« Lutter pour l’égalité ne peut passer que par la transmission de la culture | Accueil | Voeux du Pape à la Curie romaine : examen de conscience sur la foi en Europe »

22 décembre 2011

Dominique Souchet dénonce le génocide vendéen à la tribune de l'Assemblée

Le député MPF Dominique Souchet défend la proposition de loi condamnant la négation du génocide arménien. Il s'en explique dans son intervention à l'Assemblée :

"Le vote de notre proposition de loi peut constituer un signal important pour tous ceux qui, au sein de la société civile turque, tentent courageusement de secouer le joug de ce négationnisme d'Etat, afin qu'un jour le déni soit définitivement brisé. L'échéance du centenaire de 2015 pourrait alors jouer un rôle d'aiguillon, analogue peut-être à celui qu'a joué le bicentenaire de 1993 à propos de la Vendée, même si la reconnaissance officielle de ce génocide originel, ordonné par la Convention, reste encore à finaliser.

En témoignent à la fois l'inaboutissement de la proposition de loi déposée par notre collègue Lionnel LUCA en 2007, invitant la République « à reconnaître le génocide vendéen de 1793-1794 » et l'amendement proposé par Jacques REMILLER à la présente proposition de loi, qui va dans le même sens.

Cette initiative devra être reprise sur la base des révélations des fouilles du Mans et de la redécouverte des archives de la Défense, qui confirment de manière éclatante l'intention génocidaire. Je vois dans cette loi l'aboutissement du combat persévérant et courageux mené par les survivants de la diaspora arménienne et leurs descendants pour donner un sens à leur survie, à travers une lutte permanente contre la facilité de l'oubli.

Appartenant à une région, la Vendée, qui doit une bonne part de son identité à la volonté exterminatrice dont elle a été l'objet, je puis attester des conséquences profondes et durables qu'entraîne, par delà le temps du génocide lui-même, la persistance de son déni. Ce n'est pas un hasard si c'est sur ce fondement même que s'est nous une coopération étroite et profonde entre la Vendée et l'Arménie, en l'absence de toute communauté d'origine arménienne dans notre région. Pénaliser le déni de génocide, ce n'est pas se substituer aux historiens. C'est reconnaître que cette dénégation n'est pas une simple opinion, mais la poursuite dans le présent de l'acte génocidaire. C'est mettre en œuvre la notion d'imprescriptibilité spécifiquement attachée au génocide et contribuer ainsi à la prévention de toute duplication. C'est attester que notre Parlement place au premier rang des valeurs s'il entend défendre, celle de la dignité humaine. Pénaliser le déni de génocide, c'est souligner le rôle particulier de la France dans la défense du droit fondamental des personnes à leur histoire et du droit des peuples à la justice."

Posté le 22 décembre 2011 à 10h52 par Michel Janva | Catégorie(s): France : Politique en France

Commentaires

Je peux comprendre la douleur que le "mémoricide" (pour reprendre le terme du livre de R. Sécher) entraîne en Vendée, comme le député Souchet l'exprime dans son intervention.

Mais je persiste à dire qu'une loi qui annonce une vérité officielle (et punit celui qui la nierait) fait plus de mal que de bien à ce qu'elle prétend défendre.

Les lois mémorielles sont une aberration de notre justice ; elles devraient être toutes abrogées, sans exception.

Rédigé par : PitchPitch | 22 déc 2011 11:49:18

C'est Clemenceau qui ne va pas être content et qui va se retourner dans sa tombe !

"La Révolution française est un « bloc », qu'il faut accepter ou rejeter dans son intégralité, car le combat révolutionnaire continue! "

http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/Clemenceau_1891.asp

La République va-t-elle inventer le mémoricide par dérision ?
http://cril17.info/

Rédigé par : raphael charles | 22 déc 2011 11:53:27

je salue cette intervention; puisse t'il y avoir une suite

Rédigé par : catherine | 22 déc 2011 11:53:30

L'histoire ne me semble pas devoir être écrite par des lois mais connue par recherche de la vérité. Le seul avantage que je vois à celle-ci est de fragiliser, peut-être (espérons-le !), l'entrée de la Turquie dans le machin européen.

Rédigé par : VD | 22 déc 2011 12:04:06

à PitchPitch !

Tout à fait d'accord à 100 %
Mais pour que ces lois dites mémorielles soient abrogées, il y a fort parier que cela ne pourra se faire que grâce à l'abolition de la République ! ...

Sans le savoir, Dominique Souchet aurait-il déclenché un fantastique compte à rebours à l'Horloge du Sens de l'Histoire, s'il est vrai que nous sommes à la fin d'un cycle ? ...

Rédigé par : raphael charles | 22 déc 2011 12:31:36

La surabondance de loi ne responsabilisera jamais les individus mais renforcera au contraire les tentations totalitaires.

Ceci étant dit Monsieur Souchet qui décidément fait, par ses intentions et ses combats, honneur à son mandat, a le mérite- assez rare- de dénoncer la vraie source de nos malheur: la révolution sanguinaire, concentrationnaire et nihiliste que l'incurie de la noblesse et de la bourgeoisie en son temps ne saurait justifier.

Rédigé par : Sancenay | 22 déc 2011 13:36:03

Dominique Souchet est un des meilleurs députés mais il est dans un parti fantôme avec un Président de parti politiquement mort. Il devrait rejoindre l'Union des Patriotes comme son ami Paul-Marie Coûteaux.

Rédigé par : Simon | 22 déc 2011 13:46:05

Ce n'est pas une affaire de loi mémorielle, mais de vérité historique tout court et tout simplement. On peut abroger toutes les lois mémorielles que l'on veut, d'autant plus qu'il s'agit d'une mémoire sélective chez des hémiplégiques, mais on ne peut supprimer l'histoire.
Si la loi mémorielle n'est pas abrogée, elle doit s'appliquer à tous, il faut tout de même un minimum de cohérence

Rédigé par : Michèle | 22 déc 2011 15:26:24

comment des gens qui en permanence se réclament de la révolution UMPS pourront-ils accepter de revenir sur la période la plus triste de l'histoire de notre pays. Il faudrait beaucoup de Dominique Souchet

Rédigé par : chouan 12 | 22 déc 2011 15:33:50

La republique qui se veut la lumière eclairant le monde a un devoir moral de faire justice des "heures les plus sombres de notre Histoire"...

Rédigé par : Papon | 22 déc 2011 17:29:11

"la reconnaissance officielle de ce génocide originel, ordonné par la Convention" .
Mr Souchet aurait-il peur des mots ?
Ordonné par la R2publique, sous le régime de la convention eut été véridique.

Rédigé par : siloe08 | 22 déc 2011 19:17:28

Je voudrais souligner qu'il n'y a pas que les Vendéens qui ont été génocidés par la république dite française, mais que ce fut un génocide franco-français dans toute la France ! Tous les royalistes, tous les catholiques sont meurtris dans leur chair pour avoir été génocidés par les républicains et que personne ne reconnaisse ce génocide, bien au contraire, il est glorifié, notamment dans les livres d'Histoire et lors du 14 juillet, fête nationale de la république française et début des premières têtes coupées !

D'où cet enchaînement de christianophobie.

Les catholiques doivent se défendre et monter au créneau pour exiger les mêmes droits que les Juifs et les Arméniens !

Rédigé par : Dominique | 23 déc 2011 00:44:13

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige