« Tapis rouge pour les français au Mississipi | Accueil | Pussy Riot : pourquoi une telle médiatisation? »

09 août 2012

Des chrétiens de Syrie

Lu ici :

"Durant les premiers mois de la révolte, les communautés chrétiennes, sentant le vent tourner, se sont largement ralliées au régime présidentiel. Par peur de voir l’islam radical s’emparer du pouvoir, les chrétiens de Syrie se sont affichés dans la défense de leurs intérêts personnifiés par Bachar al-Assad.

Alors qu’ils se réjouissaient, il y a encore quelques mois, de voir la Russie opposer son véto au Conseil de sécurité de l’ONU et ainsi empêcher une action des Nations Unies contre le régime, les Chrétiens doutent désormais de la pérennité du régime Assad et pensent à l’avenir.

Trop assimilés au régime et donc à la répression menée par Bachar al-Assad, les Chrétiens redoutent de souffrir des conséquences de l’arrivée des sunnites au pouvoir. Si la paix et leur liberté de culte leurs étaient assurées il y a encore quelques mois, les Chrétiens de Syrie ont peur du spectre de la persécution.

La Syrie est aujourd’hui classée au 36ème rang de l’index mondial 2012 de la persécution des Chrétiens dans le monde publié par l’ONG Portes Ouvertes.

Avec un indice de persécution de 39 (en augmentation par rapport à 2011), les Chrétiens de Syrie ont jusqu’à présent bénéficié d’une situation relativement paisible.

« Jusqu’à présent, la minorité chrétienne a été protégée par le régime du président Bachar al-Assad. Aussi longtemps que les Chrétiens ne perturbaient pas l’harmonie commune et ne menacent pas le gouvernement, ils étaient tolérés et disposaient de la liberté de culte, bien que surveillés par la police secrète, » annonce le rapport de l’ONG.

Cette forme de tranquillité a commencé à souffrir dès les premiers mois de la révolte : « depuis mars 2011, des combattants sunnites venus de l’étranger sont entrés dans le pays. Ils ont pénétré de force chez des Chrétiens et les ont menacés. Les Chrétiens ont déjà rapporté des actes de violence à leur encontre. Ils les traduisent comme un signe des menaces et des violences à venir, » poursuit le rapport.

Parmi les exemples de persécution transmis par des témoins, l’ONG Portes Ouvertes révèle notamment que « durant l’été 2010, plusieurs églises évangéliques et centres pour les jeunes ont été fermés par le gouvernement. Plusieurs chauffeurs de taxi islamistes ont fait le serment de battre toute femme qui prendrait leur taxi sans être voilée. En décembre 2011, dans la ville de Homs, des musulmans sunnites ont mené des raids contre plusieurs églises, leur dérobant des objets de valeur. En 2011, à Damas, deux chrétiennes ont été kidnappées. L’une d’elles a réussi à sauter de la voiture en marche. »

Fuir vers le Liban ?

Pour les Chrétiens, le choix est douloureux et l’exode vers les pays limitrophes est tentant. Derrière eux, suivront sans doute les chrétiens d’Irak, déjà réfugiés en Syrie pour échapper à la persécution de leur propre pays.

« Dans les quinze mois écoulés, nous avons perdu un nombre incalculable de personnes, nombreux sont ceux qui ont émigrés et ont quitté leur patrie, réfugiés dans d’autres pays. Nos chrétiens ont perdu leurs villages, leurs villes, leurs propriétés, leurs saintes églises et leurs familles sous les décombres des luttes, » écrivait récemment le patriarche d’Antioche, Ignace IV, dans un appel à l’aide.

« Depuis 30 heures un fil interminable de voitures qui se dirigent vers le Liban : un exode massif sans précédent. Etant donné la fermeture de toutes les autres routes qui mènent en Jordanie, en Irak et Vers Homs-Alep. Nous sommes à court de vivres et aides financières… Les banques sont fermées. Il faut aller au Liban pour chercher des provisions, » indique Mgr Samir Nassarn dans sa lettre à l’Œuvre d’Orient.

Posté le 9 août 2012 à 09h20 par Lahire | Catégorie(s): Cathophobie , L'Eglise : Vie de l'Eglise

Commentaires

UDP avec nos frères chrétiens.

À quelque malheur, quelque chose est bon : la fuite vers le Liban risque de rechristianiser le Liban, lui qui a été fortement déchristianisé depuis 30 ans, par l'action conjuguée de l'islam et d'Israël.

Comme quoi, la Providence pourvoit parfois par des moyens les plus inattendus.

Rédigé par : PK | 9 août 2012 09:29:27

L’Armée syrienne libre : Révolutionnaire ou Contra ?
par Thierry Meyssan
Alors que la presse occidentale présente l’Armée syrienne libre comme une organisation révolutionnaire armée, Thierry Meyssan affirme depuis plus d’un an qu’il s’agit au contraire d’une formation contre-révolutionnaire. Selon lui, elle serait progressivement passée des mains des monarchies réactionnaires du Golfe à celle de la Turquie, agissant pour l’OTAN. Une telle affirmation à contre-courant requiert une démonstration argumentée…

Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 23 juillet 2012

Depuis 18 mois, la Syrie est en proie à des troubles qui n’ont cessé d’augmenter jusqu’à devenir un vaste conflit armé ayant déjà causé la mort d’environ 20 000 personnes. S’il y a consensus sur ce constat, les narrations et les interprétations divergent au-delà.

Pour les États occidentaux et leur presse, les Syriens aspireraient à vivre à l’occidentale dans des démocraties de marché. Suivant les modèles tunisien, égyptien et libyen du « printemps arabe », ils se seraient soulevés pour renverser leur dictateur Bachar el-Assad. Celui-ci aurait réprimé les manifestations dans le sang. Alors que les Occidentaux auraient souhaité intervenir pour faire cesser le massacre, les Russes et les Chinois, par intérêt ou par mépris de la vie humaine, s’y seraient opposés.

Au contraire, pour tous les États qui ne sont pas vassalisés par les USA et pour leur presse, les États-Unis auraient lancé une opération contre la Syrie qu’ils planifiaient de longue date. D’abord par le truchement de leurs alliés régionaux, puis directement, ils auraient infiltré des bandes armées qui ont déstabilisé le pays, sur le modèle des Contras du Nicaragua. Cependant ceux-ci n’auraient trouvé qu’un très faible soutien intérieur et auraient été mis en déroute pendant que la Russie et la Chine aurait empêché l’OTAN d’anéantir l’armée syrienne et de renverser ainsi l’équation régionale.

Qui dit vrai ? Qui se trompe ?

Les groupes armés en Syrie ne défendent pas la démocratie,
ils la combattent

En premier lieu, l’interprétation des événements syriens comme un épisode du « printemps arabe » est une illusion car ce « printemps » n’a pas de réalité. C’est un slogan publicitaire pour présenter positivement des faits hétéroclites. S’il y a bien eu une révolte populaire en Tunisie, au Yémen et au Bahrein, il n’y en a pas eue, ni en Égypte, ni en Libye. En Égypte, les manifestations de rue se sont limitées à la capitale et à une certaine bourgeoisie, jamais, absolument jamais, le peuple égyptien ne s’est senti concerné par le spectacle télégénique de la place Tahrir [1]. En Libye, il n’y a pas eu de révolte politique, mais un mouvement séparatiste de la Cyrénaïque contre le pouvoir de Tripoli, puis l’intervention militaire de l’OTAN qui a coûté la vie à environ 160 000 personnes.

La station libanaise NourTV a connu un vif succès en diffusant une série d’émissions d’Hassan Hamade et Georges Rahme intitulée « Le printemps arabe, de Lawrence d’Arabie à Bernard-Henri Lévy ». Les auteurs y développent l’idée que le « printemps arabe » est un remake de la « révolte arabe » de 1916-1918 orchestrée par les Britannique contre les Ottomans. Cette fois, les occidentaux ont manipulé les situations pour renverser une génération de leaders et imposer les Frères musulmans. De fait, le « printemps arabe » relève de la publicité mensongère. Désormais, le Maroc, la Tunisie, la Libye, l’Égypte, et Gaza sont gouvernés par une confrérie qui d’un côté impose un ordre moral, et de l’autre soutient le sionisme et la capitalisme pseudo-libéral, c’est-à-dire les intérêts d’Israël et des Anglo-Saxons. L’illusion s’est dissipée. Certains auteurs, comme le Syrien Said Hilal Alcharifi raillent désormais le « printemps otanien ».

Deuxièmement, les dirigeants du Conseil national syrien (CNS) comme les commandants de l’Armée syrienne libre (ASL) ne sont aucunement des démocrates, au sens qu’ils seraient favorables à « un gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple », suivant la formule d’Abraham Lincoln reprise dans la Constitution française.
Ainsi, le premier président du CNS fut l’universitaire parisien Burhan Ghalioun. Il n’était aucunement « un opposant syrien persécuté par le régime » puisqu’il venait et circulait librement dans son pays. Il n’était pas non plus un « intellectuel laïque » comme il le prétend, puisqu’il était le conseiller politique de l’Algérien Abbassi Madani, président du Front islamique du salut (FIS), aujourd’hui réfugié au Qatar.
Son successeur, Abdel Basset Syda [2], n’est entré en politique qu’au cours des derniers mois, et s’est immédiatement affirmé comme un simple exécutant des volontés états-uniennes. Dès son élection à la tête du CNS, il s’est engagé non pas à défendre la volonté de son peuple, mais à appliquer la « feuille de route » que Washington a rédigé pour la Syrie : The Day after.
Les combattants de l’Armée syrienne libre ne sont pas plus des militants de la démocratie. Ils reconnaissent l’autorité spirituelle du cheikh Adnan al-Arour, un prêcheur takfiriste, qui appelle à renverser et à tuer Bachar el-Assad non pour des motifs politiques, mais uniquement parce qu’il est de confession alaouite, c’est-à-dire hérétique à ses yeux. Tous les officiers identifiés de l’ASL sont sunnites et toutes les brigades de l’ASL portent des noms de figures historiques sunnites. Les « tribunaux révolutionnaires » de l’ASL condamnent à mort leurs opposants politiques (et pas seulement les partisans de Bachar el-Assad) et les mécréants qu’ils égorgent en public. Le programme de l’ASL est de mettre fin au régime laïque installé par le Baas, le PSNS et les communistes au profit d’un régime confessionnel sunnite pur.

Rédigé par : Manon | 9 août 2012 22:47:13


Au crible des informations tendancieuses, la situation en Syrie


par Mère Agnès-Mariam de la Croix


Les nombreux témoignages de Syriens dénonçant la falsification par les médias internationaux des événements qui ensanglantent leur pays sont écartés au motifs qu’ils proviendraient de partisans du « régime ». Cependant cet argument ne pourra pas être utilisé à l’encontre de la religieuse carmélite Mère Agnès-Mariam de la Croix qui atteste de la réalité sur le terrain : la déstabilisation de la Syrie par des groupes armés et financés de l’étranger. Ce témoignage est aussi un appel : si le système politique laïque syrien devait être renversé, ce serait au profit d’un système confessionnel d’inspiration wahhabite qui ne laisserait plus de place aux chrétiens d’Orient.

Mère Agnès Mariam de la Croix le 1er mai 2011.

Rédigé par : Manon | 9 août 2012 22:49:05


a presse occidentale décrit l’« Armée syrienne libre » comme une organisation sunnite conservatrice, par opposition à Al-Qaeda (et sa branche locale le Front de soutien au Peuple du Levant) qui serait, elle et uniquement elle, extrémiste.

Cette présentation est fausse tout d’abord parce que certains des leaders de l’« Armée syrienne libre » sont des responsables de longue date d’Al-Qaeda. Il n’est donc pas possible de distinguer complètement les deux structures l’une de l’autre. Ensuite, l’ASL se place sous l’autorité spirituelle du cheikh Adnan al-Arour dont le programme est explicitement takfiriste, c’est-à-dire qu’il entend épurer la communauté musulmane et expulser ou tuer les non-musulmans.

En armant et en finançant le Takfir, l’OTAN et le CCG espèrent provoquer une guerre religieuse qui permette aux puissances coloniale de diviser le Proche-Orient pour mieux y régner. Ce projet politique, connu comme « remodelage du Moyen-Orient élargi », se cristallise en Syrie puisque la civilisation syrienne est porteuse du projet opposé : des institutions laïques garantissant la liberté de culte et encourageant la coopération entre les religions.


Rédigé par : Manon | 9 août 2012 22:52:46

Et voici de la part du Ciel :

19 Mars 2011 – 5 H 06 (GMT+1) Saint-Joseph

Mon Doux Jésus +
Marie de Nazareth +++
Saint Joseph +


Nous voici le jour attendu pour fêter notre grand Saint, saint Joseph. Que la grâce qu’il reçue de Dieu parcoure la Terre ; que cette grâce ramène à leur juste valeur les débordements de toutes sortes. Écoutez la Voix de votre Dieu tout comme Mon Joseph et Moi-même avons écouté Dieu dans notre enfance et durant toute notre vie. Placés auprès de Dieu, lequel est descendu du Ciel pour nous faire connaître le Père, Nous vous affirmons que Nous sommes auprès de Nos enfants qui prient, qui aiment Dieu dans son Essence parce qu’Il est le seul et Vrai Dieu parmi vous. Appelez-Le, ne choisissez pas la guerre mais recherchez la paix. Pauvre France où vas-tu mettre encore tes pieds, dans les affaires qui ne te regardent pas, pas plus que les autres Pays. Sachez que les insurrections sont commandées par le cerveau illuminati, le Comité X qui donne ses ordres aux Nations par les Nations-Unies qui obtempèrent tout aussitôt sur n’importe quelle demande de ce Comité. Ne vous laissez pas piéger par les bons sentiments de ces gens-là, ils en sont dépourvus. Priez pour que la Paix soit votre cause commune ; délaissez tous ces mensonges que vous pouvez entendre à la radio, lire et écouter, voir et recevoir par les canaux hertziens. Restez fidèles à Celui qui vous apporte la Paix. Aimez-Le, c’est Mon Fils Bien-Aimé Jésus le Christ, Jésus de Nazareth que J’ai porté au Monde par la grâce de Dieu avec pour mari Mon saint Joseph qui soutenait nos deux êtres au travers des dangers de ce Monde. Amen +

Rédigé par : Manon | 9 août 2012 23:02:53

L'une des premières décisions du régime syrien, lorsque la contestation a pris de l'ampleur sur le territoire, a été de relacher des centaines de prisonniers de droit commun ainsi que des terroristes islamiques, afin de terroriser la population, de favoriser les attentats contre les communautés notamment chrétienne, et ainsi de renforcer le réflexe de soutien des minorités au régime en Syrie comme à l'étranger. L'"intelligence" diabolique du mal d'un régime qui pratique régulièrement la torture sur sa population, et a mis en place avec l'aide des Russes une "sécurité" que la RDA n'aurait pas renié. Ce pouvoir n'a aucune légitimité morale et ne saurait être défendu par des chrétiens, même s'ils ont bénéficié d'avantages matériels et d'une sécurité concédée par un habile régime qui sait acheter ses soutiens.

Quand à la hiérarchie chrétienne dans la région, elle est traditionnellement proche du pouvoir en Orient et chacun risque sa vie s'il émet la moindre critique.

Nous devons prier pour que ce régime tombe bientot et soit remplacé par un pouvoir moins indigne. C'est tout à fait possible, malgré la présence inévitable d'éléments extrémistes dans la rébellion. La RDA a été libérée de manière inespérée et sans bain de sang, sans doute avec l'aide décisive du Ciel suite à la consécration à Marie par Jean-Paul II. Aussi les chrétiens doivent demander, non la victoire d'un tyran contre des rebelles, mais la défaite du mal, une véritable paix et un pouvoir enfin respectueux des droits fondamentaux.

Rédigé par : Antoine | 12 août 2012 19:03:13

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige