« Claude Greff va rencontrer les LGBT | Accueil | Création du Comité de soutien à Christian Vanneste »

19 février 2012

Proportionnelle : Nicolas Sarkozy recycle une promesse de 2007

SNicolas Sarkozy s'est prononcé dimanche 19 février à Marseille en faveur de l'instauration de la proportionnelle dans le mode d'élection des députés. Parce qu'"un mode de scrutin a d'abord pour objectif de dégager une majorité capable de gouverner", Nicolas Sarkozy s'est dit dans le même temps "attaché au scrutin uninominal à deux tours", tout en estimant "qu'on pourrait le corriger à la marge pour que tous les grands courants politiques puissent avoir des parlementaires."

Dans un discours de campagne le 29 avril 2007, Nicolas Sarkozy déclarait :

"Je m'engage, si je suis élu président de la République, à réunir toutes les forces politiques de la nation et à discuter avec elles de la possibilité d'introduire un peu de proportionnelle au Sénat ou à l'Assemblée Nationale sans créer le risque d'une instabilité qui serait désastreuse. Je veux que chacun se sente représenté dans la République mais que nous gardions les scrutin majoritaire, clé de la stabilité de la République."

Posté le 19 février 2012 à 19h24 par Michel Janva | Catégorie(s): France : Politique en France

Commentaires

je suis certain qu'il y aura des lecteurs du Salon beige qui voteront Sarkozy en nous expliquant qu'il faut croire à ses promesses!

40 ans d'UMPS ne leur aura pas suffi pas pour comprendre

Rédigé par : démocrate fatigué | 19 fév 2012 20:27:20

Il s'engage "sans gages", lançant des paroles en l'air qui ne lui retombent même pas sur le nez. Une promesse non-tenue n'est qu'une parole dont il n'est pas question de lui tenir rigueur...

Rédigé par : Exupéry | 19 fév 2012 20:28:04

....oui, mais qui a déja menti, mentira encore....On peut se faire une foi rouler dans la farine, avec une certaine crédulité. Mais si on se fait rouler une seconde fois par le meme individu, c'est que l'on est un imbécile

Rédigé par : lavandin | 19 fév 2012 22:36:35

Il ment comme il respire.
Mais il y a toujours des gogos pour se laisser berner.

Rédigé par : Guillaume | 20 fév 2012 00:04:28

Ils vous diront que Sarkozy, c'est comme la démocratie : c'est le pire des régimes à l'exclusion de tous les autres...

Le problème, c'est qu'un grand nombre en est convaincu. Je ne crois pas cependant que cet aphorisme ait beaucoup d'écho chez les ouvriers, les paysans et les employés.

Qui représentent quand même 60% de la population active !

Rédigé par : Nabulione | 20 fév 2012 00:27:07

Carton rouge !!!

Rédigé par : scat | 20 fév 2012 00:53:31

Et le pire est que cette clique qui ne sait même pas tenir les petites promesses (car ce n'est pas la crise qui l'en a empêché) se permet de donner des leçons de vertu à la droite nationale...

Rédigé par : Jean | 20 fév 2012 02:03:40

et bla bla bla et bla bla bla ... Le plus inquiétant, c'est que certains vont y croire encore une fois.

Rédigé par : YannH | 20 fév 2012 06:36:21

Comme a dit C. Pasqua résumant bien les 30 dernières années de politique avec cynisme "les promesses en politique n'engagent que ceux qui y croient".

Rédigé par : Bernard Mitjavile | 20 fév 2012 09:11:27

La France forte : pour Mardi Gras, David Douillet avec le masque en carton de Sarkö, récitant les textes lyriques de Guaino. ( transmettre le projet à l’agence "Vessies et lanternes").

Rédigé par : gali | 20 fév 2012 09:20:20

C'est bien le même qui disait à P.de Villiers "tu as de la chance, toi, tu aimes la France..."

Rédigé par : Papon | 20 fév 2012 09:21:40

La démocratie ce n'est pas accorder des lots de consolation à 20% à 35% des électeurs tenus en marge (FN toujours , Mélanchon selon les élecctions), ou dont les partis ne subsistent que par des alliances obligatoires (Verts, PC et Mélanchon, Boutin, P. de Villiers, et qq autres), c'est assurer à tous une représentation de leurs votes, libres et équitable à défaut d'être parfaite.
Seule la proportionnelle, soit totale, soit à l'allemande, le permet. Le système allemand obligeant à des alliances du fait que près de 50 % des sièges sont déjà attribués à la proportionnelle intégrale et nationale.
La proportionnelle oblige tous le saprtis euroépesn à des alliances négociées sur des programmes négociés eux aussi : de véritables débats d'idées et de propositions chiffrées ont lieu, alors qu'en France nous assistons chaque fois à une partie de bonneteau électoral.
Or N. SARKOZY ment et reprend un des pires mensonges gaullistes sur l'instabilité politiques et le ''régime des partis'' de la IV ème république, puisqu'il n'y avait plus de proportionnelle sous la IV ème, à partir de 1951 avec la loi des apparentements, et que l'instabilité tenait surtout aux mécanismes complexes des dissolutions et à l'absence de pouvoirs réels d'arbitrage du Président de la République.
Ce mythe a servi de justification du duopole droite gaullo-centriste contre gauche PC-PS depuis 1958, avec le mode de scrutin qui va avec et l'immobilisme tragique sur les vraies réformes importantes, remplacées par des pseudos débats idéologiques détruisant la famille, la Vie, la loi naturelle, la liberté d'expression, etc....
La promesse de N. SARKOZY est d'autant moins crédible qu'elle repose sur un mensonge initial et que son contenu est vide : c'est un grand concepteur d'emballages sans produit.

Rédigé par : PG | 20 fév 2012 10:54:02

le système actuel oblige déjà des alliances que ce soit à gauche ou à droite. Seul le Front National est exclu de ce système d'alliances, ainsi que le Modem pour les prochaines législatives jusqu'à nouvel ordre.

Rédigé par : SD-Vintage | 20 fév 2012 13:18:16

Comment peut-on penser à voter pour un individu dont on ne peut être sûr que des reniements et des fourberies ?

Rédigé par : Nopim | 20 fév 2012 13:40:45

Autour de moi (sauf mon épouse), ils sont tous sarkozistes ! Par défaut, sans enthousiasme. Mais vont tous voter pour lui...

Les grenouilles de bénitier ne sont pas les dernières ! Je suis suspect, parce que je veux voter Marine !!!

Rédigé par : Nabulione | 20 fév 2012 14:15:52

@ SD-Vintage

A droite, pas d'alliances, contrairement à la gauche (encore qu'aux régionales, la gauche ait été désunie au premier tour). Le vrai sujet n'est pas un partage de pouvoir ou de mandats électifs : c'est que les idées qui sont au sommet des organes de décisions étatiques changent.
Beaucoup de catholiques pensent que l'UMP et N. SARKOZY ''freinent'' la décadence morale et législative : il n'y a pas eu de loi ''euthanazique'', ni de mariage et adoption homosexuels sous Sarkozy.
Cependant, avec un FN devenu indispensable pour former une majorité à droite, peut-être que la direction de l'UMP ne s'allierait pas avec le FN, mais des majorités d'idées sur le renversement de certaines lois de la culture de mort serait possible ou sur l'aide aux familles, ou sur l'école, y compris dans villes, les régions/départements, etc....
Les catholiques qui utilisent SARKOZY comme un bouclier se passent en réalité la corde autour du cou : ils se privent de toute alternative autre que de supplier qq dizaines de députes UMP ayant encore la tête sur les épaules. Mais seront-ils réélus ?
Et alors, ensuite, faudra t il appeler au retour de l'UMP ?
En ce sens la proportionnelle libérerait les idées à droite : l'UMP éclaterait et des alliances programmatiques nouvelles surgiraient, prélude à une alternance vraie.

Rédigé par : PG | 20 fév 2012 14:44:29

Oui à la proportionnelle mais expliquez-nous comment exactement Monsieur Sarkosy.
Un référundum?Mais Mr Sarkosy le dernier a été volé au peuple de France par l'UMP...

Rédigé par : dragasès | 20 fév 2012 20:56:56

"Corriger à la marge" cela veut dire "tenez mes bons toutous (je reste poli), voici un os à ronger".

Rédigé par : Quéribus | 25 fév 2012 14:26:19

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige