« Culture de vie : la feuille de route de Mgr Chaput | Accueil | Le salaire des grévistes »

12 février 2009

La République des copains : et le bien commun ?

Lu dans Les Echos :

P "EDF, France Télécom, France Télévisions, La Poste, Air France-KLM... D'ici à fin 2011, ces entreprises publiques verront le mandat de leur patron arriver à son terme. A l'Elysée, leur remplacement se prépare activement. Car le chef de l'Etat tient à choisir ses capitaines d'industrie. Une manière d'asseoir son autorité sur la sphère économique. Déjà, des noms circulent... [...] A l'Elysée, le sujet est devenu une obsession. Le tempérament du président, peu enclin à travailler avec des personnalités qu'il n'a pas nommées, y est pour beaucoup. [...]

A l'Elysée, c'est François Pérol, le conseiller économique du président, qui a la haute main sur le casting, épaulé par Raymond Soubie. Il peut compter sur le concours de deux agents recruteurs de poids à l'extérieur : Henri de Castries, président d'AXA, et Alain Minc, conseiller de nombreux patrons, essayiste et boîte à idées du président. A eux la mission de repérer les candidats crédibles à chaque poste. Une tâche beaucoup plus difficile qu'il n'y paraît. «La vérité, c'est qu'ils n'ont pas l'embarras du choix», dit un patron. «Il y a une vraie pénurie de dirigeants en France. Personne n'a envie de rejoindre une entreprise contrôlée par l'Etat. D'autant que les rémunérations ne sont évidemment pas les mêmes que dans le privé.» [...]

Nicolas Sarkozy dispose d'un autre vivier : celui de ses anciens collaborateurs. C'est singulièrement vrai pour ceux de la période 1993-1995, durant laquelle l'actuel président a été ministre du Budget. Il n'a échappé à personne que Frédéric Oudéa, nouveau patron de la Société Générale, en a fait partie. De même que Pierre Mariani, son ancien directeur de cabinet nommé à la tête de Dexia en octobre dernier. [...] Surtout, plus on s'avance dans la crise, plus Nicolas Sarkozy se laisse aller à une appréciation très extensive de son pouvoir de nomination, y compris dans le secteur privé. [...] Une manière, surtout, d'étendre son autorité sur les grandes entreprises françaises."

MJ

Posté le 12 février 2009 à 07h59 par Michel Janva | Catégorie(s): France : Politique en France

Commentaires

Ce n'est pas la République des copains. C'est la mise en place de la tyrannie Sarckozienne...

Rédigé par : Tigre Noir | 12 fév 2009 10:35:04

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige