« Colloque de Bioéthique du 9 au 11 novembre à Paray-le-Monial | Accueil | Libé, 40 balais et quelques casseroles »

27 octobre 2013

Des Sentinelles devant le domicile de Manuel Valls

On en sait désormais plus sur le camp retranché autour du domicile du ministre de l'Intérieur vendredi soir. Il s'agissait de l'action des Sentinelles, dont on connait l'ultra-violence (pas de slogan, pas d'attroupement, pas... de violence).

Les sentinelles indiquent :

« Vendredi 25 octobre soir onze Sentinelles sont allées monter la garde devant le domicile du ministre de l’Intérieur.

Un important dispositif policier a immédiatement été mis en place et a chassé les Sentinelles.

Quelques heures auparavant, place Vendôme, l’horloger Blancpain était victime d’une tentative de cambriolage (Le Parisien édition en ligne du 26 octobre 2013). Il s’agit du troisième acte de grand banditisme place Vendôme en quelques semaines, mais la Police préfère s’intéresser en priorité aux Sentinelles pourtant totalement pacifiques, postées devant le ministère de la Justice."

Ainsi, vendredi 25 octobre, vers 22H45, onze personnes se sont présentées devant le domicile de Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, rue Keller dans le XIème arrondissement. Ces onze personnes, hommes et femmes, appartenant à des tranches d’âge différentes, se sont postées à quelques mètres les unes des autres, sur le trottoir même du domicile ministériel. Leur attitude paisible, leur silence et surtout le regard chargé de reproches qu’elles portaient sur les fenêtres de l’immeuble ont instantanément indiqué aux deux policiers en civil, en faction dans leur voiture banalisée en face de l’immeuble, qu’il s’agissait de Sentinelles.

Pour les autorités, s’il n’est pas interdit d’être paisiblement debout dans la rue, ni d’être silencieux, ni de regarder ce que l’on veut, il est illégal d’être Sentinelle. Les policiers, qui manquent de formation en droit, exécutent des ordres illégaux, en violation de l’article 432.4 du Code Pénal, qui punit pourtant lourdement les restrictions injustifiées à la liberté d’aller et venir dans l’espace public.

Face à la menace pacifique de ces onze citoyens, cinq minutes après leur arrivée, deux voitures de la Police nationale, l’une avec un commissaire, l’autre avec un capitaine et deux majors, et deux camionnettes de policiers – soit une vingtaine de policiers – sont venues en renfort pour repousser les Sentinelles rue de Charonne. La Police leur a fait subir un contrôle d’identité.

Posté le 27 octobre 2013 à 14h32 par Michel Janva | Catégorie(s): Liberté d'expression


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige