« Barack Obama se couche devant les musulmans | Accueil | Turquie : Barack Obama a-t-il commis une faute politique ? »

07 avril 2009

Préservatif/Sida : le ministère de la santé du Bénin savait

De Mgr N’Koué, évêque de Natitingou dans le Nord du Bénin, dans son bulletin diocésain de décembre 2000, sous le titre "le préservatif n'arrêtera pas le Sida" :

N "La lutte contre le sida à l’aide des préservatifs est en cours depuis des années. Mais le sida va toujours galopant. N’est-ce pas déjà une preuve de son inefficacité ? Il n’a pas été inventé pour lutter contre le sida. Il a été fabriqué pour limiter les naissances. Comme tel, son taux d’échec varie entre 10 et 20% selon l’OMS : c’est énorme. Et ceci quand le préservatif est bien confectionné et bien conservé. [...]

Lors de la rencontre des évêques du Bénin et d’une délégation du ministère de la santé à Kandi, le 23 novembre dernier, la délégation ministérielle a bien reconnu l’efficacité des moyens préconisés par l’Eglise ; de là une question : pourquoi ne met-on pas autant de vigueur et d’investissement pour promouvoir ces deux moyens ? Non seulement on ne les prend pas en compte, mais encore on les occulte, ce qui est encore plus coupable. Cette délégation a reconnu aussi que le préservatif en latex n’est pas fiable à 100%. Elle a aussi reconnu que la chaleur chez nous et le peu de soin qu’on porte à la conservation des produits pharmaceutiques détériorent les préservatifs et diminuent encore leur supposée efficacité. [...]

Plus on fait la promotion du préservatif, plus on encourage les dépravations sexuelles et plus le nombre de cas de sida augmente. Les statistiques nous disent que l’année dernière il y a eu en Afrique 2,4 millions de victimes. Le sida tuerait 11 fois plus que nos guerres ethniques. Cela ne peut réjouir que ceux qui proclament que l’Afrique est surpeuplée. Il y a des voies plus puissantes, plus efficaces et surtout plus humaines que le préservatif : l’éducation intégrale des adolescents et des jeunes, l’usage responsable de la sexualité. L’exhortation au port du préservatif tend à dévaloriser la sexualité et à l’ordonner au seul plaisir immédiat. Le sexe sans amour nous rabaisse au rang de l’animal ou de la bête en chaleur. Il est urgent de retrouver le chemin du bon sens et de la responsabilité. «Errare humanum est», on peut se tromper mais persévérer dans son erreur c’est diabolique. Et c’est triste de savoir que ce sont nos pauvres piécettes qui font tourner les usines des pays étrangers qui fabriquent ces préservatifs qui ne préservent pas. Pauvre Afrique, secoue la tête et dis NON au préservatif. Aie pitié des nombreux orphelins abandonnés à leur sort."

MJ

Posté le 7 avril 2009 à 08h06 par Michel Janva | Catégorie(s): Sciences

Commentaires

Tout est dit et bien dit.Bravo à Mgr N'Koué.Dieu bénisse le Bénin et tte l'Afrique et sauve l'Afrique contre le pourrissement des consciences.

Rédigé par : daugan | 7 avr 2009 10:02:41

On cherche à changer les comportements en matière d'écologie, de nutrition, de conduite sur route, de sécurité. Pourquoi ne le ferait-on pas avec les comportements sexuels ?

Rédigé par : RL | 7 avr 2009 14:21:19

Bravo!

Rédigé par : jeffmoveone | 8 avr 2009 01:56:45

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige