« Les lourdes conséquences de la pornographie | Accueil | Egypte : ces grands démocrates qui veulent la mort des apostats »

03 février 2011

Samir Geagea entame les négociations avec le Premier ministre libanais

Lu dans Présent :

G "l’ancienne majorité, la coalition dite du 14 mars, [...] a désigné Samir Geagea pour entamer des pourparlers avec Mikati qui prétend toujours former un gouvernement d’union nationale. Le problème, c’est qu’il semble être tout seul à le vouloir ! Après avoir qualifié son premier entretien avec Mikati de «franc, honnête et direct», Geagea a déclaré avoir expliqué au Premier ministre désigné que, pour le 14 mars, «la nouvelle majorité c’est la Syrie et le Hezbollah, ce qui signifie la tutelle et cela nous inquiète. Nous craignons d’assister à des mesures telles que celles que nous avons connues entre 1990 et 2005». On ne peut être plus clair.

Quant au Hezbollah il exige d’avoir seul le droit de désigner les ministres mahométans du gouvernement et ce quelle que soit leur confession : druzes, sunnites ou chiites. Le général Aoun, au diapason, affirme avoir seul le droit de désigner les ministres chrétiens, refusant même au président de la République – maronite – ce droit.

En résumé, ils ont violé les coutumes et les usages libanais lors de la désignation par les Chiites d’un Premier ministre sunnite… Ils continuent avec tous les autres postes et le domaine réservé à chacune des communautés de la mosaïque libanaise. Si cela ne s’appelle pas un coup d’Etat et l’hégémonie d’une communauté sur toutes les autres, on se demande bien à quoi cela pourrait ressembler d’autre."

Posté le 3 février 2011 à 13h09 par Michel Janva | Catégorie(s): Pays : Liban

Commentaires

Il faut noter que le président SARKOZY publiant hier un communiqué sur l'Egypte demandant une ''transition rapide'' a oublié le LIBAN : la dictature du Hezbollah qui s'instaure au LIBAN, avec l'appui de la Syrie et de l'Iran, le préoccupe moins que le maintien au pouvoir de Ben Ali, qui donnait des villas ou hébergeait ses proches il y a encore peu ou de Moubarak maintenant.
Mais c'est logique : au Liban, les victimes seront principalement les communautés chrétiennes.

Rédigé par : PG | 3 fév 2011 16:04:35

Les chrétiens divisés avec en leur rang le peu recommandable général Aoun feront les frais de cette nouvelle déstabilisation.
De plus leur protecteur et porte-parole inflexible et respecté,le patriarche cardinal Nesrallah Sfeir n'est plus là pour faire entendre la voix de ceux qui ne pactisent pas avec le Hezbollah!

Rédigé par : xenophon | 3 fév 2011 18:02:48

attention vous insinuez que Michel Aoun est chiite!!
et çà m'étonnerait que Walid Jumblatt laisse Nasrallah désigner les ministres druzes...
le copier-coller c'est bien mais parfois c'est un peu facile..!
à ce sujet: http://www.lesconversationsfrancaises.fr/crise-libanaise-et-crise-egyptienne-bouleversements-strategiques-en-perspectives/

Rédigé par : Henri | 4 fév 2011 14:35:21

quelles libertés pour les chrétiens du Liban?
où sont les humanistes en peau de lapin de la "libre volonté"?

Rédigé par : Sancenay | 4 fév 2011 15:16:00

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige