« La France attend d’autres Jean-Baptiste | Accueil | Quel sens pour quel mot pour quelle société? »

12 septembre 2012

10 bonnes raisons de s'opposer à la dénaturation du mariage

Le diocèse de Paris publie un argumentaire non confessionnel, que voici :

1. Le mariage : une forme de vie précise mais pas exclusive

Le mariage est une forme particulière de vie commune. C’est le nom et l’institution juridique correspondant à l’engagement durable d’un homme et d’une femme qui souhaitent fonder une famille. Mais le mariage n’est pas un modèle universel. Il y a des célibataires, des concubins. Respecter vraiment les personnes homosexuelles, c’est les respecter aussi dans le fait de ne pas se plier au seul modèle du mariage, présenté ou perçu comme universel ou dominant.

2. Le mariage n'est pas la reconnaissance publique des sentiments

C’est se tromper sur la nature et la définition du mariage que de le considérer comme la reconnaissance sociale de l’amour, à laquelle pourraient aspirer tous ceux qui s’aiment sincèrement. On ne voit pas bien d’ailleurs l’utilité et la légitimité de la reconnaissance par les pouvoirs publics d’une relation amoureuse, la réalité la plus intime qui soit. Le mariage est en fait l’inscription de la filiation dans une institution stable, notamment pour protéger la mère (matri-monium) : il est en effet présumé que l’enfant d’une femme mariée a son mari pour père, avec les droits et les devoirs qui en découlent.

3. Le statut économique du mariage est lié à sa fonction sociale

Si le mariage est perçu comme un modèle attractif, c’est en particulier en raison des facilités économiques qui y sont liées. Mais celles-ci ne sont justifiées que par le soutien que la société estime devoir apporter à ceux qui contribuent à son renouvellement par la transmission de la vie et le travail éducatif. Il ne s’agit pas d’une « niche » fiscale et sociale, mais d’une prise en compte de l’apport spécifique de ce mode de vie à l’effort collectif. Détachées de cette justification, les contours économiques du mariage n’ont plus de raison d’être. Les célibataires devraient alors avoir exactement les mêmes droits que les « mariés ».

4. Le mariage entre personnes de même sexe entraînerait en fait la fin du mariage civil

L’orientation sexuelle n’a pas l’objectivité de l’identité sexuelle. L’expérience prouve qu’elle peut changer au cours de la vie et elle n’apparaît pas sur les cartes d’identité. Compte tenu de l’extrême souplesse de fait des obligations juridiques liées au mariage, rien n’empêcherait le cas échéant que deux hommes ou deux femmes totalement hétérosexuels se « marient » pour des raisons fiscales ou en vue d’un « regroupement » professionnel… Le mariage ne serait plus en réalité qu’une association contractuelle d’intérêts privés. On ne serait donc pas passé du PACS au mariage mais on aurait résorbé le mariage, institution sociale, dans le PACS, contrat privé. L’ouverture du mariage aux partenaires de même sexe reviendrait finalement à supprimer le mariage civil.

5. Conséquences logiques d’une déstructuration du mariage

Pourquoi le mariage unit-il deux personnes ? Parce qu’il s’agit d’un homme et d’une femme, en vue notamment de la procréation. Si l’on sort de ce modèle, pourquoi limiter à deux le nombre de partenaires ? C’est ainsi qu’un mariage à trois a été célébré au Danemark récemment. Dans le contexte français, la polygamie est devenue une question sociale sensible. Elle fait partie de l’expérience culturelle de certaines populations immigrées. Mais elle est aussi paradoxalement, certes sous une forme non juridique, le mode de vie assumé d’une frange de la population qui revendique ce droit aux partenaires multiples et simultanés. Le cas échéant, quels seraient donc les arguments probants qui permettraient de restreindre les ouvertures d’un « mariage » désormais détaché de son lien objectif avec la procréation ? Se posent d’ailleurs non seulement la question des partenaires multiples mais aussi celle des relations intrafamiliales ou intergénérationnelles.

6. Le mariage entre personnes de même sexe aggraverait le communautarisme

Le tout nouveau « code de la laïcité et de la liberté religieuse » justifie l’obligation de ne marier religieusement que ceux qui se sont mariés civilement par un souci d’ « intégration dans l’espace public ». Si le mariage civil devenait totalement équivoque par rapport à ce que l’ensemble des religions entendent par mariage, cette lourde obligation du code pénal leur deviendrait inacceptable et elles demanderaient vraisemblablement sa suppression. Dans le contexte sensible de la montée des communautarismes en France, il y aurait là un facteur de désintégration sociale.

7. Privilégier les droits « de » l'enfant plutôt que le droit « à » l'enfant

L’adoption consiste fondamentalement à donner des parents à des enfants qui en sont dépourvus et non l’inverse. Ce qui est premier dans ce processus n’est donc pas le désir des parents mais le besoin des enfants. Faire en sorte que leurs parents adoptifs remplacent au plus près leurs parents biologiques est donc une priorité.

8. L'adoption par les célibataires : un faux argument

La possibilité de l’adoption par des célibataires remonte aux lendemains de la guerre et s’explique au départ par un déficit de partenaires masculins pour les femmes et par une recrudescence du nombre des orphelins. On dira aujourd’hui que permettre l’adoption par le partenaire de même sexe d’un parent adoptif, c’est « sortir de l’hypocrisie ». En réalité, même si un parent adoptif a un partenaire de même sexe, le désigner comme un deuxième père ou une deuxième mère ne correspond pas à la réalité et constitue donc un mensonge. Il peut être légitime et opératoire en revanche d’établir un dispositif circonscrit de « délégation de l’autorité parentale pour les actes de la vie courante ».

9. Le mariage entre personnes de même sexe fragiliserait l'adoption internationale

On dira souvent qu’il vaut mieux qu’un enfant soit adopté par des partenaires de même sexe plutôt que de ne pas être adopté de tout. Chacun sait qu’en réalité cette question ne se pose pas puisque le nombre d’enfants adoptables est moins important que les demandes de parents adoptifs. En revanche, comme l’évoque un film récent, un certain nombre de pays refusent que leurs ressortissants soient adoptés par des parents provenant de pays où l’adoption par des partenaires de même sexe est autorisée. S'il y avait une légalisation en France, un grand nombre de pays interrompraient l'adoption internationale vers notre pays, ce qui diminuerait considérablement les possibilités d’adoption pour les familles françaises.

10. Le recours à la GPA largement identifié comme une atteinte à la dignité des femmes

L’aide médicale à la procréation peut sembler changer les règles de la parenté. Mais qu’on le veuille ou non, tout enfant, même s’il est né grâce à une insémination artificielle ou une fécondation in vitro, n’a pas deux pères ou deux mères : il a un père et une mère biologiques. Certains hommes vivant avec un partenaire de même sexe souhaiteraient, pour adopter des enfants, recourir à la gestation pour autrui. Celle-ci est actuellement rejetée et par la majorité (position du Gouvernement pendant la révision de la loi de bioéthique) et par l’opposition (vote du Conseil National du PS en décembre 2010) comme gravement attentatoire à la dignité des femmes. La coïncidence des revendications appelle en retour une cohérence du discernement.

Posté le 12 septembre 2012 à 12h18 par Michel Janva | Catégorie(s): Homosexualité : revendication du lobby gay

Commentaires

Excellent document à faire circuler....urbi et orbi !
Bravo à vous de l'avoir publié in extenso.
Il faudrait aussi réagir rapidement à l'offensive pro homo du Mouvement des Jeunes Socialistes qui se revendique comme étant la "Génération Mariage"

Rédigé par : Fredo44 | 12 sep 2012 13:42:43

Le "mariage homosexuel" est certes d'actualité pour faire oublier les difficultés gouvernementales à combattre le chômage et les problèmes de la crise mais c'est surtout une MONSTRUOSITE ! Le document ci-dessus est à lire attentivement, il dit tout ! Bon nombre d'homosexuels n'ont d'ailleurs aucun désir de se "marier" ni d'élever des enfants, cette dernière revendication est surtout féminsite, ces idées viennent des ex-soixanthuitards aujourd'hui au pouvoir et qui réalisent, qu'ils le sachent ou pas, les plans francs-maçons de destruction de la société et de l'Eglise.Il va de soit que le vrai mariage, qui est un sacrement avant tout, peut seul fonder la société humaine ! Les enfants qui en sont issus se ressemblent, ressemblent à leurs parents, à leurs grands parents, ont pour vocation eux-mêmes de poursuivre cette chaîne intime et sacrée et de perpétuer ce qu'on osait appeler par son nom il-y-a peu encore...la "race" au sens le plus noble du terme et ceci exprimé sans aucun "racisme" !
La véritable famille est la cellule de base de toute société sensée, solide, pérenne ! On ne fonde pas une société sur des "désirs d'enfant", sur des idées d' "égalité" en tous points stupides et malfaisantes, sur des désirs sexuels particuliers et des amboigüités égoïstes ! On peut s'aimer, c'est vrai, entre personnes d'un même sexe, on n'en commet pas moins un péché au sens religieux si on le concrétise sexuellement et si on persiste en se "pacsant" ou en se "mariant", ce sont des parodies, des modes tout au plus qui ne conduisent qu'à la ruine.Parlez-en donc aux mahométants, aux israélites !!!
Pour toutes ces raisons et celles énoncées dans cet article, nous devons tous nous associer à toute manifestation publique, prière privée ou publique, pétition ou tout acte légal et légitime pour protester et combattre honorablement ce projet infâme.

Rédigé par : Julien | 12 sep 2012 14:21:31

La fin du n° 8 est étonnante : quelque contraignante que soit la situation, le respect des règles de responsabilité liées à la parenté doit demeurer intangible, sous peine de créer des confusions psychologiques dommageables pour l'enfant !

Rédigé par : Marie | 12 sep 2012 15:35:48

Le mariage est une institution de nature incitative.

Or il n'y a aucun lieu d'inciter les unions homosexuelles.

Rédigé par : Fucius | 12 sep 2012 17:05:51

Il manque à cet excellent argumentaire la réponse à un point central: celui de l'égalité. Oui, il n'est pas égal que certains couples puissent se marier et d'autres pas. Pourtant ce n'en n'est pas moins juste. En effet les philosophes politiques depuis Platon et Aristote ont montré qu'une certaine égalité pouvait devenir paradoxalement inégalitaire si elle ne prenait pas en compte le mérite. Il n'est pas équitable que celui qui n'a pas travaillé gagne autant que celui qui a sué tout le jour. De même il ne serait pas équitable que ceux qui n'ont pas la capacité naturelle de procréer aient les mêmes droits que ceux qui l'ont. Le mariage ne constitue pas une inégalité mais au contraire une égalité plus juste, l'équité, qui consiste en l'occurrence à reconnaître le mérite que constitue la capacité de procréer.

Au nom de l'égalité, non au mariage homosexuel!

Rédigé par : Theopol | 12 sep 2012 21:54:58

Merci de nous avoir fait connaître cet argumentaire excellent, et merci au diocèse de Paris de l'avoir établi.

Rédigé par : clovis | 12 sep 2012 22:41:33

et les bisexuels pourront se marier avec une personne de chaque sexe ?

Rédigé par : B. | 12 sep 2012 23:41:58

Un renvoi à cet excellent document mériterait de figurer de façon permanente en tête de votre site, afin que les lecteurs s'en pénètrent et soient à même d'argumenter adroitement.

Rédigé par : MLD | 17 sep 2012 19:14:09

D'accord avec MLD pour dire : "Un renvoi à cet excellent document mériterait de figurer de façon permanente en tête de votre site, afin que les lecteurs s'en pénètrent et soient à même d'argumenter adroitement"

[C'est le cas. MJ]

Rédigé par : Cpdm | 25 sep 2012 08:24:39

Manque toujours l'argument pourtant particulièrement important à notre époque en raison du nombre de personnes concernées de l'injustice que cela représenterait pour les célibataires, qui portent seuls le poids financier (et psychologique !) des nécessités de la vie quotidienne. Qu'ils soient imposés plus lourdement que les gens mariés est juste, car ils n'assument pas la charge d'enfants, mais il en est de même pour les homosexuels qui par nature ne peuvent avoir d'enfants - et n'en assument pas (ou quand ils en assument en raison par exemple d'une précédente union, jouissent bien sûr des mêmes mesures que les célibataires ayant adopté).

Rédigé par : Marie | 7 oct 2012 20:31:07

Bonjour

… Les enfants, qui seront placés dans ce nouveau cadre légal du dispositif familial, seront observés, suivis, examinés… dans l’expectative de résultats absolument incertains… improbables…

Soumis à toutes les controverses… jouets des expertises et de contre-expertises… Ils serviront très exactement de cobayes, d’animaux… « posés sur la paillasse » des laboratoires en psychologie…

… Manipulés, au gré des caprices de savants fous et cruels… qui les regarderont comme de purs et simples objets d’études, servant à remplir des statistiques, suivant des « protocoles », des « tests », des « études comparatives »… pour valider les thèses et les doctrines des gourous du lobby gay, ou de ceux qui s’y opposent, etc. etc. …

… Thèses, doctrines, dont ces pauvres enfants feront, en réalité, seuls les frais… sur leur propre avenir, leur santé, leur capacité à mener une vie harmonieuse… avec le risque de l’enferment dans des pathologies graves, des symptômes insupportables… dont ils devront assumer le prix avec leur propres vies !...

Légaliser l’Adoption par des couples homosexuels reviendrait à transformer les enfants qui en seraient victimes en cobayes, en animaux… en objets d’études pour les laboratoires en psychologie…

Ce n’est pas une simple métaphore, ni une image exagérée… C’est une réalité concrète.

xxxxxxxxxxxxxxxxx

Les « LABORATOIRE EN PSYCHOLOGIE » ce n’est pas un fantasme : c’est une réalité un outil universitaire, scientifique réel.

Il suffit de taper : « laboratoire psychologie », dans GOOGLE, pour trouver des réponses, par milliers…

A Paris, on trouve L’INSTITUT DE PSYCHOLOGIE de l’UNIVERSTE DE PARIS RENE DESCARTES.
Et sur leur site Internet on obtient la liste de leurs laboratoires de recherche…

… Dans cette liste, on notera, tout particulièrement, ce LABORATOIRE spécialement dédié à l’étude des enfants:

“Laboratory for the Psychology of Child Development and Education (LaPsyDÉ)”

http://recherche.parisdescartes.fr/lapsyde
Sans l’ombre d’un doute, le concept de « LABORATOIRE EN PSYCHOLOGIE », n’est pas un fantasme : c’est une réalité.

xxxxxxxxxxxxxxxxx

… Toutes les tendances de la Psychologie, ou de la Psychiatrie… TOUTES... Que ce soit les plus officielles, ou les plus controversées… toutes affirment le rôle prépondérant, primordial, de la structure familiale, en tant que facteur de développement harmonieux… ou de destruction psychologique des individus.
Il n’y a pas une seule théorie psychologique qui relativise, ou minimise, l’importance de la structure familiale : toutes reconnaissent que la famille est le socle, la base, de la santé ou de la maladie mentale…
Même lorsqu’une psychopathologie est d’origine physique : c’est la structure familiale qui permet d’arriver à y faire face, ou pas. Etc. etc. …
xxxxxxxxxxxxxxxxx

Oui, sans l’ombre d’un doute, cette modification de la structure légale du cadre familial naturel, reconnu, expérimenté et validé depuis des millénaires, constitue, en réalité, une tentative hasardeuse… qui met en jeu, dans un véritable processus d’étude expérimentale, l’avenir, le développement, la santé, etc., des enfants qui y seront soumis…


On voit bien que, d’ores et déjà, ces enfants sont considérés comme quantité négligeable, par ceux qui prônent la légalisation de l’adoption par des couples homosexuels : la seule chose qui compte vraiment, pour eux, c’est le plaisir, la satisfaction des désirs des prétendus parents adoptifs…

BREF, il faut le dire et le répéter: on peut affirmer, sans exagérer, que La légalisation de l’adoption d’enfants par des couples homosexuels reviendrait, très exactement, à transformer les enfants qui en seraient victimes, en animaux… en cobayes, « posés sur les paillasses » des laboratoires en psychologie et en psycho-sociologie.

C’est un crime…

Un crime contre l’Humanité.

Faut-il, à ce titre, porter plainte devant les instances juridiques européennes… Internationales ??? …

J’en suis convaincu.

Rédigé par : WILLIAMSON | 9 oct 2012 10:29:49

il est très agréable de pouvoir lire à tête reposée ce document . Comment ne pas réagir ?
voilà des années que les gouvernements successifs font des déviants et des malhonnêtes la norme pour le pays .Le mariage n'a jamais été interdit aux homosexuels, et beaucoup d'entre eux sont mariés.
Je me pose simplement les questions suivantes , en quoi cette ânerie sacrilège va sortir le pays du marasme?
que sera la suite du programme ...polygamie légalisée...autorisation d'épouser son animal favori pour lui assurer la réversion de notre retraite après notre mort ...déferlante de mariages financiers plus intéressants que des regroupements économiques...
Mais comment lutter et se faire entendre puisque toute opinion réfléchie est considérée comme l'expression d'un racisme ou d'une discrimination?
si j'étais en âge de procréer, je deposerais un testament stipulant que je refuse l'adoption de mes enfants nés ou à naitre par un couple homosexuel ...
peut être cela ferait un peu reflechir les quelques uns grassement payés qui croient avoir droit de ne pas representer l'opinion de ceux qu'ils musèlent dès qu'ils les ont élus .

Rédigé par : josette bouet | 14 oct 2012 09:56:54

De par la charte de l'environnement annexé à la Constitution de 1958 tout homme a droit à un environnement équilibré, le petit d'homme aussi nous semble-t-il. De plus de par la Convention internationale sur les drits de l'enfant ratifié par la France en 1990 le législateur est tenu de prendre en considération l'intérêt supérieur de l'enfant, nullement donc les souhaits ou désirs d'adultes si pioignants soient-ils. Puisse nore gouvernement s'inspirer de ces textes qui l'oblige.

Rédigé par : Michel Nouaille-Degorce | 14 oct 2012 21:16:54

Excellent argumentaire. Mais il y manque le point soulevé par Thibaut COLLIN, pour qui le mariage de personnes de même sexe crée une inégalité, une injustice et un mensonge à l'égard des enfants.

Rédigé par : Vu de Marcq | 16 oct 2012 14:53:51

Excellent
On peut également rajouter un argument sur "l'homosexualité naturelle"... 2 arguments :

* Dans la nature in existe aussi le viol, l'inceste, le meurtre... si on prend l'homosexualité il faut aller jusqu'au bout du raisonnement.
* Et a ce que je sache, des animaux homosexuels ne peuvent pas procréer !!

C'est argument que l'on entend souvent et qui n'a aucune valeur. Sachons y répondre simplement !

Rédigé par : Jorioz | 6 nov 2012 09:03:40

@ Julien

Pas d'accord lorsque vous dites que -je vous cite :
"Il va de soit que le vrai mariage, qui est un sacrement avant tout, peut seul fonder la société humaine !"
Le mariage est un acte naturel, qui prééxistait à la religion juive et au christianisme et à ses sacrements ; que l'engagement naturel, ''païen'' ait en qq sorte une valeur d'engagement et donc de sacrement ''laïc''par le serment de fidélité, d'assistance, de protection mutuelle et de procréation et éducation des enfants, on peut le penser. Mais dans la mesure où cet argumentaire de l'archevêché de Paris se veut de l'ordre de la morale naturelle, n'engageons pas les sacrements chrétiens dans la logique de sa démonstration : loin de la la renforcer, ce sera l'affaiblir.

Rédigé par : PG | 6 déc 2012 11:27:35


Le malentendu vient de ce que la société a accepté de considérer comme "orientation" sexuelle ce qui est en réalité une déviation sexuelle... (orientation contre nature...); d'où l'incongruité de parler de "couple" de personnes de même sexe; le couple étant majoritairement une association de "contraires" ou d'"opposés...

Rédigé par : DESMASSES | 9 déc 2012 18:10:27

Le malentendu vient de ce que la société a accepté le concept d'"orientation sexuelle", alors qu'il s'agit en fait de "déviation sexuelle", puisque exercice de la sexualité contre nature...
De plus, par couple, on entend en principe l'association de "contraires" ou "d'opposés" et non de semblables... (C.f. le petit Larousse...).

Rédigé par : DESMASSES | 9 déc 2012 18:29:27

Bonjour ,je ne comprends pas pourquoi on dit que les homosexuels ne peuvent pas se marier, ils peuvent le faire ...avec une personne du sexe opposé !
voilà des années que cette déviance existe et que des tordus de la sexualité , au lieu d'assumer leur déviance veulent en faire une norme avec les dégâts que l'on sait, tant les médias leurs donnent de possibilités de militer pour la propagation de leur particularité .
un ami fut surpris dans sa jeunesse avec un copain à mesurer leur zizi.... l'éducateur de la maison d'enfant s'empressa de lui faire comprendre qu'il était homo que c’était bien et pas du tout anormal et de le conforter dans son égarement d'enfant .
Il eut donc un ami (éducateur)puis le quitta et consulta un psychologue chrétien qui lui demanda de réfléchir et d'en parler . aujourd'hui ce monsieur a quatre enfants et en a recueilli trois autres avec son épouse , c'est un père excellent qui dit qu'il fut encouragé dans cette voix par des services sociaux éducatifs , quand il aurait eu besoin ,dit il,qu'on ignore cette chose...
inutile de vous dire comment il considère ce mariage gay et la tendresse qu'il voue a tous ses anciens " bons éducateurs " .
en ce qui concerne l'adoption,
pourquoi ne pas conseiller aux chrétiens de faire comme je l'ai fait, un testament chez le notaire ,stipulant que l'on refuse que nos enfants nés ou à naitre soient adoptés par un couple de même sexe si nous décédons trop tôt pour qu'ils se débrouillent seuls .
ce texte est remarquable et je vous remercie de l'avoir mis en ligne
au revoir

Rédigé par : josette | 27 déc 2012 13:02:46

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige