« Poitiers : une église badigeonnée d'éosine | Accueil | Pierre Palmade traité d'"homophobe" par les LGBT »

13 septembre 2013

Interdit aux bébés

S'il avait écrit à l'entrée de son restaurant "interdit aux Juifs", il serait déjà en prison. Mais il n'a écrit que "interdit aux poussettes" :

"Le patron du Michelangelo à Antibes n’accepte plus les enfants dans les poussettes. [...] "Je ne suis pas le seul à le faire, mais je suis probablement le seul à le dire – et à l’afficher. » Index tendu, Mamo, patron du Michelangelo à Antibes, désigne le panneau accroché à l’entrée de son établissement : «  Interdit aux poussettes ». [...] « Premièrement, il y a un souci de sécurité. En cas d’incendie, je suis responsable. Deuxièmement, les gens qui viennent manger chez moi veulent du calme. Ceux qui ont des enfants payent une nounou pour les garder ; ce n’est pas pour supporter les gamins des autres! »

L’homme s’interrompt. Il ne faut pas le cuisiner longtemps pour qu’une troisième raison sorte du four : « Une poussette, c’est une place perdue. Lorsque le restaurant affiche complet, ce qui arrive presque tous les soirs en saison, c’est une perte sèche. »"

Posté le 13 septembre 2013 à 07h20 par Michel Janva | Catégorie(s): France : Société

Commentaires

"La théïère qui rit" rue de la Cité à Genève affiche la même interdiction

Rédigé par : edelweiss | 13 sep 2013 07:37:08

Michelangelo peut-être, mais loin d'être un ange...

Rédigé par : Logorrhée | 13 sep 2013 07:39:32

Une petite liste des restaurants et commerce anti-famille à éviter définitivement et à faire connaitre autour de soi serait un plus.

Rédigé par : Stephe | 13 sep 2013 07:55:29

Pas trop vite !
Ce monsieur a quand même le mérite de ne pas etre hypocrite.
Et puis, nous sommes donc prévenus : s'il ne veut plus de bébés, il n'aura également plus d'enfants, voire plus de mineurs dans son resto. Et plus de parents aussi !
Il est possible qu'il regrette dans pas longtemsp d'avoir des chaises vides en lieu de poussettes.

Rédigé par : Nimier | 13 sep 2013 08:52:49

Il pourrait aussi demander à voir la feuille d'impôt des clients avant de n'accepter que les plus fortunés.

Pas de bras, pas de chocolat = pas de poussettes, pas de retraite !

Rédigé par : Machin | 13 sep 2013 09:01:22

Souvenez-vous de la RATP et sa campagne: les poussettes faut pas pousser ! Imaginez une seconde la campagne "les arabes faut pas pousser !".. pays de fous !

Rédigé par : Ludovic | 13 sep 2013 09:17:43

Je suis d'accord avec lui. Quand je vais au restaurant, ce n'est pas pour entendre brailler la marmaille des autres. L'enfant-roi, c'est à la maison.

Rédigé par : Siber | 13 sep 2013 09:19:48

Cela pourrait être écrit plus aimablement... Du genre "parents, merci de plier les poussettes et de prendre bébé sur vos genoux"

Rédigé par : ODE | 13 sep 2013 09:44:28

je suis d'accord avec ce restaurateur. et maman avec gosse en poussette justement.

Rédigé par : loupiot | 13 sep 2013 09:59:59

A contrario il y a beaucoup de restaurants qui non
seulement acceptent les poussettes, mais proposent
gentiment des chaises-bébé !
Du moins ici, à La Baule . Et si ça chahute un peu ,
ce n ' est pas dramatique , même si je suis d ' accord avec @Siber : l' enfant roi est détestable ...

Rédigé par : jerome | 13 sep 2013 10:06:33

Ce monsieur ne veut plus de nos bébés, eh bien, n'allons plus chez lui!
Il y a parmi les restaurateurs des gens bien plus accueillants que ce monsieur, qui mettent même à disposition des chaises hautes pour les tout-petis, ce qui présente en outre l'avantage qu'on peut laisser la poussette de côté, où elle n'encombre pas le passage des clients et du personnel de service.
Je connais un restaurant qui pratique ce genre d'accueil très aimable, c'est La Vague, à Paramé, près Saint-Malo.

Rédigé par : René Clémenti | 13 sep 2013 10:09:19

Certes il est bel et bon d'avoir des enfants, pour autant, le règne des enfants imposés partout, et en particulier dans des lieux qui ne sont pas faits pour les enfants, devient délirant. En cela, la règle posée par ce restaurateur n'est pas illégitime, loin de là : les resto d'un certain niveau ne sont pas faits pour les enfants en bas âge.

L'idée que les enfants doivent être imposés partout, en tout lieu, est extrêmement récente et concomittente à la planification des naissances qui fait des petits des stars que l'on expose, que l'on emmène partout et que l'on idolâtre.

Rédigé par : Anne | 13 sep 2013 10:51:50

Bien d'accord avec ce restaurateur et ceux qui le comprennent.

Je pense surtout que, mis à par la sécurité, c'est plutôt que poussette = souvent cris et pleurs de bébés.Il faut se rendre à l'évidence que les jeunes parents ne savent plus beaucoup éduquer leur enfants.
Lorsqu'un enfant gêne l'entourage par ses cris ou ses gesticulations, c'est à ses parents de le recadrer : la politesse exige que l'on impose pas de désagréments à son prochain.
Comme il y a le code de la route, il y a aussi le code de bonne conduite en toutes circonstances et à apprendre très tôt.

Rédigé par : J | 13 sep 2013 11:20:19

Je croyais que depuis 1968 ...il était interdit.. d'interdire ...les interdits frappés d'interdiction par les censeurs censés être plus sensés que ceux auxquels le bon sens était interdit !


Rédigé par : piques-à-sots | 13 sep 2013 11:56:20

j'ai 23 petits enfants.... mais j'ai quitté un restaurant dans lequel ..; il y avait des poussettes .... avec des bébés braillards
je ne vais pas au restaurant pour entendre crier les enfants des autres ..;;
le resto c'est une détente ..;

Rédigé par : suffit | 13 sep 2013 12:04:07

Un restaurant est un lieu privé qui est parfaitement libre d'accepter qui il veut.

Il y a des restaurants chers et des restaurants bon marché, des restaurants où l'on va en famille et des restaurants gastronomiques, des restaurants populaires et des restaurants snobs, des fast-foods et des trois étoiles Michelin.

Amener son bébé au restaurant n'est pas un droit de l'homme, même pas un droit de l'homme chrétien. D'ailleurs, aller au restaurant n'est pas un droit de l'homme. En fait, aller au restaurant est un luxe de riches.

Bien sûr que les bébés n'ont pas droit de cité dans un restaurant haut de gamme, où l'on va pour apprécier la gastronomie, pour participer à une fête coûteuse où tout est réglé au millimètre.

Je suppose que ce restaurateur a dû apposer cette affiche parce que les gens étant de plus en plus sans-gêne, la correction allant de moins en moins de soi, cette règle de base de la politesse selon laquelle on n'a pas à infliger ses enfants à autrui est de moins en moins respectée par la population.

J'imagine que si je sollicite d'être hébergé quelques jours dans un monastère qui accueille des hôtes payants, que je me pointe accompagné d'une dame en blouse transparente et en jupe ras-la-touffe, et que j'ai la bonne idée d'arborer un ticheurte avec le slogan "Ni Dieu ni maître", il se trouvera bien un père abbé pour me signifier que, heu... ma présence n'est pas vigoureusement souhaitée.

Dans un restaurant, c'est pareil, mutatis mutandis.

Rédigé par : Robert Marchenoir | 13 sep 2013 14:13:14

Le patron du Michelangelo est comme notre sinistre Manuel Gaz, tous deux n'aiment pas les poussettes.

Rédigé par : Patristain | 13 sep 2013 14:19:44

Mais enfin, c'est un lieu privé, le patron à le droit d'accepter ou non des clients..

Ca me fait penser à ce couple de pâtissier qui refuse de servir de homos, c'est pareil...

Rédigé par : malba | 13 sep 2013 17:36:07

Je connais un couple qui a un enfant de deux ans et demi qui pleure pour un oui ou un non. Ils le gâtent exagéremment et si on lui refuse quelque chose, le gamin se met à brailler. Les parents sont pareils : ils braillent tellement forts qu'on les entend dans le voisinage... Même un soir, mes voisins sont venus me dire qu'ils en avaient marre d'entendre ces personnes crier et hurler.
Un jour, j'étais avec eux dans un magasin (genre foirfouilles) et le gamin était attiré par un jouet, les parents m'ont demandé de le lui acheter et je leur ai dit que je n'avais pas assez. Le gamin s'est mis aussitôt à pleurer. De plus, il est tellement capricieux que chaque fois il demande à ce que sa mère le prenne dans ses bras... Si elle le refuse, il se met à pleurer. C'est énervant à la fin.
Le père qui travaille dans le bâtiment me demande de l'argent pour son gamin... Il le place à la banque (alors qu'il n'a pas beaucoup de moyens)... Je trouve cela ridicule : moi, j'ai mes chats et ils ont besoin eux aussi d'avoir des sous pour leur nourriture et les soins vétérinaires. Je vais ouvrir un compte pour mes bêtes que j'utiliserais chez le vétérinaire.

J'aime bien les enfants mais il faut savoir les éduquer. Ne pas être trop capricieux ni énervant et savoir vivre normalement...

Je me demande comment ce petit garçon sera à l'école si la maîtresse lui dit de ne pas faire ceci ou cela (tirer les cheveux de sa camarade ou d'être insupportable)... Il aura des soucis dans l'avenir.

Rédigé par : Sylvie | 13 sep 2013 19:06:20

Il n'y a plus de courtoisie en France. Normalement un restaurant devrait accueillir tout le monde - mais tout le monde ne devrait pas aller dans certains types de restaurant.

Voyez les églises : quand je devais m'y rendre, très jeune enfant, ma mère me faisait asseoir sur le prie-dieu et me fournissait de quoi m'amuser sans faire de bruit. Du reste ses "gros yeux" suffisaient à me rendre sage.

Actuellement, bien que le Curé ait aménagé une garderie, les bébés braillent sans que les parents les emmènent dedans, les 2-3 ans courent et jouent dans les contre-allées, font mille galipettes au pied des marches de l'autel sans que personne n'y trouve à redire.

C'est le même laisser-aller dans les espaces publics et les restaurants. Un manque d'éducation complet. Et pourtant j'ai vu récemment pérorer à la TV un éducateur disant que "tout était fait à quatre ans".

En effet, si on ne peut maîtriser un enfant de moins de quatre ans, que fera-t-on de lui quand il en aura quinze ?

Rédigé par : Jean Theis | 13 sep 2013 19:11:52

@malba
"Mais enfin, c'est un lieu privé, le patron à le droit d'accepter ou non des clients.."
Je ne le crois pas car cela s'apparente à un refus de vente,(un commerce est par essence un lieu public) et il s'expose à une plainte en justice, mais bien peu osent franchir le pas et porter plainte, ce qui fait la force de certains.

Rédigé par : Stephe | 13 sep 2013 20:14:38

Mettons nous à sa place, des poussettes c'est jolies, mignons, mais encombrants dans un restaurant.
Le repas chez soi, en famille c'est mieux, le restaurant n'est pas une garderie.
Que feriez-vous, si vous étiez restaurateur ?

Rédigé par : lève-toi | 13 sep 2013 21:40:56

A l'ambassade de France lundi dernier, il était également interdit d'entrer avec des poussettes : mesure de sécurité.

Rédigé par : matamaures | 13 sep 2013 23:52:49

Je suis une grand-mère moi aussi,et lorsqu'il m'arrive d'aller au restaurant, je trouve vraiment détestable de subir les cris, les pleurs et autres gambades autour des tables, (même dans des restaurants "chics") sans qu'aucun des parents(père ou mère) n'intervient pour stopper ce genre de situations. Les jeunes parents et voir certains grands-parents laissent tout faire à leurs progénitures parce qu'il ne faut pas les contrarier. L'enfant-roi doit rester chez lui !

Rédigé par : zézé | 14 sep 2013 16:34:15

Fils de famille nombreuse, papa moi-même, je comprends le souci de préserver la tranquillité des clients.
Ce n'est pas être anti-enfants que de vouloir s'offrir un bon repas dans des conditions sereines.
Sinon on va chez McDo et son super espace enfants qui pue les pieds.

Rédigé par : Clem | 15 sep 2013 15:40:18

Contre les enfants turbulents, je préfèrerais nettement le panneau "Les enfants sans surveillance sont vendus au cirque". Le message passe sur un fond d'humour.

Quand à la place qu'occupe la poussette, c'est un faux argument. Pas d'enfants, pas de clientèle familiale. Le restaurent vise donc un autre public, voilà tout !
Vous avez tort de croire que ce gérant soit dénué d'hypocrisie Nimier( http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/09/interdit-aux-bébés.html#c6a00d83451619c69e2019aff5b0c1b970b ).

Rédigé par : Pacem | 16 sep 2013 15:51:35

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige