« On ne résiste pas à l’islam par la laïcité. La solution est dans un réveil du christianisme. | Accueil | Lorsque les musulmans de France manifestent contre le terrorisme... »

01 mai 2012

La génération montante des jeunes catholiques a une exigence sur les principes sociétaux beaucoup plus importante qu’il y a dix ou quinze ans

Christine Boutin répond aux questions du site Atlantico. Extraits :

Un récent sondage indique que 27% des jeunes catholiques se sont prononcés en faveur de Marine Le Pen lors du premier tour des élections présidentielles. Comment expliquer ce phénomène ?

BoutinDe façon générale, la génération montante a une exigence sur les principes sociétaux beaucoup plus importante qu’il y a dix ou quinze ans. L’explication est à la fois doctrinale et politique. Du côté doctrinal, je pense que c’est certainement un des fruits de l’enseignement de Jean-Paul II, poursuivit du reste par Benoît XVI sur la culture de la vie citoyenne. Du côté politique, sans doute pour ces jeunes l’expression politique du premier tour et en particulier chez Nicolas Sarkozy n’a pas été perçue comme suffisamment exigeante par rapport aux principes fondamentaux véhiculés par Jean-Paul II et Benoît XVI.

Par quels moyens Nicolas Sarkozy et les autres dirigeants politiques pourraient-ils mieux faire entendre les valeurs défendues par les électeurs chrétiens, car comme vous l’avez rappelé, il l’a fait mais n’a pas été entendu ?

Il est très difficile de se faire entendre, nous vivons dans une société de surconsommation de l’information et nous en sommes envahis. De fait, les messages nouveaux s’en trouvent noyés et les images d’hier perdurent. On ne vit pas le temps présent, et c’est de la responsabilité de chacun d’entre nous de prêter attention. Je vous assure, et on connaît, mon exigence par rapport à ces principes fondamentaux, j’essaye de les faire vivre à travers ma longue vie politique. Et les propos de Nicolas Sarkozy sont clairs et il le dit au-delà de ce que peut accepter son environnement proche.

Le message de Nicolas Sarkozy est-il nouveau ? Après tout en 2007, les chrétiens avaient massivement voté pour lui.

Nicolas Sarkozy de 2012 n’est pas le même qu’en 2007. Vous savez bien qu’un certain nombre de comportements de son début de mandats a révulsé les catholiques. A quelques jours de l’élection présidentielle, je trouve inutile de les rappeler et de revenir dessus. La question aujourd’hui est de savoir dans quelle société nous voulons vivre. D’un côté François Hollande propose une société libertaire et de l’autre Nicolas Sarkozy propose une société basée sur les principes judéo-chrétiens. Et tout n’est pas joué. Dimanche, les Français devront faire un choix de société (...) 

Posté le 1 mai 2012 à 09h42 par Philippe Carhon | Catégorie(s): France : Politique en France

Commentaires

"une société basée sur les principes judéo-chrétiens" : dans les discours adressés à l'électorat chrétien, sans doute, dans les choix et les actes politiques, ça me semble plus que discutable.

Le discours de Latran est certes un événement symbolique fort, mais sans dimension ou conséquence politique réelle.

Bref, Madame Boutin, soyez exigeante envers les actes, pas envers les discours et les (belles) promesses sans lendemain.

Si Hollande est la "certitude du pire", Sarkozy n'est en rien la certitude du mieux.

Rédigé par : Gualtiero | 1 mai 2012 10:19:21

"La question aujourd’hui est de savoir dans quelle société nous voulons vivre." C'est en ce moment la conclusion obligée de tout laïus politique.
Pourquoi ce leitmotiv ? Ce n'est pas l'homme - réduit à l'expression intermittente de son seul bulletin de vote - qui fait la société ; c'est au contraire la société qui fait l'homme !

Rédigé par : Xavier Soleil | 1 mai 2012 10:24:06

Par esprit de responsabilité, il faudra voter Sarkozy. C'est très pénible, mais nous ne pouvons pas nous "laver les mains" de petits vieux qui demain seront euthanasiés sir Hollande passe, ou de la famille encore plus abîmée, ou de l'immigration encore accrue.
Et c'est un mariniste de conviction et de coeur qui parle.

Rédigé par : Guillaume | 1 mai 2012 10:59:00

"Vous savez bien qu’un certain nombre de comportements de son début de mandats a révulsé les catholiques. A quelques jours de l’élection présidentielle, je trouve inutile de les rappeler et de revenir dessus."

Elle fait sûrement ici allusion au Fouquet's ou au Yacht... mais c'est que moi je m'en fiche quasiment.

Par contre d'avoir laissé le pédophile F Mitterrand TOUT AU LONG de son mandat, ça effectivement je l'ai encore au travers de la gorge.

De plus entre un menteur et un fou, triste dilemme ce dimanche... Redemandons-le toujours : à quand une alliance UMP/FN si l'on ne veut vraiment pas une politique de gauche ?

Un père de famille - 35 ans

Rédigé par : Cosaque | 1 mai 2012 11:21:16

"c'est la société qui fait l'homme"
je ne suis pas d'accord, si les jeunes ont votent extrème c'est justement peut être parce qu'il refusent la société qu'on nous laisse!!et qu'ils ne veulent pas se laisser "faire" par cette société!

Rédigé par : Maria | 1 mai 2012 19:13:29

Bien que n'étant pas un inconditionnel du FN, j'ai trouvé dans le passé l'attitude de Christine Boutin à son égard et vis à vis de ses électeurs si peu chrétienne que maintenant, quand je reçois des demandes de don de son parti, le PCD, je les mets à la poubelle. Comment peut-on se permettre de juger les autres si durement quand on a participé à un gouvernment qui était loin d'être parfait?

Rédigé par : Bernard Mitjavile | 2 mai 2012 14:51:30

Il en est de même pour moi : j'ai été extrêmement déçue du manque de cohérence de madame Boutin qui s'est fait connaître en tant que catholique mais qui, une fois au gouvernement, a opéré des reculades peu glorieuses pour la défense de ces points non négociables que le chrétien actuel ne peut plus faire semblant d'ignorer. Il y a trahison du Seigneur et trahison de ceux qui l'ont soutenue et dont j'ai fait partie un certain temps.
Ceci dit, il serait totalement irresponsable de voter blanc quand on sait que Sarkozy est la seule alternative à des maux bien pire que ceux de la shoa et de tous les génocides précédents car, il ne s'agirait plus alors de tuer les corps mais aussi les âmes, les coeurs et les esprits depuis la conception de l'être humain jusqu'à sa mort non.naturelle. Il s'agirait aussi de l'advenue d'une société bien plus mortifère qu'elle ne l'est!

Rédigé par : cantale | 6 mai 2012 00:27:48

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige