« UMP : un débat de fond pour ancrer le parti à droite ? | Accueil | Comité de soutien à la veillée de prière du 13 octobre »

31 août 2012

Face aux agressions, les enseignants s'assurent

A l'approche de la rentrée scolaire, la Maif révèle que 55% des enseignants et la moitié du personnel de direction, soit près de 500 000 personnes, ont choisi de souscrire une assurance spéciale qui les couvre des accidents et des agressions, aussi bien moralement que physiquement.

Pour 40 euros par an, les enseignants victimes ou mis en cause dans des accidents ou des agressions bénéficient d'un soutien moral et psychologique, d'une prise en charge des frais d'hospitalisation, des pertes de revenus subies s'ils ne peuvent pas reprendre le travail, ou encore de remboursement des préjudices esthétiques. Agréable pays.

Posté le 31 août 2012 à 16h19 par Michel Janva | Catégorie(s): France : Société

Commentaires

Comme ça ils n'auront plus d'excuses et pourront se faire agresser autant qu'ils le veulent ! Vive la société qui a décidé de fermer les yeux plutôt que de faire face à l'augmentation de la violence dans les écoles. Et que remboursent ces assurance en cas de décès de la personne ?

Pauvre France

Rédigé par : Swidzernaiv | 31 août 2012 16:28:50

C'est honteux...et cela devrait être...INTERDIT. Voilà où nous pousse le laxisme et la lâcheté de nos dirigeants passés et présents. MAIF et autres assureurs : complices objectifs de la délinquance ? C'est vraiment lamentable. Quel gâchis d'argent pour une prestation de nouveau non créatrice de richesse, donc un coût de plus pour la société qui s'ajoute aux coûts annuels des déprédations en tout genre. Quand les français se rendront-ils comptent que nous n'avons plus les moyens de nous "offrir" de tels "luxes" et se révolteront-ils pour obtenir gain de cause de ceux que l'on paie (fort cher) pour protéger la Société ?
Ceci dit, dans le contexte actuel, je comprends les profs et ferais certainement comme eux. Il n'en demeure pas moins qu'il s'agit d'un déni de justice : avis au Président qui se veut le Président (Normal) d'une France où règne la JUSTICE.

Rédigé par : vaucenay | 31 août 2012 17:14:49

Si j'ai bien compris,ces gens
reviennent de leur travail " le
corps en saignant" !!!

Rédigé par : jano | 31 août 2012 17:44:42

ils feraient mieux de s'inscrire au FN, ça leur couterait moins cher et ça serait plus efficace

Rédigé par : bébert | 31 août 2012 17:59:54

2 questions :

- pour 40 €/an, l'assurance reste très symbolique. Donc soit le risque est faible, soit les profs se font enfler.

- le calcul de prime se fait par des calculs statistiques sophistiqués (profession d'actuaires). Cela signifie que des données claires et précises sont disponibles. Pourraient-elles être publiées par un journal quelconque ?

Rédigé par : jeanduma | 31 août 2012 18:00:24

Eh oui, quand l'état n'assure plus, tout le monde trinque et les braves gens crachent au bassinet, sauf ceux qui sont déjà plumés ! Stop ou encore ?

Rédigé par : jpr | 31 août 2012 18:16:30

"les enseignants victimes ou mis en cause dans des accidents ou des agressions bénéficient d'un soutien moral et psychologique."
Mais cela m'a l'air tout à fait intéressant cete affaire là!
Il se trouve, en tant qu'enseignant, que je suis quotidiennement agressé dans mon activité professionnelle par la démagogie d'un pédagogisme agressif devenu de plus en plus débile et sclérosant...
Puis-je alors espérer être indemnisé pour avoir été, par simple conscience professionnelle, contraint d'avaler les multiples pages de logorrhée, concoctées par les instances ministérielles de tutelle, avec les conséquences qu'on imagine sur mon psychisme (encore) innocent?

Rédigé par : Saint-Plaix | 31 août 2012 18:31:21

ramené à la valeur ajoutée engagée (son salaire), le montant ne semble pas énorme. Pour l'instant. Il faut attendre que les indemnités de ces assurances prennent aussi leur valeur réelle. On verra si ces 40€ sont restés 40.

Rédigé par : laurent petit | 31 août 2012 19:29:33

Ça fait 20 millions d'euros quand même...

Rédigé par : PK | 31 août 2012 20:05:26

et tel le mouton à l'abattoir, ils ne dénoncent pas et continuent à suivre le système....
L'on a le pays que l'on mérite surtout quand on représente près d'un million de citoyens pour enseigner avec de moins en moins de résultats et une population scolaire en principe de moins en moins nombreuses compte tenu du taux de remplacement des Français.
Pour mémoire les armées françaises qui devraient aller faire la police dans les quartiers chauds de Marseille ne comptent que quelques 200 000 militaires pour 70 millions de personnes sur le territoire français et 4500 km de frontières métropolitaines territoriales à protéger (enfin normalement) sans parler des zones maritimes et des territoires d'outre-mer...
Alors certes l'on peut regretter les conditions de travail des enseignants, mais ils peuvent peut-être aussi quitter le système et fonder des petites écoles vraiment libres...
Ce qui est sûr c'est que la compagnie d'assurances doit s'y retrouver pour proposer ce genre de contrat avec aide psychologique et les psychologues en alerte aussi!

Rédigé par : c | 31 août 2012 21:32:37

Pourquoi limiter cette innovation aux seuls enseignants ?

Rédigé par : Papon | 1 sep 2012 09:23:44

Pour information, cette assurance coûtait 80 Francs (soit 12€) en 1998-99. Donc en 14 ans, elle a été multipliée par 3,5 en raison de la multiplication de son recours par les enseignants

Rédigé par : nathalie | 1 sep 2012 10:37:37

Se sont-ils assurés qu'ils sont au "pays des droits de l'homme ?"

Je puis les rassurer sur ce point: ils le sont bel et bien !

A la nuance près ,qu'il s'agit des droits de l'homme selon la religion du "progrès" contre l'humanité.

C'est à dire, pour les enseignants sans "référant" crédible- l'espèce n'est pas , hélas, en voie de disparition- qui ne saisiraient pas : des droits inférieurs à ceux des grands singes primates.

Rédigé par : Sancenay | 1 sep 2012 10:51:43

Depuis plusieurs dizaines d'années, c'était "l'autonome de solidarité" qui s'occupait de l'aide aux enseignants agressés, accusés (assistance juridique) etc.
Pourquoi est-ce maintenant mixte "autonome" + "maif"?
http://www.autonome-solidarite.fr/adhesion
(sur cette page est proposée une adhésion en ligne sur le site de la maif: alors, on est chez qui: l'autonome? la maif?)

Rédigé par : C.B. | 1 sep 2012 11:49:06

Oui, Jano, il nous arrive de revenir "le corps en saignant"( j'ai connu un prof de dessin qui s'est fait casser la "gueule" + un testicule dans le 94 et une autre prof de dessin a pris 7 coups de couteau dans le ventre en 2005 à Etampes) mais c'est surtout l'âme et le coeur qui saignent, comme le dit Saint Plaix, à cause de la nouvelle pédagogie démagogue et stérile qui nous fait perdre du temps et aussi en raison des incivilités et insolences quasiment quotidiennes.
Tout ce que nous propose notre mutuelle, c'est une assurance supplémentaire et des séjours dans des maisons spécialisées dans le traitement des dépressions nerveuses.
Mais je pense que le pire métier, c'est quand même la police et je tire mon chapeau aux policiers et aux militaires qui ne sont pas gâtés non plus.

Rédigé par : bécassine | 1 sep 2012 12:05:21

Certains des commentaires sont scandaleux et méritent quand même que l'on réponde:
- cette assurance supplémentaire nous fut proposée en ce qui nous concerne la première fois à la rentrée 1986, après que le directeur adjoint du collège des Francs-Moisins de Saint Denis ait été agressé et gravement blessé par un groupe d'ados armés de chaînes de moto. Le risque n'était pas suffisamment couvert à l'époque, et la rentrée 86 avait vu le collège s'équiper du premier portique automatique, ne permettant l'entrée que d'un seul élève , avec fermeture électrique. Automne 86: il n'y avait qu'u livre pour trois élèves en mathématiques au lycée d'en face, le budget de 'établissement ayant été englouti par le changement des carreaux de toutes les fenêtres.

Autre précision: tous les enseignants ne votent pas à gauche, loin de là. Dès les années 85-90, nombre int démissionnés, demandés des mutations ailleurs, ont subi l'automatisme des premièrs nominations dans les départements critiques.

Cette complémentaire, exceptionnelle encore en 86 puisque propre au secteur du "neuf-trois" et de Marseille, s'est généralisée, signe de la dégringolade sécuritaire au sein des établissements.

Etre enseignant, c'est croire au savoir, au don de soi, être attaché à la transmission, à la construction , à la réussite.

Quelle misère!


Rédigé par : erminig | 1 sep 2012 21:39:40

Enseignons à notre jeunesse ce que Saint Jeanne d'Arc disait : Les hommes guerroieront, et Dieu donnera la Victoire -
Jeunes gens, jeunes filles, apprenez à vous défendre, sport de combat, karaté, krav-maga et si vous le pouvez, en toute légitimité, initiez-vous si possible à l'utilisation des armes, les voyous ont des Kalachnikov, personne ne trouve à y redire, et vous, vous avez quoi ?? Rien ? Si, vous avez la volonté et le fait que vous êtes chez vous, en France, les autres n'y sont pas, leur naturalisation n'est qu'une imposture, du pipeau.

Rédigé par : lève-toi | 2 sep 2012 21:26:09

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige