« 19 juillet : accueil de François Lamy à Avignon | Accueil | Tour pour tous : l'intox du Monde démontée »

16 juillet 2013

Baptêmes "subis" : La justice va t-elle s'immiscer dans les affaires de l'Eglise?

Ils appellent cela des baptêmes "subis", ceux qui veulent voir disparaître toute trace du sacrement de baptême qu'ils ont reçu quelques temps après leur naissance. Une plainte a été déposée en ce sens, demandant que les registres paroissiaux soient modifiés et les noms effacés  :

"Pour moi, aujourd’hui, le baptême est comme une double punition. Être dans le registre comme baptisé, alors que je n’ai rien demandé et que je ne désire plus être lié à l’Église, et être encore dans le registre avec la mention “A renié” dans la marge. Fiché comme baptisé, et fiché comme renégat. Je ne veux plus apparaître du tout. C’est mon droit".

Monseigneur Dagens répond : 

“On n’efface pas les archives (...) On ne peut pas supprimer de l’histoire quelque chose qui a existé…".

Certes, mais ça c'était avant. Le risque maximal à craindre, c'est une interdiction pour les parents d'imposer le baptême "subi" à des enfants qui ne le choississent pas. Voilà qui obligerait de vivre des années sans la grâce du Sacrement. Car c'est avant tout de cela qu'il est question. Et là César n'a pas à mettre sa main.

Posté le 16 juillet 2013 à 13h58 par Lahire | Catégorie(s): Cathophobie

Commentaires

Bientôt de nouveaux réfractaires ? Il va falloir replanter les bocages...

Rédigé par : meunier | 16 juil 2013 14:10:54

1) certains ont eu la vie sauve grâce à de faux actes de baptême il y a environ soixante-dix ans.
2) va-t-on voir se multiplier les ondoiements?
3) les divorcés ne seraient-ils pas en droit d'exiger qu'on efface leur mariage des registres de l'état-civil?
4) les candidats au suicide ne vont-ils pas envisager aussi que, post mortem, l'on efface leur acte de naissance?

Rédigé par : C.B. | 16 juil 2013 14:15:22

On attend les procès à venir pour circoncision subie... Ah tiens, non, là il n'y a plus personne ?

Rédigé par : Pitch | 16 juil 2013 14:21:10

Il restera toujours les baptêmes secrets ou en urgence, que nous importe que l'état en soit averti ... Seul notre adoration pour Lui compte !
Le malin est plus efficace contre l'Eglise par l'intérieur par quelques boucs qu'ils soient laïcs, prêtres ou évêques franc - maçons, notamment.
Que la Sainte Vierge Marie, en ce jour de Notre Dame du Mont Carmel, avec l'aide de Saint Michel, terrasse la bête et, comme l'a dit notre Saint Père récemment, nous en débarrasse !

Rédigé par : Vivi | 16 juil 2013 14:21:21


D'abord leurs parents ont souhaité les baptiser
Ils ont été baptisé donc ils figurent dans le registre c'est normal.
S'ils considèrent cela comme un punition c'est qu'ils n'ont pas du en avoir souvent des punitions et qu'ils n'ont pas grand chose à faire dans la vie !

On met "A renié" dans la marge d'un registre qu'ils ne consultent pas et cela serait une autre punition ? Il faut qu'ils se fassent soigner !

Rédigé par : DUPORT | 16 juil 2013 14:23:44

Alors si on l'enfant ne peut-être baptisé
à la demande de ses parents...

La circoncision pour les musulmans et les juifs seront aussi interdit en France...

Ce qui impliquera un baptême hors de France..

Nous pouvons dès aujourd'hui demander que le mariage religieux catholique n'ai plus d'obligation avec la loi française.

Ainsi, l'état ne sera qu'une caisse
d'enregistrement...ce qu'elle est par nature.

Le patriotisme sera au Christ-Roi...

Rédigé par : jacky.a | 16 juil 2013 14:35:26

Cela sonnera-t-il un retour aux pratiques religieuses tenues secrètes comme....sous la révolution française ? Personne, jamais, n'empêchera des parents de faire baptiser leur enfant, registre ou pas. Ils peuvent créer autant d'interdits qu'ils souhaitent en la matière, l'Histoire démontre que l'on étouffe pas ainsi la foi avec des lois en terre chrétienne et que le résultat est "pire" puisqu'il développe un esprit de rébellion, de résistance et que la Grâce surabonde !
Si au moins tout cela hâtait le retour du Christ!

Et pour ceux qui ont subi la circoncision sans la demander ? Qui naissent juif à cause de leurs parents, sans avoir rien demandé, n'est-ce pas une punition? Va peut-être, aussi, falloir se pencher sur la question.... ;-)

En bref, cette personne doit avoir une blessure bien profonde pour se sentir puni de ce qu'il a renié et d'avoir tant à coeur que cela n'existe pas ! Il pourra effacer tous les papiers qu'il veut, il est et demeurera baptisé !

Merci au bon sens de Monseigneur Dagens.

Rédigé par : laure | 16 juil 2013 14:35:33

Ses gens là veulent-ils également porter plainte contre leurs parents pour la naissance qu'ils n'ont pas choisie ?

Rédigé par : Roger | 16 juil 2013 14:41:57

Ça sent le retour aux catacombes!...mais pour le baptême, qui donc pourra effectivement effectuer un contrôle? On ne demande pas la permission du diable pour l'administration des sacrements!
Où ça pourrait se compliquer, c'est pour la suite, dès lors qu'un enfant est capable de parler et donc de répondre ingénument aux questions de Big Brother et de ses affidés. Pourquoi ne pas faire comme les orthodoxes et administrer "tout en un" (pardon pour l'expression!) dès la naissance. Autant que les Sarrasins n'auront pas..Evidemment ça ne dispensera pas d'imaginer des stratégies pour la suite des évènements, mais après tout, quand il y a danger de mort, et ça commence à y ressembler, au moins sur le plan spirituel, on enjoint aux enfants de mentir, comme on a fait avec les enfants juifs munis de certificats de baptême pendant la guerre. Doit-on la vérité au démon? Bien sûr que non!!!
Nous n'en sommes pas encore là, mais si prévoir le pire ne le fait pas arriver, se cacher la tête dans le sable ne l'en empêchera pas non plus.

Rédigé par : Michèle | 16 juil 2013 14:43:20

Il serait temps que l'Eglise en France et ses représentants se réveillent!!! Déjà des demandes de mariage homo à l'église aujourd'hui. Demain, interdiction de baptiser ses enfants??? Si on interdit de baptiser les enfants, il faudra interdire la circonsision. Comment réagiraient les juifs et les musulmans face à une telle interdiction? N'est-ce pas cher monsieur qui va devant le tribunal parce qu'il se sent doublement puni avec le baptème!
Dans le fond, la réponse de Mgr Dagens est très pertinente: "on n'efface pas l'histoire". Demandez aux dictateurs FM socialistes ce qu'ils en pensent...: Oui! Oui! Il faut tout faire pour effacer l'histoire, la filiation,...

Rédigé par : Charles-Athanase | 16 juil 2013 14:45:29

Et bien, certains pratiqueront des baptêmes cachés, comme à l'époque de l'antichristianisme révolutionnaire. Les familles en conservaient pieusement la trace sous la forme de petits billets.
Quand au mot "fichage", il faut le laisser à ceux qui le pratiquent en ce moment pour dresser des listes des opposants à la loi de dénaturation du mariage.

Rédigé par : xcv | 16 juil 2013 14:47:27

Moi mes parents m'ont imposé de parler français, alors que j'aurai voulu parler le serbo-croate. C'est dégueulasse.

D'ailleurs je vais porter plainte contre l'Education Nationale, complice de cette violation de ma liberté.

Rédigé par : Olivier Saumur | 16 juil 2013 14:49:33

Il devrait ainsi supprimer la circoncision Imposée. Et comme ils n'osent pas s'immiscer aux affaires des autres ils ne le feront pas avec L'église catholique.

Rédigé par : Pierre | 16 juil 2013 14:58:19

Est-ce qu'on va également pouvoir demander à se faire retirer des registres d'État civil de la république?
Parce que personne ne m'a demandé si je voulais que ma naissance y soit enregistrée ou même si je voulais simplement la nationalité française...
Tout ça n'est que de la grosse provocation.

Rédigé par : Petitpoucet01 | 16 juil 2013 14:59:57

Et pour ceux qui sont circoncis on fait comment?
Et pour ceux qui ne sont pas content qu'on les ait obligés à manger des légumes?
Et un jour pour ceux à qui on a dit que deux papas ou deux mamans c'était pareil ou aussi bien et qui porteront plainte?
Non mais on va où?

Rédigé par : loghorrée | 16 juil 2013 15:02:09

Prêtre, je celebre de nombreux baptêmes. Dont 5 le week-end prochain.
Et à chaque cérémonie je rappel que oui le baptême est imposé à un enfant qui ne l'a pas choisi. Mais contre sa liberté des parents lui ont imposé :
- une naissance
- une culture
- une langue
- de la nourriture et des vêtements.
Devons-nous attendre qu'un enfant demande d'aller à l'école ou à l'hôpital ?
Non car c'est nécessaire pour lui.
Et à ce titre on devrait demander aux mairies d'effacer les noms de l'état civil car personne n'a demander de naître ici et à cette date. On devrait effacer les registre des écoles car on ne l'a pas choisie. Et condamner les parents qui ont imposer une naissance alors que l'enfant n'a rien demander.
J'attend de voir une plainte déposée au Conservatoire par un ancien élève inscrit contre son gré par ses parents qui voulaient lui faire faire du piano.
On peut aller loin comme ça. Très loin.

Abbé Charles Troesch
Curé de Montgardin et la Batie-Neuve.
Diocèse de Gap-Embrun
36 baptêmes imposés par an !!!

Rédigé par : Abbé Charles Troesch | 16 juil 2013 15:02:33

Peut-être pourrions-nous suggérer a ce gentil garçon que l'éducation qu'il a reçue de ses parents est un tout indivisible, ne serait-ce que parce que jusqu'à présent on ne peut pas refaire l'histoire.
Moi aussi je trouverais ça rigolo de m'en prendre à l'état français parce qu'il a fait de moi un héritier de la révolution française et que je ne l'ai pas choisi. Je voudrais donc qu'on efface ma naissance de l'état civil parce que je ne cautionne pas cette histoire et que je n'ai pas choisi d'être Français ...
Et je suis sure qu'il y a beaucoup d'autres choix fait par ses parents qu'il ne cautionne pas. Mais comme le dit très bien Monseigneur Dagens : "On ne peut pas supprimer de l’histoire quelque chose qui a existé…".

Rédigé par : Arnaud | 16 juil 2013 15:06:12

Comme le rappelle fort justement Mgr Dagens, l'inscription sur les registres de baptême ne présume pas l'appartenance actuelle de l'intéressé à l'Église catholique ni, moins encore, son adhésion à la foi chrétienne. Elle constitue seulement la trace écrite d'un fait : tel jour, en telle paroisse, telle personne a reçu le baptême. C'est comme si l'on revendiquait d'être "effacé" des registres de naissance au motif que l'on n'a pas choisi de venir au monde et d'être comptabilisé "contre son gré" au nombre des vivants. Aucune loi ne peut exiger que soit effacée la relation d'un fait véridique.

[Mais vous ne pouvez plus affirmer cela aujourd'hui : le pouvoir s'autorise tout. Tout.
JL]

Les personnes qui s'engagent dans ce type de démarche, ou les groupuscules qui les y incitent, sont des fanatiques animés d'une volonté proprement révisionniste que la République laïque devrait réprimer au nom de la raison.

Rédigé par : Bernard Gui | 16 juil 2013 15:12:05

Jusqu’où va-t-on aller ??

Rédigé par : Anne | 16 juil 2013 15:29:10

Corriger les archives pour masquer le passé: cela est dans le roman d'Orwell "1984"
Une fois de plus, la fiction devient réalité ?

Rédigé par : Refuznikx | 16 juil 2013 15:42:48

Mais c'était le CHOIX DE LEURS PARENTS ?
Et leurs parents ont aussi fait beaucoup d'autres choix pour eux !

Vont-ils aussi essayer d'effacer :
-leur "prénom" subit ?
-leur "éducation" subit ?

Rédigé par : toto | 16 juil 2013 15:44:10

Dans "1984" de George Orwell, il y a toute une brigade chargée d'effacer le passé et de le réécrire selon les normes édictées par Big Brother.
Livre à lire, relire, et méditer.

Rédigé par : Pascal ARNOUX | 16 juil 2013 15:46:07

et comment faire avec les musulmans qui, circoncision ou pas,sont et demeurent musulmans par leur naissance, sans pouvoir changer de religion ? De plus, demande-t-on au bébé s'il est d'accord pour être vacciné,pour être scolarisé, pour être soumis aux "loas de la république" ? Non,alors? Ne nous laissons pas faire, je garde précieusement deux "billets" de baptême clandestin,écrits sous la Terreur par des prêtres réfractaires ..nos aïeux n'avaient pas froid aux yeux,soyons dignes d'eux...tous ,prêtres et fidèles : nous n'avons qu'une gloire au monde, c'est la victoire du Seigneur !

Rédigé par : perry | 16 juil 2013 15:52:46

Avec, entre autres, un Vincent Peillon aux manettes, il ne faudra s'étonner de rien.
Le Salon beige a d'ailleurs transmis sa prétention à faire de "sa" République une quasi-religion pour remplacer celle qui existe (et qu'il ne peut surveiller comme il le voudrait).
Terminer la Révolution française, qu'il disait, non ?

Bienvenue en Barbarie...

Rédigé par : Machin | 16 juil 2013 16:00:04

Les protestants entre la révocation de l'édit de Nantes et l'acte de tolérance de Louis XVI, baptisaient chez eux ...
Et les catholiques japonais qui pendant trois cents sans prêtres sont restés catholiques, etc...

Ajoutons que ces demandes, c'est aussi un reniement des parents ou des grands parents par les demandeurs car c'est ne pas admettre un acte décidé par les parents pour le bien de l'enfant...des parents qui ne doivent donc plus être libres d'éduquer leurs enfants...

C'est vrai que dans un état maçon l'avenir c'est la "procréation" en laboratoire de "citoyens" de la république, et leurs élevages en "batterie" dans des établissements républicains!

Rédigé par : m | 16 juil 2013 16:05:14

Pourtant, nos politiciens ne se penchent pas sur les avortements "subis" par les foetus...

Rédigé par : clement | 16 juil 2013 16:08:50

Merci à Monsieur l'abbé Troesch pour son témoignage - et s'il n'est pas en vacances, je lui souhaite bon Tour de France dans sa belle région !

Rédigé par : Pitch | 16 juil 2013 16:16:29

C'est la logique du désir individuel maître de tout (et surtout, soumis total politiquement).

Pour s'imposer, cette logique pousse à l'effacement de tout ce qui est non désiré, et à l'imposition de tout ce qui relève du seul désir : le désir doit primer sur l'être, et avoir pouvoir de détruire ce qui existe si ce qui existe est désigné comme faisant obstacle au désir. Sachant que tout ce qui contredit la politique totalitaire maçonnique est ou sera désigné comme contredisant le désir de l'individu, à qui on donne ainsi le "droit" de détruire.

Une logique qui poursuit celle de l'avortement de masse légalisé d'ailleurs : l'enfant qui existe mais qui est non désiré, doit être effacé (déni de sa réalité en tant que vie humaine) et détruit (process d'avortement puis de déject sous forme de déchet médical).

Tout ce qui est porteur de mémoire est visé. C'est pour cela que le désir, phénomène instantané par excellence, est le vecteur idéologique idéal pour cette logique, qui est une logique idéologique correspondant à un process politique.

Regardez qui est à la source de la franc-maçonnerie, qui met en place les handicaps mentaux dans les esprits jeunes, qui pose les lois homicides et prétendues "mémorielles" ; regardez par exemple, en ce moment, qui est Peillon, et vous aurez des clés pour comprendre où est la racine de l'arbre "républicain".

Rédigé par : flore | 16 juil 2013 16:20:15

@perry : Votre allusion à la circoncision est ici particulièrement pertinente. Voilà bien une marque d'appartenance religieuse imposée, irréversible et qui, à la différence du baptême, marque les individus dans leur chair de façon indélébile. Il est étrange que nos libres penseurs ne s'insurgent pas davantage contre cette mutilation rituelle et n'en demandent pas avec plus d'insistance l'"effacement"...

Rédigé par : Bernard Gui | 16 juil 2013 16:55:38

Personne ne peut modifier la religion catholique même pas un juge ou alors les modifications doivent se faire dans toutes les religions.
Un arrêt vient d'être rendu dans ce sens à l'Europe...
Si on commence à tomber dans ce piège on est mort.....

Rédigé par : Myriam | 16 juil 2013 17:33:08

Aucune loi ne m enpechera janais de faire baptiser mes enfants quelques jours après leur naissance!

Rédigé par : Finet | 16 juil 2013 18:01:10

On prendra vite l'habitude de baptêmes et d'archives cachés. Malheureusement au cours de l'histoire, les chrétiens ont acquis de l'expérience dans ce domaine.

Rédigé par : Jean Theis | 16 juil 2013 18:12:49

Pour un individu qui ne veut plus entendre parler de l'Eglise et avoir affaire à elle... il se répand beaucoup de les médias à sujet et me semble bien procédurier.

Rédigé par : JEJ | 16 juil 2013 18:13:57

On pourra effacer tout ce qu'on veut, le Jugement Dernier aura bien lieu et Dieu reconnaitra les siens...!

Rédigé par : Laurence Fournier | 16 juil 2013 18:37:47

Presque Tout Le Monde FORCE Ses Enfants à Aller à L'École - Et Pourtant ... Si Nous Le Leur Demandions ?
Je L'ai Fait !
Ils Ne Sont Plus Jamais Allés à L'École - Malgré 12 Ans De Persécutions Inimaginables !
Essayez - Vous Verrez Ce Qu'Il En Ressort !

Rédigé par : Antoinette Ducret | 16 juil 2013 18:38:09

La malfaisance de ces soixanthuitards et de leur descendance devient chaque jour plus pesante.
L'ennuyeux c'est qu'ils ont pratiquement tous les pouvoirs pendant encore 4 ans. C'est bien long. Où vont-ils mener le pays pendant tout ce temps?
Cette dictature qui ne dit pas son nom est très inquiétante.

Rédigé par : St Ethoscope | 16 juil 2013 18:52:36

A "Arnaud | 16 juil 2013 15:06:12"

Moi, l'Etat français m'impose d'être citoyen français alors que je voulais être sujet du comte de Toulouse... Pourrait-on effacer l'Etat français des registres ?

Rédigé par : v. | 16 juil 2013 19:48:25

Nous sommes sur la planète des dingues ! Il suffit de continuer comme nous avons toujours fait depuis des siècles : leur décisions de dingue, on s'en fout !

Rédigé par : Lanne Elisabeth | 16 juil 2013 19:56:59

Oui, St Ethoscope, 4 ans de dictature c'est bien long... Et après?
J'avoue avoir gardé ma nationalité d'origine pour mes enfants au cas où... Peut être un jour ils seront obligés d'y aller pour baptiser leurs propres enfants?

Rédigé par : alex | 16 juil 2013 20:10:20

Il ne faut pas oublier le baptême CIVIL
ou républicain créé à la révolution avec parrain et marraine et qui revient en force...
Silence radio sur le sujet....
Prenons garde dans peu de temps, les parents ne pourront plus rien imposer, ne pourront même plus avoir d'enfants...seul l'état décidera ce qui est bien ou non...
La lutte ne fait que commencer...

Rédigé par : MYRIAM | 16 juil 2013 20:54:07

Foin de tout cela. Premièrement, méconnaissance du baptême, sacrement de l'initiation chrétienne qui s'achève lors de la confirmation, laquelle marque l'intégralité du baptême. Admettons la remarque idiote de ceux qui n'ont pas même cherché à comprendre l'itinéraire qui leur était proposé car un baptême non achevé par la confirmation n'est pas un baptême de renégat, c'est un baptême non ratifié par la personne ayant atteint l'âge de raison et d'engagement. Mais le même individu qui ne tolère pas que ses parents aient pu faire cela tolère, que l'Etat l'oblige à la scolarité jusqu'à 16 ans, dicte ce qu'il doit apprendre et savoir (programme de l'Education Nationale, le même qui nie l'éducation de ses parents mais s'en laisse imposer une autre, est-il bien sûr de savoir ce qu'il fait. Manque de maturité et manque de culture évident. Naissance d'un monde sans racines qui pleurera ses racines perdues tout en hurlant qu'il faut préserver la nature. Preuve d'un déficit de réflexion personnel qui n'a même pas amorcé de comprendre la question de philosophie de terminale nature / culture. Bon, on ne peut pas être le follower de Nabila et avoir été ...doué d'un cerveau en état de fonctionner. Pour les autres, le seul salut dont toutes les religions ont conscience, c'est de garder en mémoire. S'ils veulent moins de baptisés, on leur dira, ok moins de baptisés mais aussi moins de folklore et idem moins de mariages religieux donc. Car pour un mariage religieux, faut un homme, faut une femme, faut la foi. Les deux réclamations simultanées s'excluent chez ces décérébrés qui sont hélas les mêmes. Qu'ils se prennent le chou s'ils veulent, mais pitié, laissons les pisser contre le vent. Plus ils le feront plus leur ridicule et leur ineptie se révélera. En revanche, l'Eglise est encore face à un défi de clarté théologique, pastoral, de communication dans la lumière et non de traditions gnan, gnan. La confirmation et le bnaptême laissés en déshérence, petites cérémonies mesquino-familiales et non entrée dans la communauté des croyants, la communion solennelle qui sous prétexte de tradition occulte la solennité d'engagement de la confirmation. Alors même que l'Etat n'a plus de service national, l'Eglise des Nouveaux baptisés-Confirmés devrait inonder la société de volontaires du service du Christ qui soient des exemples jeunes de la Charité inventive dans ce monde opaque. Là, peut-être certains comprendraient le sens du baptême qui leur a été confié. Et pourraient se voir répondre, soit, Machin-Truc, qu'as-tu fais de ton baptême.

Rédigé par : I-Ronnie | 16 juil 2013 21:15:57

Il y a une solution....
Face à César...
le village Gaulois...

Rédigé par : jacky.a | 16 juil 2013 21:24:38

Ira t-on jusqu'à demander la suppression physiques des faire-parts de baptême ? des mentions dans la presse locale ? à interdire d'en parler en famille ? à penser au banquet qui a suivi le baptême, aux cadeaux encore dans les familles ? Du délire, du délire ! Et donc si on demande la renonciation du baptême, c'est qu'il a rudement de la valeur ?

Rédigé par : ibidum | 16 juil 2013 21:37:01

Toutes ces affaires contre l'Eglise sont savamment orchestrées.

Rédigé par : abxc | 16 juil 2013 21:53:11

I-Ronnie, je n'ai jamais compris l'histoire de la communion solennelle : je crois qu'il y a le baptême, la communion, la confirmation, le mariage, la réconciliation, l'extrême onction (dans la vie d'un laïc). Mais la communion solennelle?

Rédigé par : alex | 16 juil 2013 22:05:32

Le monde entier git au pouvoir du diable, alors

: Frères soyez sobres et veillez, car votre adversaire le diable,tel un lion rugissant , rôde, cherchant qui dévorer, auquel résistez dans la Foi (traduction texte latin)

Rédigé par : lève-toi | 16 juil 2013 22:35:01

Alors il faut déposer plainte contre les parents et les cliniques qui n'ont pas procéder à un avortement, et inversement, l'enfant non baptisé , contre ses parents gravement négligeant, et contre les pourris qui gouvernaient ou gouvernent le Pays au moment de la naissance.

Rédigé par : lève-toi | 16 juil 2013 22:38:48

Je n'ai pas choisi de naître en République ni sous le régime de la loi de 1905 : puis-je revenir en arrière et me faire désinscrire des registres républicains pour ne demeurer ''archivé'' que dans un registre de baptême ?
Etant à moitié d'origine corse, je n'ai pas choisi de devoir être corse et français à la naissance, puisque mon pays de prédilection a été vendu par Gênes, puis conquis par la force : puis-je me désinscrire des registres de l'état-civil de l'état français, pour ne conserver que ma nationalité choisie ?

On m'a imposé le mariage civil : c'était la mairie ou le concubinage. Puis-je me démarier civilement de mon épouse et me faire rayer des registres de la mairie pour ne conserver que l'inscription de notre mariage sur le registre paroissial ?

Puis-je me désinscrire de la Sécu ? Et choisir des assurances privées et libres ?

Rédigé par : louijo | 16 juil 2013 23:43:00

Les tribunaux sont évidemment incompétents car la conservation de la transcription du baptême chrétien, ce dernier ne pouvant au surplus, contrairement à d'autres baptêmes, être assimilé à un acte de maltraitance sur enfant , est un acte qui relève exclusivement des affaires internes de l'Eglise.
La seule action qui pourrait être intentée par cette personne possédée le serait à l'encontre des parents pour cause de préjudice causé à démontrer mais dans ces conditions chaque action des parents pourrait faire l'objet d'une action en justice, ne serait-ce que le don de la vie.

Rédigé par : anonyme | 17 juil 2013 01:38:14

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige