« L'épiscopat américain condamne les décisions de la Cour Suprême | Accueil | Toujours debout »

27 juin 2013

Un gouvernement qui se réfugie dans la violence est en perdition

D'Yves de Kerdrel dans Valeurs Actuelles :

E"C’est la première fois depuis les événements d’Algérie que la France compte un prisonnier politique. Un gamin qui n’a commis aucun acte de délinquance et dont le seul tort est d’avoir exprimé une opinion contraire à celle du gouvernement. Si cette affaire mérite d’être soulignée, c’est parce qu’elle est très grave. Sur le plan juridique, politique, et même philosophique.

Juridique d’abord. Car Nicolas n’a pas été jugé en droit, mais en circonstances. Parce qu’il fallait au pouvoir la nécessité de “faire un exemple”. Mais quelle est donc cette justice qui met au cachot un jeune usant du droit constitutionnel de manifester, et qui dans le même temps vient de relaxer dix-neuf voyous qui ont attaqué en mars dernier une rame de RER, aspergeant une trentaine de passagers de gaz lacrymogène avant de repartir avec leurs téléphones et leurs portefeuilles ? Cette justice politique fait peur. Elle fait écho aux pages les plus terribles de notre histoire. Et ce n’est pas par hasard si un nombre croissant de magistrats commencent à s’en inquiéter.

Bien sûr l’injustice faite à Nicolas pose aussi un problème politique. Elle témoigne d’un gouvernement qui voit le sol se dérober sous ses pieds. Son échec est désormais patent sur tous les plans. Son impopularité est à un niveau record. Chaque scrutin partiel est un signe supplémentaire de la colère des Français. Et comme il est démuni, il se réfugie dans des actions de basse police. D’abord en nourrissant les gazettes, qui lui trouvent encore des excuses, de pseudo-affaires sorties des poubelles sur les personnalités du précédent quinquennat. Ensuite en muselant petit à petit tous ceux qui sont prêts à “ne rien lâcher”, tous ceux qui ont choisi le camp de la légitimité contre celui de la légalité politique, et tous ceux qui ont pris le parti de la résistance.

Cette incarcération montre enfin ce que nombre de grands auteurs, de Suétone jusqu’à Alain en passant par Montesquieu, nous ont enseigné : un gouvernement qui se réfugie dans la violence est un gouvernement en perdition. Comme l’écrivait le philosophe Vladimir Jankélévitch : « La violence n’est rien d’autre qu’une force faible. » Et Lacordaire de rappeler que « l’injustice appelle l’injustice et la violence engendre la violence ». Voilà de beaux arguments pour tous les élèves de terminale S qui devaient répondre la semaine dernière à la question : “Peut-on agir moralement sans s’intéresser à la politique ? ”

Car que va-t-il rester de tout cela ? Un Nicolas qui sortira dans deux mois de prison en héros d’une révolution morale et pacifique. Un mouvement non violent qui voit se rallier à lui des milliers de pétitionnaires. Un ras-le-bol contre tous ces ex-soixante-huitards qui proclamaient il y a quarante-cinq ans “il est interdit d’interdire” et qui veulent aujourd’hui davantage régenter la sphère privée que restaurer l’ordre et la sécurité dans le pays. Et enfin une exaspération qui va enfler jusqu’à faire descendre dans la rue des Français de tous bords qui ne demandent qu’une chose : qu’on les laisse vivre, agir et penser comme ils l’entendent."

Posté le 27 juin 2013 à 14h17 par Michel Janva | Catégorie(s): Liberté d'expression

Commentaires

"Quand on hait les tyrans, il faut aimer les rois" (Victor Hugo)

Rédigé par : Dominique | 27 juin 2013 15:00:44

Je suis septique sur la première ligne. De nombreux écolos, bretons, basques, et autres acteurs d'un désacord avec le gouvernement auraient des exemples à vous proposer.

Ma plume n'est pas très agile. Cependant j'aimerai voir envoyé aux divers médias (courrier des lecteurs, etc.) des questions posées sereinement, avec un style respectueux et agréable sur :
- le partage des pouvoir : pourquoi présente-t-on les lois comme venant de l'exécutif (gouvernement ou président) avec un législateur ressemblant à une chambre d'enregistrement?
- le fonctionnement de la police : le net publie des témoignages de controles d'identité / GAV qui sembles excessif, les journalistes considèrent-ils cela comme normal ? sur quels précédents ?
- Les lois "Sarkozy" facilitent l'utilisation de la garde à vue, du prélèvement ADN, etc. Quelles étaient les positions des différents partis lorsqu'elles ont été votées ? et maintenant ? leur utilisation a-t-elle évolué ?

Une même série de lettre peut être envoyée à de multiples média, augmentant la chance qu'une soir reprise.
On pourrait ainsi établir un dialogue, par la petite porte (cela ne fait pas la une) et dans une ambiance moins passionnée que les sites revendicatifs ou les invectives des plateaux télé.

Rédigé par : Florent | 27 juin 2013 15:19:49

Courriel envoyé à France Inter :

"Si l'on s'interroge sur le point de savoir si France Inter est bien une Radio Bolcho, une forme de police politique soviétoïde à la botte du pouvoir en place ou un organe de presse indépendant, il est un test qui ne trompe pas :

Quel écho réservera-t-elle à la condamnation cinglante par le Conseil de l'Europe (Résolution 1947 (2013)) des abus policiers commis par la police de Monsieur Valls à l'encontre de la Manifestation pour Tous ?

L'heure de vérité a sonné, camarades, et ce qui reste de votre crédibilité (à mon sens fort peu) se joue dans cette affaire.


La France vous attend au tournant."

Rédigé par : lestaque | 27 juin 2013 15:28:24

Finalement, tout ce qui se passe est très logique. Ils ont essayé de tuer Dieu. Puis ils ont essayé de combler le vide spirituel ainsi créé par la consommation et le divertissement. Les besoins en consommation et en divertissement sont tellement grands pour essayer de remplacer Dieu que le travail d'un homme ne peut y suffire. Ils ont donc créé le crédit individuel à la consommation, l'endettement social des Etats, bref : le mensonge. Et le mensonge est toujours rattrapé un jour par la réalité. La crise est en passe de submerger tous ces régimes. Ils paniquent. Ils répriment. Leur monde s'effondre. Nous restons debout, vainqueurs.

Rédigé par : Julien | 27 juin 2013 15:39:55

Il est plaisant de voir cet article dans Valeurs Actuelles, notamment ce constat sur le "gouvernement qui voit le sol se dérober sous ses pieds. Son échec est désormais patent sur tous les plans. Son impopularité est à un niveau record. Chaque scrutin partiel est un signe supplémentaire de la colère des Français."
Cependant, messieurs les journalistes inféodés à l'Ump de V.A., comment se fait-il que ce gouvernement de gauche soit aux affaires dans un pays majoritairement à droite depuis bien longtemps ? Comment se fait-il que ces sinistres sectaires du PS soient aux commandes partout (villes, intercommunalités, conseils généraux, conseils régionaux, médias, culture, éducation, justice, police...) alors que la grande majorité de nos concitoyens n'en veut pas ? Allez-vous dénoncer la politique - suicidaire pour la France - de l'Ump et de ses cadres franc-maçons qui nous imposent le socialisme et son lot commun d'amoralité (vices sexuels, corruption, affaires, meurtre des plus faibles, mensonge permanent...) depuis plus de trente ans ?
Alors oui, ce gouvernement se réfugie dans la violence parce qu'il sait qu'il n'est pas légitime et que ses jours sont comptés ; tous les moyens lui sont bons pour placer ses pions, assurer ses arrières, empêcher tout retour d'une droite véritable, de valeurs et de courage, de réalisme et de générosité, au pouvoir.
Les français qui se lèvent aujourd'hui en ont assez d'être pris pour des imbéciles.

Rédigé par : jpr | 27 juin 2013 16:49:17

"C’est la première fois depuis les événements d’Algérie que la France compte un prisonnier politique"

C'est à nuancer. Un exemple. Entre 1999 et 2001, 11 militants Bretons sont emprisonnés pour terrorisme mais ne sont jugés qu'en 2004. Tous sont écartés du dossier du procès concernant l'attentat meutrier du Mac Do de Quévert en 2000 et attribué sans aucune preuve à l'ARB (Armée Révolutionnaire Bretonne). Mais le porte parole du mouvement politique Emgann, Gaël Roblin, lui, effectue au bout du compte près de 4 ans de détention provisoire en prison.

Ce n'est pas plus légal à cette époque que maintenant.

Et ça, on se garde bien d'en parler dans les médias parisiens donneurs de leçons de démocratie. Ici, on en parle parce que ça se passe à Paris, voilà tout.

Rédigé par : PGC | 27 juin 2013 16:50:41


Merci de souligner clairement et sans faux semblant
qu'il n'a commis AUCUN ACTE DE DÉLINQUANCE
et qu'il SUBIT UNE INJUSTICE

C'est important et JUSTE de l'affirmer fermement y compris devant les magistrats

Rédigé par : DUPORT | 27 juin 2013 17:43:24

Lorsqu'un détenu n'est pas en sécurité, en principe on le met plutôt dans une cellule pour VIP. Au contraire Nicolas s'est retrouvé dans un cul de basse fosse, sans même avoir la possibilité de se tenir propre. Depuis quand un prisonnier doit être privé de l'hygiène la plus élémentaire, sans une promenade réglementaire ni soutien de sa famille ?

C'est bien simple, sous toutes les dictatures.

Qui de si puissant le menaçait dans cette prison ?

Rédigé par : Jean Theis | 27 juin 2013 17:53:01

Nicolas B. est à l'isolement mais ça n'a rien à voir avec des oubliettes, il ne faut pas exagérer.

La mesure d'isolement qui a été prise par l'administration pénitentiaire est une mesure de protection du détenu comme me l'a bien expliqué un ami gardien de prison. Nicolas, une fois installé dans son quartier a bien le droit aux parloirs, à la lecture, à la promenade quotidienne et à 3 douches par semaine. Il n'a en revanche aucun contact avec les autres détenus, est ce vraiment un mal ?
Esteban Morillo, accusé du meurtre de Clément Méric, bénéficie de la même mesure.

Rédigé par : Colargol | 27 juin 2013 18:59:26

LE plan N° 2 à dors et déjà débuté. Une proureure de la répu....ue après avoir réclamée un mois d'emprisonnement et 8000 euros d'amende contre un défenseur de la vie a PUBLIQUEMENT souhaitée avec l'affirmation d’une volonté de rétablissement en France des hôpitaux psychiatriques qui fonctionnaient jadis en Union Soviétique.

Une corrélation de plus avec l'idéologie LENNINISTE ou STALINIENNE,vous savez cette idéologie (qui engendra le National-Socialisme) et semble tellement plaire à nos Socialistes-Nationaux, incapables d'enrayer les désastres de leur politique économique et qui du haut de leur pauvreté intellectuel se réfugient dans la violence, la brutalité d'une répression incontrôlée et stérile.
Notre réponse INSURRECTION ECONOMIQUE. Aucun achat de notre part lors de ses soldes = aucune TVA collectée sur notre dos.

Rédigé par : siloe08 | 27 juin 2013 20:57:29

Vous n'êtes pas septique, heureusement sinon vous ne pourriez pas vivre! Alors disons que vous êtes sceptique..

Rédigé par : Clovis | 27 juin 2013 21:54:12

Asimov, grand scientifique et auteur de science-fiction disait et répéta plusieurs fois dans son œuvre magistrale:
"la violence est le dernier refuge de l'incompétence".
Pas besoin de commentaire : Hollande, Taubira, Valls, Peillon, Vallaut-Belkhacem ne font que confirmer.

Rédigé par : I-Ronnie | 27 juin 2013 23:09:45

Faux :

- la France a compté et compte plusieurs prisonniers politiques chez les opposants au jacobinisme parisien, chez les BASQUES, CORSES, BRETONS, OCCITANS, ETC.

Ceci est vrai pour tous les gouvernements depuis la guerre, mais n'excuse pas l'emprisonnement du jeune Nicolas.

Rédigé par : Arthur | 28 juin 2013 14:11:26

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige