« 29 mars 2014 : portes ouvertes à l'école Saint Martin à Sablé-sur-Sarthe | Accueil | 160 enfants à naître sauvés de l’avortement »

20 mars 2014

Les bureaucrates de Bruxelles ont pris partie sciemment de détacher l'Ukraine de la Russie

Sur BFM TV, Olivier Berruyer rappelle quelques réalités sur le putsch en Ukraine :

 

Posté le 20 mars 2014 à 21h42 par Michel Janva | Catégorie(s): Pays : International , Pays : Russie

Commentaires

L'Ukraine est un Etat artificiel regroupant deux peuples. Seule sa partition serait morale. L'Occident a tort d'embêter Poutine pour cette annexion qui est légitime, mais il ne faut pas prendre parti néanmoins dans la querelle intra-ukrainienne ; des deux côtés, il y a des aspirations légitimes ; les Ukrainiens de l'Ouest sont une nation différente de la Russie, ils sont souvent uniates et il faut soutenir les catholiques ukrainiens uniates qui ont été persécutés pendant des siècles ; les nationalistes ukrainiens qui souhaitent légitimement l'indépendance de leur nation et sont tournés vers Rome et l'Occident mènent un combat pour l'indépendance juste ; la partition serait la seule solution morale mais personne ne la veut pour le moment ; ni les pro-russes, ni les anti-russes ne la veulent pour le moment. Hélas.

Rédigé par : P.R. | 20 mar 2014 21:51:02

Bravo ! Voilà qui est clair, net et sans langue de bois.

Rédigé par : DUPORT | 20 mar 2014 22:13:27

Détacher l'Ukraine de la Russie ? Une fois de plus, Poutine ment : l'Ukraine n'est pas attachée à la Russie. L'Ukraine est un pays indépendant, "que cela vous plaise ou non", comme aiment à dire les gauchistes.

Quant à l'argument qui consiste à dire que l'Union soviétique a donné la Crimée à l'Ukraine en 1954, et que par conséquent la Russie est en droit de la lui reprendre, il est tellement de mauvaise foi qu'il faut le regarder d'un peu plus près :

1. Donner c'est donner, reprendre c'est voler.

2. Si toutes les modifications de frontières auxquelles un Etat a consenti un jour devaient être réversibles, soixante ans plus tard, sur un simple diktat unilatéral de l'Etat en question, il est bien évident qu'aucune frontière ne serait plus en sûreté, et qu'on aurait trouvé la recette pour l'instabilité et la guerre perpétuelles.

3. L'argument du rétablissement de la continuité historique n'a, lui non plus, aucune valeur, pour une raison essentielle que personne ne mentionne jamais : l'URSS communiste a perdu la Guerre froide, elle doit par conséquent être punie.

L'Allemagne et le Japon, pour ne citer que ces deux exemples, se sont vus interdire d'avoir une armée au lendemain de 1945, et cela ne fait que très peu de temps que la Bundeswehr se permet d'intervenir à nouveau hors de ses frontières.

L'URSS a commis des crimes encore plus abominables que l'Allemagne nazie. Elle est responsable des 100 millions de morts que le communisme a faits à travers le monde.

Il est absolument ahurissant que la Russie, aujourd'hui, et les pro-russes derrière elle, fassent comme si ces cent millions de morts n'avaient pas existé, et comme s'il était normal, légitime et même souhaitable de laisser renaître, aussitôt, comme si rien ne s'était passé, le militarisme et l'impérialisme russes.

Tout ce qu'a fait l'URSS était criminel, criminel à l'encontre de son peuple et criminel à l'encontre du reste du monde ; par conséquent la Russie a perdu pour longtemps le droit de parler haut et fort sur la scène internationale.

Cette prétention de Moscou et des pro-russes à réclamer qu'on excuse le geste de Krouchtchev donnant la Crimée à l'Ukraine, qu'on considère que ce fut une erreur dont il ne faudrait pas que la Russie ait à souffrir aujourd'hui, est véritablement insupportable.

Bien sûr que la Russie doit en souffrir, et longtemps, et plutôt deux fois qu'une.

Sans compter que le culot est encore plus stratosphérique s'agissant de l'Ukraine, qui a subi, aux mains de Moscou, un génocide par la faim qui n'a rien à envier à la Shoah. Venir prétendre, aujourd'hui, que l'Ukraine doit consentir gentiment à un statut de pays asservi à la Russie, alors que son peuple a été délibérément exterminé par Moscou il y a 80 ans à peine, c'est tout de même manifester un mépris stupéfiant à l'égard des Ukrainiens.

On comprend que ces derniers préfèrent le mode de vie européen au néo-tsarisme du kaguébiste Poutine -- et ils n'ont nullement besoin de la CIA ni du Mossad pour cela. La propagande russe fait oublier un peu vite que ce qui s'est passé à Kiev est une révolution organisée par le peuple ukrainien, qui n'a pas attendu Madame Ashton pour rejeter l'autocratie et la corruption à la mode poutinienne.

Le grand drame de notre temps, c'est que l'Occident n'a pas organisé le procès de Nuremberg du communisme. Il conviendrait de réparer cette omission au plus vite. Les communistes et leurs héritiers ont un peu trop tendance à relever la tête.

Si un tel procès était organisé, on ne verrait pas un Jacques Sapir réclamer publiquement le dynamitage de la basilique du Sacré-Coeur de Montmartre -- pour ne citer qu'un exemple entre mille, plus proche de chez nous.

Rédigé par : Robert Marchenoir | 21 mar 2014 02:44:47

les bureaucrates de bruxelles............ah oui, Vladimir, nom slave pré-chrétien signifiant Seigneur de l'Univers.

Rédigé par : Af- | 21 mar 2014 06:47:07

Une fois de plus Fabius nous rappelle avec insistance qu'il est totalement inapte au poste qu'il occupe .


Rédigé par : nemo | 21 mar 2014 07:09:03

@P.R.

Votre analyse est inhumaine et ne tient pas compte de l'existence des gens. La partition pourrait se traduire par des échanges de populations entre l'Est et l'Ouest c'est-à-dire l'exil et la souffrance pour le petit peuple. L'Europe des européistes c'est le chaos, la violence et la guerre; une Europe "destruction-créatrice" telle que la rêve les Etats-Unis afin de ranimer leur économie moribonde ?

Rédigé par : Jehan | 21 mar 2014 07:35:05

Le point de vue de cet économiste est inepte et d'une ignorance prétentieuse.
Il parle de frontières historiques, mais ne dit pas que toutes les frontières de l'est datent du pacte Hitler Staline et que la Russie de Poutine a conservé les territoires volés et partagés avec Hitler. Un tiers de la Pologne est russe, une grande partie de la Lithuanie est russe, etc.....
S'il faut rectifier et rétablir des frontières historiques, la Russie devra quitter des millions de km carrés, sur des centaines de km.
Il reprend la rhétorique russe et soviétique du néo nazisme : on sait que les attentats néo nazis des années 50 et 60 en Allemagne avaient été organisés par les services secrets est-allemands pour donner du corps à ce fantasme.
Et si on parlait du néo soviétisme ou du néo communisme ?

Rédigé par : Nantais | 21 mar 2014 08:17:22

Le vrai problème est que l'UE fait là de la politique contre les interets des européens et pour les ricains belliqueux qui comptaient profiter du coup d'état en ukraine pour évincer la base navale russe en Crimée et installer illico une base militaire américaine otanesque n'ayant rien à voir avec la sécurité de l'ukraine mais pour provoquer la Russie et l'empecher ensuite d'accèder à la méditerranée .

La Russie ne pouvait pas laisser faire cela .
Et d'ailleurs si l'UE persiste à menacer et insulter la Russie , il y aura des conséquences multiples qui nuiront aux européens car la Russie peut geler elle aussi des avoirs et des milliards européens et ricains , sortir ses fonds de la City et ailleurs en europe et usa et meme fermer les robinets énergétiques pour ne faire que du business avec la Chine ,l'Inde et tout l'Orient .....

Ce serait une grave erreur stratégique pour l'UE mais les USA ,stupides dans leur mépris envers le monde entier se rejouira de tout ce qui peut réduire l'Europe et la ruiner , ca élimine la concurrence ......

Rédigé par : Magikbus | 21 mar 2014 09:00:29

Par suite de son histoire,l'Europe de l'Est et du Sud-Est souffre de frontières comme celles issues de la colonisation en Afrique,avec même causes et même effets.
Un redécoupage accompagné de transferts de population là où nécessaires ,accomplis plus humainement qu'après la guerre,avec la bénédiction de l'Onu, pourrait être la seule solution valable à long terme, car les solutions éternelles n'existent évidemment pas.

Rédigé par : Mac B. | 21 mar 2014 15:10:52

@ Nantais: ce que vous dites est inexact: les frontières de l'Ukraine ne datent nullement du pacte germano-soviétique, qui ne partageait que la Pologne et les pays baltes.
Olivier Berruyer a très justement recadré la situation de l'Ukraine, notamment la parfaite et totale illégitimité du gouvernement pro-UE de Kiev et l'infect coup de force de l'UE.
Il rejoint l'excellente analyse d'Aymeric Chauprade qui, depuis des années, annonce la politique d'encerclement énergétique de la Russie par les USA et leurs alliés ("Occidentaux" serviles de l'UE et combattants islamistes: Tchétchénie, Géorgie, Ukraine, Kirghizistan); USA qui ne s'en cachent même pas, comme l'a démontré ouvertement John Mac Cain en se rendant à Kiev soutenir les groupes armés de Maidan.

Rédigé par : Olivier M | 21 mar 2014 22:52:19

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige