« Le FN se réorganise | Accueil | Télévision voilée »

12 juillet 2012

Plus de profs : 4142 reçus pour 4848 postes ouverts au Capes interne

Le ministère prioritaire de l'éducation dite nationale qui engloutit chaque année le premier budget de l'Etat, vit une véritable crise depuis des décennies qui l'entraîne dans une voie que d'aucuns qualifient  de "sans issue". On savait déjà que les élèves ne voulaient plus le fréquenter. C'est désormais au tour des professeurs de déserter au point de lire des chiffres ahurissants : 

"Dans un contexte de désaffection pour les études scientifiques en général, le déficit touche particulièrement les mathématiques, avec 298 postes non pourvus (652 admis pour 950 postes). Viennent ensuite l'anglais, avec un manque de 131 lauréats (659 admis pour 790 postes) et les lettres classiques, avec 95 postes non pourvus (170 postes offerts et 75 reçus). Parmi les autres disciplines déficitaires, figurent aussi les lettres modernes, l'allemand, l'éducation musicale et la documentation. 

«Comme l'a annoncé Vincent Peillon, nous allons recruter des candidats admissibles à l'agrégation pour pourvoir 280 postes d'enseignants dans le secondaire. Pour le reste des postes laissés vacants (526), nous allons recourir à des contractuels», explique Catherine Gaudy, directrice générale des ressources humaines des ministères de l'Éducation nationale et de l'Enseignement supérieur".

Est-ce pour cela que l'on voit des annonces de recrutement du mamouth sur le site du ministère de la Défense auquel on promet - une fois encore - une déflation rapide de ses effectifs?

Posté le 12 juillet 2012 à 21h24 par Lahire | Catégorie(s): France : Politique en France , France : Société

Commentaires

On sait par expérience que les candidats recrutés hors concours (car insuffisants pour être "admis") seront titularisés au bout de quelques années pour services rendus.

Rédigé par : C.B. | 12 juil 2012 21:38:04

Tellement de postes qu'il n'y a pas assez de candidats.

Et le niveau des nouveaux diplomés est tellement bon qu'il faut aller repêcher les admissibles (ceux qui ont à peine 10 de moyenne) pour combler une partie des postes vaccants !

Du gâchis, rien d'autre, et tout cela avec nos impôts !

Il faudrait déjà remettre au travail tous les enseignants qui ne foutent rien : syndicalistes, malades imaginaires etc...

Rédigé par : Benoît | 12 juil 2012 21:47:17

Petite précision :

Comme pour la plupart des concours, l'administration ment sur le niveau réel requis pour se présenter.

En ce qui concerne le CAPES des années 70 (celui que j'ai passé), la licence donnait le droit de se présenter au concours et ---- de la rater à coup sûr.

Pour avoir une chance de réussir (6% de promus dans ma discipline) il fallait cinq années d'étude universitaires.

En ce qui concerne le CAPES et l'agreg actuel, les jurys ne pourvoient pas tous les postes s'ils estiment que les candidats sont trop faibles.

Rédigé par : Benazet | 12 juil 2012 22:57:40

plius haut :

"Et le niveau des nouveaux diplomés est tellement bon qu'il faut aller repêcher les admissibles (ceux qui ont à peine 10 de moyenne) pour combler une partie des postes vaccants !"

Réponse :

Attention, la façon de noter les copies des candidats aux concours d'enseignement n'est pas la même qu'en Licence ou maitrise !
8/ 20 par exemple au problème de physique (d'une extrême difficulté et très très long)de l'agrégation est franchement une bonne note.

Rédigé par : Benazet | 12 juil 2012 23:34:07

J'imagine bien des sergents et des adjudants bien "velus" (comme l'on dit a l’armée), instructeurs de combat, se reconvertir en tant que profs...!


J'aimerais surtout voir la tête des élevés lors des premiers cours!!!

Rédigé par : Robert | 13 juil 2012 00:32:58

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige