« Projet de loi sur l'euthanasie "autour de l'été" | Accueil | 8 et 9 février : week-end de formation à la doctrine sociale de l'Eglise »

21 janvier 2014

"C’est le droit à la Vie par, l’article 16 du code civil, qui est garanti par la loi"

Tribune de Cécile Edel :

"Dans une heure exactement aura lieu au cœur de l’hémicycle, le débat sur les amendements concernant l'avortement au sein du projet de loi sur l'égalité Hommes/ Femmes. 
Dimanche dernier,  la Marche pour la Vie a permis de briser la loi du silence entourant le vote de ces amendements que le gouvernement souhaitait faire passer en catimini. Lors de cette marche, ont été largement dénoncées les manœuvres de notre gouvernement pour faire de l'avortement un véritable droit et faire taire tous ceux qui tenteraient de s' y opposer. 
Dès le lendemain, la réponse de Nadjat Belkacem à notre mobilisation ne se fit pas attendre. Dans l'enceinte de l'Assemblée nationale, elle n'hésita pas à prononcer un discours complètement idéologique et indigne d’un ministre. Son discours fut non seulement scandaleux par sa forme menaçante vis-à-vis des défenseurs de la Vie qui oseraient encore remettre en question l'avortement, mais aussi par son fond totalement erroné. 

Ainsi ose t-elle, avec une aplomb ahurissant, affirmer que "le texte de la loi Veil a inscrit la liberté de la femmes à disposer de son corps" ( "ce texte n’est ni à débattre ni à négocier " ajoute-t-elle). 
D’autre part, elle affirme : "le droit à l’IVG, nous l'avons construit ensemble et il fait partie de notre patrimoine commun"" toutes tentatives de remises en cause de ce droit fondamental se heurteront à la poigne de l'état de droit." 

Madame Belkacem prend visiblement ses rêves pour des réalités! Jamais en effet, en France, contrairement à ce que l'on tente de nous faire croire, l'avortement fut un droit et encore moins un droit fondamental ! C’est le droit à la Vie par, l’article 16 du code civil, qui est garanti par la loi. La loi de 1975 a introduit l'avortement comme une exception. 

De même, jamais la loi de 1975 n a parlé d' une  quelconque liberté de la femme à disposer de son corps! Faut-il préciser à Madame Belkacem, qui, en tant que femme ne devrait pourtant pas l’ignorer, qu’en aucun cas l'enfant dans le sein de sa mère EST le corps de sa mère?
Nous ne remettons pas en cause le fait que la femme puisse disposer de son corps (nous sommes au moins d’accord la dessus!) mais il est illégitime que celle-ci puisse librement disposer du corps de son enfant et de la vie de celui-ci, sous prétexte qu’il est son" locataire».

Inscrire dans notre loi française que la liberté de la femme est première devant le principe fondamental du respect de la vie est un changement majeur et d'une extrême gravité car il ouvrira la voie à toutes les dérives possibles. 
L'avortement restera toujours quoiqu'en dise Madame Belkacem, un acte qui arrête un cœur qui bat mais cette vérité fait si peur que tous ceux qui tentent de la proclamer seront dorénavant bâillonnés ! Bienvenue au sein de la nouvelle dictature française !"

Cécile Edel
Présidente de CHOISIR LA VIE, association co organisatrice de LA MARCHE POUR LA VIE

Posté le 21 janvier 2014 à 21h25 par Lahire | Catégorie(s): Marche pour la Vie , Pro-vie

Commentaires

Le "droit de vie et de mort", nouveau "droit de l'homme"?
par Pascal Bories (Journaliste et consultant éditorial)
http://www.huffingtonpost.fr/pascal-bories/ivg-najat-vallaud-belkacem_b_4636227.html?utm_hp_ref=france
"Il est temps de tirer la sonnette d'alarme. Face à la radicalisation effrayante de notre gouvernement et de certains médias militants de la gauche ultra-libérale - de Libération au Nouvel Obs - l'heure n'est plus à la condescendance ou au ricanement. Il va falloir agir, et vite, pour faire barrage à la folie consumériste hyperindividualiste qu'ils promeuvent sans plus se soucier de l'humanité et de son devenir collectif."
Pas du goût des lecteurs habituels du Huff.

Rédigé par : C.B. | 21 jan 2014 21:37:53

Merci à Cécile EDEL d'avoir aussi clairement mis les points sur les i avec toute la fermeté nécessaire. Heureusement qu'elle est là car on n'entend rien du côté de la CEF ou alors c'est noyé dans des textes trop longs et trop michèvre mi chou,sauf bien sûr quand ce sont les évêques de choc qui parlent ( Aillet ,Lebrun,Cattenoz, Rey, Barbarin et quelques autres) ni- et cela est étrange quand même - du côté de Simone Veil!

Rédigé par : Clovis | 21 jan 2014 22:26:23

Cécile Edel me fait penser à Rachel inconsolable qui crie dans Rama et pleure ses enfants car ils ne sont plus...
Merci de continuer à crier pour tous ces enfants tués dans le sein de leur mère et de dénoncer ce que le Hérode d'aujourd'hui, monsieur H, tente d'imposer: le droit de tuer sans concession le plus petit d'entre nous.
Malheur à tous ces députés de droite comme de gauche qui valident ce sinistre dessein.

Rédigé par : François | 21 jan 2014 22:27:24


Belle intervention , à l'instant, de Monsieur Poisson :
http://videos.assemblee-nationale.fr/direct.html

Rédigé par : c'est ici | 21 jan 2014 22:35:07

Belle intervention, à l'instant, de Monsieur Poisson :
http://videos.assemblee-nationale.fr/direct.html

En ce moment, Monsieur Gosselin.

Rédigé par : c'est ici | 21 jan 2014 22:38:48

Cette phrase :

Nous ne remettons pas en cause le fait que la femme puisse disposer de son corps (nous sommes au moins d’accord la dessus!)

est fausse. Elle est inacceptable par un chrétien. Elle s'oppose de plein fouet à l'enseignement de l'Eglise.

En outre, c'est une très mauvaise tactique d'accepter une idée de l'adversaire (libre disposition du corps), sous le prétexte de mieux combattre ainsi une idée pire (l'avortement).

Rédigé par : Auguste | 21 jan 2014 22:47:33

À l'attention d'Auguste | 21 jan 2014 22:47:33
Certes, pour un chrétien cette phrase est fausse. Mais elle peut être utile si vous la faites immédiatement suivre de la remarque purement scientifique (la science ayant, de "leur" point de vue, toujours raison):
disposer de SON corps, d'accord, disposer du corps d'un autre, pas question: or le "contenu du sac utérin" n'a pas le même patrimoine génétique que la "porteuse", ce n'est donc pas "une partie de son corps". Le droit de cet autre doit être défendu, avec au moins autant d'acharnement qu'un embryon d'animal (actuellement mieux protégé que l'embryon humain).

Rédigé par : C.B. | 22 jan 2014 08:25:10

Droit à disposer de son corps?
Pour anéantir une vie à venir mais pas pour le vendre à des hommes en adultes consentants !
Moins honteux de tuer ou faire tuer que de faire du fric.
Mais dans un cas il y a liberté (et pas contrainte économique, professionnelle ou amoureuse)mais dans l'autre il y a réseau maffieu, abus de faiblesse économique etc.
Qui dope l'autre?
Les maquereaux qui droguent les filles pour les mettre sur leur coupe ou ceux qui manipulent les femmes sur "un bébé quand je veux avec qui je veux et qui doit me gêner le moins possible" et si je tombe enceinte c'est lui qui trinque!

Cherchez l'erreur sur la notion de dignité de la femme vue par Najat et sa clique!

Rédigé par : logorrhée | 22 jan 2014 09:30:56

merci infiniment Cécile Edel et vous vous battez depuis longtemps, avant même que les manifs de l'hiver dernier n'aient déclenché enfin une réaction .
Ces "démocrates" marchent sur la physiologie du corps, ne sachant ou plutôt ,ne voulant pas regarder l'enfant à naitre comme un autre corps que celui de la femme! C'est une évidence!
La peine de mort est loin d'être abolie!!

Rédigé par : catherine | 22 jan 2014 09:54:29

@C.B. je crois que le Huffington post est de gauche? A gauche il y a encore un certain nombre de gens qui sont de gauche par humanisme. Ils sont "de gauche" comme on pouvait être humaniste à la Renaissance. Je dirais, plus attachés à l'humain que certains grands bourgeois de droite qui eux non plus, n'ont plus aucune âme.
J'imagine que ce qui arrive est comme un fléau de Dieu, qu'il nous faut résister non seulement collectivement mais localement, comme l'ont fait les moines au Moyen Age, pendant la barbarie: se regrouper en petites communautés, garder précieusement notre bien (la famille, la foi, l'ancrage, la culture, la vie), élever nos enfants pour qu'ils deviennent des hommes et des femmes dignes de ce nom.
Nous devons trouver des formes de résistance locale. Bien souvent, ni l'Eglise ni l'enseignement catholique ne nous aident...
Combien de lecteurs du Salon Beige, combien sommes-nous à être effrayés, atterrés?
Mais les jeunes, la vie, la joie, l'avenir, c'est nous. Ils ressemblent aux danseurs d'une danse macabre. Ils sont la Mort, le fléau de Dieu, le vent mauvais.
Mais c'est aussi un moyen de nous retourner sur nous-mêmes: combien de fois avons-nous préféré notre confort à l'évangélisation? Comment se fait-il que nombre de grandes familles se contentent de ce que sert l'enseignement catholique à leurs enfants? Que des parents raisonnent en termes d'utilité, d'argent à gagner, au lieu de raisonner en termes d'âme et de culture? Que les catholiques aient délaissé le champ culturel? Ah oui, le champ de ruines est encore plus grand qu'on le pense. Les âmes doivent être rappelées une à une, par des hommes et des femmes persévérants et combatifs.
Vous n'imaginez pas le désert intellectuel même dans les lycées soi-disant prestigieux.
Or tout va ensemble.
D'abord on accepte, on tolère, puis on tolère toujours un peu plus, d'autant plus facilement que les repères culturels, philosophiques et moraux disparaissent.

Rédigé par : ODE | 22 jan 2014 11:15:09

Quel assourdissant silence à propos des hommes ! Que les féministes le veuillent ou non, que les Hommes se sentent ou non part à l'évènement, et co-responsables d'une conception et pas seulement d'un "rapport", ils sont père du foetus et de l'enfant à naître; et leur corps à eux aussi est présent dans le corps de la femme. En parler contribuerait aussi à faire voir les choses sous un autre angle, celui de l'extraordinaire symbolique de l'acte sexuel. Ils sont deux à pouvoir dire "ceci est mon corps". Qu'attendent les députés mâles pour en parler ?

Rédigé par : pecdewas | 22 jan 2014 14:30:06

Merci à Cécile Edel de rappeler un fait de base que nombre oublient : une femme qui avorte ne dispose pas de son corps, mais de la vie d'un autre. Ce qui s'appelle un meurtre.

Rédigé par : Léa | 22 jan 2014 15:55:14

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige