaut et de Namur disent oui à 56 et 57 %.

En France, 60 % de nos compatriotes se prononcent en faveur du rattachement de la Wallonie. Ce score net monte même à 64 % pour les sondés du Nord - Pas-de-Calais (34 % ne sont pas favorables).

Michel Janva

Commentaires

knock

trés bon article du dernier numéro du journal RIVAROL sur ce probléme

luc

Les wallons sont en grandes difficultés.
Ils ont tout misé sur l'Europe de Bruxelles pour se transformer en fonctionnaires de cette institution.
Pour cette hydre,ils ont abandonné tous les secteurs vitaux de leur économie . La sidérurgie à Arcelor puis à Mittal, leur énergie à Total et leur électricité nucléaire à Suez.
Économiquement ils sont totalement appauvris provoquant la colère des Flamands qui ne souhaitent ainsi se transformer en serviteurs de l'Europe.
Rejetés par les Flamands, les Wallons se tournent vers la France (un des bénéficiaires de cette débâcle) comme Mayotte en son temps.
C'est triste pour nos cousins à qui nous sommes très attachés culturellement.
Il faut savoir que la Wallonie est devenu un boulet économique.

Yves54

C'est un vieux rêve français que de rattacher la Wallonie à la France. Mais ne rêvez pas trop, la Belgique a connu moult remous et s'en est toujours sorti. Les querelles linguistiques vont rester des querelles.

Je ne sais pas comment ils ont fait leur sondage. En revanche, je sais ce que ma famille en Wallonie me dit. Et c'est très loin du rattachement à la France. Les wallons sont très patriote en ce moment. Ils défendent leur pays comme jamais ils ne l'ont fait depuis que la crise a commencé.

La Belgique restera belge.

lesloups

Pour moi, qui suis du Nord Pas de Calais, ce rattachement viendrait plomber une région qui connaît encore de grandes difficultés, notamment dans sa partie "sud" (de Valenciennes aux Ardennes)dont l'état économique dégradé est très proche de celui de la Wallonie belge.

Culturellement, ce serait logique ... mais alors on détruit l'équilibre de 1830, établi par la création ex nihilo d'un Etat fédéral.

Je proposerais alors (sur le mode la plaisanterie)qu'on se répartisse la Wallonie entre Champagne Ardennes et Nord Pas de Calais ! Après tout, la RFA a bien intégré la RDA !!!

Mais enfin, tout çà repose sur un fond de terrible égoïsme flamand : de 1830 à 1965, les pauvres, c'étaient eux, et ils étaient ssubventionnés par la Wallonie florissante.

Jacques

Est-ce seulement la solution??

N'est-ce pas là une victoire de l'Europe de Lisbonne??

Doit-on se réjouir de la disparition d'un Etat souverain??

Certes nous avons des points communs avec les WALLONS, mais il me semble que bon nombre d'entre eux sont avant tout fiers d'êtres belges.

Et lorsque l'on parle avec le belge de la rue, on se rend compte que les problèmes institutionnels sont surtout des problèmes de bureaucrates qui ont laissé perdurer des institutions d'une lourdeur excessive pour un si petit pays:
- 3 états (wallonie, flandre et Bruxelles);
- 3 communautés (francophone, flamande, et germanophone);
- des régions;
- un Etat fédéral.
et dans chaque un gouvernement, à tel point que l'on peut dire que si proportionnelement il y avait autant de minsitre en Chine qu'en Belgique, il y aurait 1 million de ministres chinois.

Cela tient à la construction de la Belgique en 1830 qui s'est faite il faut le dire un peu artificiellement. Cela nécessite un roi avec une personnalité forte, ce qui était le cas de Baudouin, et qui est moins le cas de l'actuel.

Je pense donc que si nous pouvons apprécier les Wallons, il n'est certainement pas de leur intérêt qu'ils deviennent français.

L

Cette info est une catastrophe pour la France et les nations d'Europe. Il faut s'opposer fermement à ce type de réaction (rapprochement linguistique). En effet, après avoir fait voter à l'UE la possibilité d'avoir officiellement 2 langues maternelles, l'Allemagne devrait plaider rapidement auprès de l'UE, un texte de loi pour que les citoyens puissent être rattachés selon leur volonté à un des pays dont ils ont la langue maternelle. Les Allemands ont tout prévu : l'Alsace et la Lorraine (qui ont 2 langues maternelles), les Sudètes, la Poméranie ont leur place toute prête dans le futur grand reich allemand toujours en point de mire (un moyen de résoudre leur problème démo) : par exemple, code postal et numérotation téléphonique, etc leur sont réservées depuis la réunification dans le nouveau découpage du pays. Je n'ai pas de lien en tête, mais j'ai lu ça à plusieurs reprises sur le net. Il y a de très bons dossiers là-dessus.
Cette explosion de la Belgique sur des critères linguistiques signe la fin des nations culturelles après la fin des Etats... C'est la fin de la fin.
Il faut dénoncer et refuser ce qui sera une jurisprudence grave!

Amédée

Et après on nous sortira des sondages vantant la réunification de la Normandie, celle du Pays Basque, le rattachement de la Savoie avec ses anciennes composantes, etc.

Attention à ne pas faire le jeu des eurocrâtres qui veulent la destruction de la Nation au profit d'une Europe de régions.

Bertrand

Qu'ils se les gardent leurs Wallons avec leur socialisme, leurs retraites et leur Etat Providence plombé par une montagne de dettes à faire exploser les critères de Maastricht. Dans ce pays autrefois si prospère grâce au textile et à la sidérurgie, même les vaches ont l'air triste et avec leur robe grise et une regard qui vous arrache les larmes: "mais qu'est-ce qu'on s'emmerde ici!" La proximité du Luxembourg ne leur a rien appris en matière de prospérité. Alors ce n'est pas le rattachement à la France - même gouvernée par un génie suractif - qui les guérira de leur bêtise.

titou82

Une question , si la Wallonie devient Française , alors l'homoparentalité et le mariage homo ne seront plus autorisé dans cette province ?

Benoit

Je crois que Bertrand est Flamand! ;-))

marie courtoy

Dieu Merci, étant francophone, j'habite Bruxelles et ne devrait sans doute jamais être française.
Je réponds pêle-mêle à quelques divagations...Le roi Albert n' a pas les mêmes pouvoirs qu'avait le roi Baudoin. Suite à son affaire sur l'avortement(merci quand même)les pouvoirs du roi ont été réduits. C'est quand même le roi Baudoin qui à admis cette régionalisation avec un partage problématique du Brabant qui entoure Bruxelles. Problème que les flamands veulent résoudre.
Les wallons sont à majorités PS, cela vous rapelle quelque chose...Ils ne sont pas tous pour l'Unité de la Belgique, même de -en- comme le montre ce sondage.Beaucoup de wallons sont même devenus arrogant et désagréable vis à vis des flamands.
Au dernieres élections Mr Leterme à remporté haut la main les élections, mais son pendant francophone, MMe Milquet déclarait le soir même qu'elle ne s'entendrait pas avec lui, elle est arrivée à faire revenir le PS, grand perdant des élections au gouvernement. Notre devise est et restera "L'Union fait la force".

Gabarel

Je suis pour le rattachement, rien que pour emmerder le gouvernement Anglais qui a fait la guerre à la France ,après 1789, à cause, entre autre, de la Belgique. Et pour que les Pitt se retournent dans leur tombe.

Malleus

Damnation, les socialistes et les écolos wallons sont encore pire que les nôtres.

Pascal G.

Que la Wallonie se rattache au Luxembourg : la mère du grand-duc était la soeur de Baudouin, et l'une des provinces wallonnes s'appelle le Luxembourg, car elle a été ôtée au Grand-Duché lors de la Création de la Belgique par les grandes puissances européennes. la moitié des wallons du Luxembourg belge travaillent d'ailleurs au Grand-Duché. Voir les socialistes et les libéraux Wallons, maçonnisés et immigrationnistes à un point qui gênerait Alain BAUER et La LICRA mêmes, devenir des acteurs de la vie publique française ?
Non merci. Nous avons déjà les zones désindustrialisées du N-PdeC, et de l'Est français, socialisées, quart- et tiers-mondisées : la Wallonie ne nous apportera rien de très positif, sauf le fait que la Fondation HERGE deviendrait de droit français. Les Wallons ont fait le choix du socialisme et de l'assistanat après la guerre, en chassant au passage leur Roi, Léopold III, jugé trop à droite, pour mettre son fils Baudouin, sans autorité du fait de sa jeunesse, sur le trône : les Flamands ont profité du vide wallon, et de la crise des indiustries wallones du charbon, de la chimie et de l'acier.
Nous avons fait de même en 1945, et nous sommes nous aussi endettés et mal en point.
Les Flamands restés très catholiques jusqu'à Vatican II ont eu longtemps de nombreux enfants, alors que les Wallons se la jouaient évolués et avancés, et ont décru démographiquement.
La France est déjà l'exutoire des problèmes africains et nords africains : les wallons en plus ? Cela ne saurait se faire.

Emmanuel P

«Si les Wallons veulent rejoindre notre pays, il serait mal venu de s'y opposer !», dit-il au Figaro. Villiers a déjà réfléchi à la question et cite l'article 88 de la Constitution, «qui permettrait d'accueillir les Wallons dans une sorte de contrat d'association». Mais s'il se montre bien disposé à l'égard des «rattachistes» belges, Philippe de Villiers tient surtout à dénoncer l'Union européenne, qui «développe des forces centrifuges néfastes, susceptibles de conduire le fragile attelage belge à l'implosion.»

Député européen souverainiste, «né Belge», Paul-Marie Coûteaux proche de Philippe de Villiers observe lui aussi avec «consternation» cette «destruction progressive des États aux bénéfices des régions, de petites entités politiques sans grand rayonnement qui vont rendre naturel le transfert des prérogatives au super État européen». Pour le député, si possibilité de «rattachement» il y avait la France devrait trouver en face d'elle «une autorité légale et légitime» pour discuter. Et il tient à rappeler que «Bruxelles excepté», les francophones «sont Belges et non plus Français que par la volonté conjuguée de l'Angleterre et de l'Allemagne, au XIXe siècle».
https://www.lefigaro.fr/

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.