« "Pas question d'ouvrir un dimanche, mes employés ont le droit de se reposer et d'aller à la messe..." | Accueil | Pas touche aux allocations familiales ! »

01 novembre 2011

"En Libye le lion est mort et, de partout, les chacals glapissent..."

Un entretien sans concession du Prince Sixte Henri de Bourbon Parme sur le dénouement de la guerre en Libye. Morceau choisi :

"On a aussitôt vu toutes nos bonnes consciences, à commencer par BHL, se précipiter au chevet de cette poignée de rebelles, clamer que la répression serait terrible et qu’il fallait les soutenir pour éviter précisément un bain de sang. Où a-t-on vu dans l’Histoire récente une ingérence de la sorte dans les affaires intérieures d’un état souverain qui fait face à un soulèvement local ? Ce qui est stupéfiant, c’est que la Ligue Arabe a fini par donner son accord et que l’OTAN se soit jetée avec enthousiasme dans cette opération de soutien à des rebelles, devant l’indifférence totale des peuples européens concernés : songez qu’il n’y a eu, en France, aucune déclaration de réprobation d’un quelconque leader politique, aucune  manifestation d‘envergure pour réprouver le début des bombardements de Tripoli et que lorsqu’enfin l’affaire libyenne est arrivée devant le Parlement, il ne s’est trouvé que 27 députés pour voter contre !

Mais la responsabilité arabe est considérable, car jamais l’OTAN n’aurait osé se lancer dans l’aventure sans le soutien avéré de la Ligue Arabe".

Posté le 1 novembre 2011 à 12h24 par Lahire | Catégorie(s): France : Politique en France


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige