« Un campus universitaire transformé en laboratoire du Gender | Accueil | Etendre le droit à l’objection de conscience aux pharmaciens »

07 octobre 2011

Mieux vaut en rire

A Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

Posté le 7 octobre 2011 à 19h58 par Michel Janva | Catégorie(s): France : Société

Commentaires

mêlez-vous de vos onions !

Rédigé par : lulu | 7 oct 2011 20:02:59

C'est pour avoir pignon sur rue sans doute...

Rédigé par : PK | 7 oct 2011 21:16:33

Le Figaro est de ce point de vue le journal le plus nul que je connaisse (Le Monde a ses correcteurs, encore) : vocabulaire peu étendu, beaucoup de fautes de grammaire d'orthographe...

Rédigé par : Jean | 7 oct 2011 21:20:33

Réservé à l'arrachage de champignons ....

Rédigé par : Thadée | 7 oct 2011 21:30:26

Enfin ! C'est triste, il devrait savoir qu'il y a deux "P" à oppignons. Merci Aspro !

Rédigé par : Hermine | 7 oct 2011 22:15:13

euh... c'est un fake?

Rédigé par : loupiot | 7 oct 2011 22:56:54

Et Bordeaux, c'est le pluriel de .....

Rédigé par : benoit | 7 oct 2011 23:15:08

Hélas, qui se souvient encore que le son gn (ɲ en phonétique) est bien différent du n + mouillure (comme dans panier) ?

Rédigé par : Renaud | 8 oct 2011 01:10:27

Un peu trop beau pour ne pas être une bidouille, mais bien trouvée.
Le logo de la ville de Bordeaux me fait penser à celui du danger biologique, c'est étrange.

Rédigé par : PLC | 8 oct 2011 07:44:52

Jeu neux konpran pa leu problaime.

Rédigé par : Marc | 8 oct 2011 08:40:46

Le rédacteur mérite des gnons !

Rédigé par : jerome | 8 oct 2011 09:03:08

@ Jérôme : Des gnons ou des nions ? Moa ze sé plu ...

Rédigé par : YannH | 8 oct 2011 09:59:03

apparemment il n'y pas que le Saint-Père qui "pose problème" à Bordeaux...

Rédigé par : Sancenay | 8 oct 2011 15:40:00

"OPIGNONS" est tellement énorme que je ne n'avais pas vu
"aux association".
Il me semble me souvenir que les fautes d'orthographe d'usage étaient ("avant l'ère commune" peut-être???) moins pénalisées que les fautes de grammaire.
Quand on en arrive à commenter "les élèvent penses" par un ambigu "bel effort d'accord du pluriel" ... car il faut toujours prendre en compte le positif de la chose ... il en reste forcément quelque chose.

Rédigé par : C.B. | 9 oct 2011 14:35:44

Affligeant tout de même !! Le français en 400 mots prend naissance.

Rédigé par : Jean-Gabriel | 10 oct 2011 12:17:07

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige