« Nouvelle restriction homosexualiste à la liberté de la presse | Accueil | Voile : le polygame musulman veut saisir la CEDH »

23 novembre 2011

Il parait que l’on blasphème à Toulouse

AsaTrès belle homélie de l'abbé Simon d'Artigue, curé de la paroisse étudiante de Toulouse, sur les atteintes contre Dieu dans les théâtres de France. Cette adresse du jour du Christ-Roi est exceptionnelle et remarquable : peut-on proposer mieux à de jeunes catholiques?

Trouvée sur Facebook, je la mets en intégralité ici pour que tous les lecteurs puissent la lire... entièrement et la repercuter de proche en proche (merci à TC) :

"Christ Roi A 2011- Blasphème !

Il parait qu’on blasphème à Toulouse ces derniers temps.

Il parait qu’on insulte Celui que nous aimons du fond du cœur, Celui que nous vénérons dans cette messe, Celui qui a donné sa vie pour nous, Celui qui nous nourrit et nous sauve.

A-t-on le droit de cracher sur ce Christ qui est le cœur de notre vie ?

Tu te dis peut-être qu’il ne faut pas en faire des brouettes, que ce n’est pas la peine de s’exciter comme ça, que ça fait de la pub à ce spectacle qui n’en vaut pas la peine ; tu te dis que tu ne veux pas être confondu avec des « intégristes » ou des « néo – fascistes » et leur violence comme disent les journaux, rapidement, trop rapidement, facilement, en amalgamant tout, (l’avantage de l’amalgame c’est que ça évite d’avoir à trop réfléchir).

Et toi, est-ce que tu as réagis, qu’est-ce que tu as fait en réponse, quelles armes as-tu prises quand on insultait ton Seigneur et ton Dieu ?

A moins que tu n’ai rien fait; à moins, à moins que tu ne L’aimes pas tant que ça; à moins que tu ne sois pas tant blessé que ça quand on insulte le Christ ?

Serais-tu tiède ? Accepterais-tu que l’on crache sur ton père sans réagir ?

Il parait que l’on blasphème à Toulouse, il parait que le Christ est outragé sur une scène de la rive gauche, à Toulouse, à Toulouse oui… et dans chaque cœur qui refuse de laisser trôner le Christ, dans chaque cœur qui préfère le péché au Christ-Roi : mon cœur, ton cœur.

Nous insultons le nom très saint du Christ par chacun de nos péchés. C’est trop facile de reporter la faute sur celui qui donne publicité à son outrage, tandis que nous nous le faisons dans le secret.

A ton avis, pourquoi ces rieurs lourds, pourquoi ces artistes communs, pourquoi ont-ils blasphémé en maculant le visage du Christ, en Le moquant au Golgotha, en souillant la croix du Seigneur, en raillant le Saint-Père ? C’est parce qu’ils n’ont certainement jamais rencontré quelqu’un pour qui la face de Jésus était aimable, adorable; peut-être qu’ils n’ont jamais croisé quelqu’un qui leur ait fait découvrir la beauté de l’amour fou qui se donne à la Croix, l’amour qu’il lui portait ; peut-être n’ont-ils pas rencontré ce témoin lumineux et irradiant, toi ? Il ne t’ont pas croisé à moins que tu ne sois resté muet.

Il parait que l’on blasphème à Toulouse, à Toulouse et partout où le petit est défiguré, où le pauvre est ignoré, ou l’étranger est chassé.

Tu blasphèmes chaque fois que tu insultes le Christ en personne.

Sur Son visage quand Il monte au Golgotha, ployant sous la croix, ce que tu vois, toi qui te tiens sur le bord du chemin, ce sont ses larmes, son sang et tes crachats.

 « Ola on se calme mon père ! Quand est-ce que j’ai blasphémé, quand est-ce que j’ai insulté le Christ, quand est-ce que je lui ai craché au visage ?

Moi je suis à la messe aujourd’hui et presque tous les dimanches,

Moi J’y suis allé dans la rue prier devant le théâtre où le Christ était moqué, bafoué » (bafoué comme il y a 2000 ans, comme depuis 2000 ans et certainement comme pour les 2000 ans à venir) tu y as été et tu as bien fait,

« Moi Je suis venu prier ce soir en silence devant le saint sacrement pour redire au Seigneur mon amour. » Tu L’as aimé pour tous ceux qui ne l’aiment pas, et tu as bien fait, tu as bien fait mais c’est trop peu ! C’est juste un début, car « Chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces petits qui sont mes frères c’est à moi que vous l’avez fait ».

 Si avant-hier soir en rentrant de cette prière devant le théâtre tu es passé devant un pauvre, un pauvre qui restera dehors cette nuit et que tu n’as rien fait, que tu ne t’es pas assis à ses cotés pour savoir ce dont il avait besoin, lui demander son nom, tu as bafoué ton Seigneur :  « j’étais nu et vous ne m’avez pas vêtu ». Si en sortant de cette messe tu ignores l’étranger, tu blasphèmes ton maitre et Seigneur « j’étais un étranger et vous ne m’avez pas accueilli ».

Si ta prière n’a aucun prolongement dans ta vie, si ta révolte est d’un instant et que demain elle retombe, c’est qu’elle est fausse, c’est qu’elle n’est qu’un apparat, une apparence, une mondanité, un peu de gueule… une fois de plus. Tu portes la croix comme on porte une paire de boucle d’oreille, un carré hermès ou un chèche fuchsia, comme une décoration.

 Tu as le droit de te révolter contre le blasphème à deux conditions :

 Que tu te sois révolté avant !

Et que tu te révoltes demain. Sinon tu seras de ces homme d’un jour, sinon tu seras de ces indignés de salon, de ces indignés de circonstance, tu t’indignes et puis tu rentres chez toi! La révolte, la révolte authentique (celle de Jésus qui chasse les vendeurs du temple par exemple), elle ne peut jaillir que d’un amour plus grand, d’un amour qui embrase une vie, une vie toute entière.

 Mais je te vois rouge de colère, me dire que je me moque, que je n’ai pas le droit. Tu as raison, fais-moi mentir !

 Ce que nous voulons c’est qu’il n’y ait plus aucun blasphème, ni à Toulouse ni nulle part ailleurs, ni aujourd’hui, ni jamais, ce que nous voulons c’est faire de la France le royaume de Dieu.

 Ce que nous voulons c’est que chaque cœur de cette ville porte au Christ, au Christ-Roi le même amour que tu Lui portes.

 Ce que nous voulons c’est qu’Il règne sur chaque cœur toulousain.

 Et comment est-ce que cela se fera ? À force de prière ? Certainement il faudra s’offrir et offrir, mais pas seulement ; à force d’arguments ? Certainement, il faudra débattre et convaincre, écouter et défendre (être intelligent c’est la marque du catholique)  mais pas seulement ; à force de vivre en catholique, à force de la cohérence d’une vie évangélique, à force du puissant rayonnement de la charité vécue, à force de l’invincible témoignage de l’amour que ton cœur porte au Christ-Roi de l’univers, mais roi de ton âme, surtout.

Comment est ce qu’il avance le royaume de Dieu ? Par la charité et par elle d’abord, par elle seule en fait.

C’est ça qui convaincra les futurs metteurs en scène, les futurs journalistes, les futurs enseignants, les futurs politiques, ben oui, où est ce qu’ils sont aujourd'hui ? Ils sont avec vous, dans vos amphis, dans les assoc que vous fréquentez, dans les mêmes bars que vous, sur les mêmes terrains, si vous leur donnez dès aujourd’hui le témoignage d’une foi ardente, d’une charité active, d’une espérance vive, alors ils l’embrasseront et jamais ne viendra à leur esprit la moindre idée de blasphème.

Mais mieux encore, plus encore :

Il y en a certainement parmi vous qui seront les journalistes de demain ceux qui défendront la vérité sur le Christ et sur l’homme, ceux qui tempêteront contre tout mensonge et dénonceront toute injustice. Qui demain sera Léon Bloy pour notre siècle ?

 Il y en parmi vous qui seront artistes, peintres, ou sculpteurs et qui exalteront la beauté du Christ, la beauté paradoxale de la croix au sommet du Golgotha, la beauté dérangeante de ce visage outragé. Qui demain sera Francis Poulenc pour notre siècle ?

 Il y en a parmi vous qui seront acteurs, metteurs en scène, écrivains et qui démasqueront toutes les compromissions. Qui demain sera Georges Bernanos ou Charles Péguy pour notre siècle?

 Il y en a parmi vous qui seront des élus, serviteurs du bien commun. Qui demain sera Edmond Michelet pour notre siècle ?

 Il y en a parmi vous qui seront enseignants, éducateurs et bâtiront des hommes et des femmes debout, amants de la vérité et pas des invertébrés à l’humeur changeante ? Qui demain sera don Bosco pour notre siècle ?

 Il y en a parmi vous qui seront ingénieurs, chercheurs, défenseur de l’homme et de la vie. Qui demain sera le Professeur Lejeune pour notre siècle ?

 Il y en a qui parmi vous seront religieux, soignant, infirmière et qui se pencheront sur toutes misères. Qui demain sera Mère Térésa pour notre siècle ?

 C’est toi !

 Et demain il n’y aura plus ni blasphème, ni blasphémateur; on en cherchera, on n’en trouvera plus. Demain il restera un seul peuple, un peuple à genoux pour adorer le Christ Roi, un peuple debout pour servir nos frères".

Posté le 23 novembre 2011 à 08h03 par Lahire | Catégorie(s): France : Société

Commentaires

O Toulouso ! O moun païs !

Dix-sept mille mercis !

Rédigé par : raphael charles | 23 nov 2011 08:20:16

enfin une homélie, une nourriture dont ns avons tous besoin! Merci, mon Père! Que Dieu vous bénisse et vous garde!
M.J.

Rédigé par : M.J.Hupkes | 23 nov 2011 08:46:55

Ce prêtre a dit tout, ou presque. Les réactions de ses quelques confrères et de la majorité des évêques, nous laissaient penser que l'adhésion au Christ est un choix personnel et intellectuel. Parler d'offense aux Chrétiens est une plaisanterie, quand il s'agit d'une offense à une Personne vivante avec laquelle nombre d'entre nous ont une relation personnelle quotidienne.

Rédigé par : Philippe de Saint-Gouard | 23 nov 2011 09:09:38

Bravo, mille fois bravo. Quel examen de conscience et en même temps quel punch! C'est dommage que l'on n'entende pas plus souvent cela tous les dimanches dans les églises de France, ou dans la bouche de nos prélats! alors oui, à force de répéter des évidences qui nous éclatent au visage nous finirions par les voir et alors la France redeviendrait ce qu'elle n'aurait jamais dû cesser d'être: la Fille aînée de l'Eglise.

Rédigé par : chouan 12 | 23 nov 2011 09:11:26

A couper le souffle ! Merci Monsieur l'Abbé !!

Rédigé par : Jean | 23 nov 2011 11:16:39

[Trois mots de compliment pour un sermon de 5 pages et 5 lignes de déconsidération pour 8 mots qui vous dérangent. S'ensuivent des généralités qui ne sont pas un hommage à la réflexion.
Cette disproportion dans la critique non constructive et la destruction systématique sont deux raisons suffisantes pour ne pas publier votre commentaire.
Lahire]

Rédigé par : Sancenay | 23 nov 2011 13:38:20

Il en reste, tout de même, de vrais pasteurs ! Ce sera sans doute le seul mérite de ces spectacles de nous faire découvrir ces méditations , ces interpellations , cette vitalité d'un catholicisme qui pouvait paraitre terriblement anémié.

Rédigé par : Michèle | 23 nov 2011 13:48:29

Je me permets, pour élargir la réflexion, de renvoyer aussi à la réaction officielle de Mgr Le Gall, archevêque de Toulouse, au sujet de ces manifestations :

http://toulouse.catholique.fr/rubriques/haut/actualites/de-quel-dieu-sommes-nous-les-disciples

Il y a quelque contradiction dans tout ça. Qui est à l'origine des manifestations ? Qui les a rejoint ?

Rédigé par : Mavel | 23 nov 2011 14:07:39


Très beau texte,Mr l'abbé ,un bémol toutefois "Qui demain sera Ed.Michelet"?Personne,j'espère,car comme homme politique,il a laissé massacrer nos frères harkis sans intervenir,sans compter ses signatures de condamnation à mort concernant des soldats fidèles à la parole donnée? "Qui demain sera comme ces soldats"?

Rédigé par : marinette | 23 nov 2011 15:35:40

Très belle homélie, qui rend encore mieux entendue en direct !
Si vous voulez avoir les autres homélies du père Simon, elles sont là : http://pastoraleetudiantedetoulouse.fr/Homelies.aspx

Rédigé par : Etudiante toulousaine | 23 nov 2011 16:16:44

Merci Père ! Que cette homélie est belle et réconfortante ! Si seulement tous nos Prètres nous 'tenaient le mm discours 'tous les dimanches.... Maintenant à nous de nous poser les bonnes questions !... et de savoir y répondre!

Rédigé par : Guilmeau Rose-Marie | 23 nov 2011 16:50:13

Je m'excuse, mais moi je n'écrirai qu'à peine trois mots, mais qui valent tout ce que j'ai lu dans ce magnifique sermon, comme on aimerai en entendre plus souvent :

MERCI


Je n'ai rien d'autre à dire

Rédigé par : Nathalie | 23 nov 2011 19:34:35

Magnique texte sauf Michelet à enlever très vite

Rédigé par : soizic | 23 nov 2011 20:46:32

Bravo et tout à fait d'accord, bien sûr, si ce n'est qu'à la Messe, le Christ n'est pas vénéré mais adoré, c'est donc Dieu qui est insulté et blasphémé dans le théâtre, action diabolique qui enflamme les esprits, les encourageant à faire de même hors des salles de spectacles, c'est à dire dans les églises, les cimetières et partout où sont les images et statues sacrées.
Nous avons besoin de tels prêtres ! Hélas, le diocèse de Toulouse, à ma connaissance, se dépeuple et fait appel à des laïcs qui n'ont pas la formation nécessaire mais à qui on demande d'"animer" les obsèques.(Cf.doyenné de Cazères s.Garonne).

Rédigé par : louis | 24 nov 2011 13:43:24

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige