« 7 août : conférence du cardinal Barbarin à Sées | Accueil | Pour s'abonner à la lettre quotidienne du Salon Beige »

04 août 2014

C’est arrivé un 4 aout…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

Béatifié le 8 janvier 1905, il est déclaré la même année, "patron des prêtres de France". Canonisé en 1925 par Pie XI (la même année que sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus), il est proclamé en 1929 "patron de tous les Curés de l'univers".

Pendant les 73 ans de vie du saint curé d'Ars, la France connait successivement la fin de l'ancien régime, la révolution, la monarchie constitutionnelle, la 1ère république, le directoire, le Consulat, le Premier Empire, la Restauration, la monarchie de juillet, le Second Empire. Pendant toute cette période note Geneviève Esquier, la France passe d'une société théocentrique à une société anthropocentrique et laïcisée. C'est dans cette France, que vit un des plus grands saints du siècle. Après avoir vaincu un nombre incroyable d'obstacles à son ordination sacerdotale, Jean marie est ordonné le 13 aout 1815. Il écrit à cette époque :

« Que le prêtre est quelque chose de grand ! Le prêtre ne se comprendra bien que dans le Ciel. Si on le comprenait sur la terre, on mourrait, non de frayeur mais d'amour ! » (*)

Il passe des centaines d'heures au confessionnal, voire des milliers. On vient de toute l'Europe pour recevoir l'absolution de ce prêtre, qui lit dans les âmes, ou pour écouter ses sermons, alors que son art oratoire est si médiocre, qu'il lui arrive plus d'une fois de descendre de chaire au milieu d'une phrase, incapable de savoir comment la finir. Son humilité le pousse à offrir ces épreuves et lui fait gagner des conversions en grand nombre, tellement sa bonté et son humilité touchent les cœurs. Il passe sa vie à lutter pour le salut éternel de ses frères. A tel point que Satan lui dira :

« S'il y en avait trois comme toi sur la terre, mon royaume sera détruit ! » (**)

Ceux qui croyaient au Ciel de Geneviève Esquier (éditions l'escalade, (*) page309 et (**) page 314).

Un de ses amis, Claude Laporte, lui fait un jour don d'une montre, que le curé d'Ars s'empresse de donner à plus pauvre que lui. Claude Laporte renouvelle l'opération trois ou quatre fois. Mais le curé d'Ars la donne la vendait pour en donner l'argent aux pauvres. Claude Laporte lui dit donc un jour en lui mettant une nouvelle montre entre les mains « Monsieur le Curé, je vous prête la montre que voici ». C'est une belle montre. Le curé d'Ars la conservera toute sa vie ; à sa mort, elle est restituée à la famille Laporte-Dupré la Tour.

Henri Ier, né vers 1009/1010 est Roi des Francs de 1031 à 1060, le troisième Roi de la dynastie des Capétiens directs. Fils de Robert le Pieux et de Constance d'Arles, il et selon la coutume de l'époque, sacré Roi du vivant de son père le 14 mai 1027 à Reims. Il bénéficie de l'appui du duc de Normandie Robert le Magnifique face à l'hostilité de sa mère et des grands vassaux qui veulent faire monter son frère cadet Robert sur le trône. Il devient ensuite le tuteur de son fils, le futur Guillaume Ier, duc de Normandie, quand Robert part en 1035 pour la Terre sainte.

Son fils, Philippe Ier accède au trône le 4 août  1060, ayant été couronné lui aussi du vivant de son père, à Reims le 23 mai 1059. A son accession il n'est âgé que de huit ans, va passer la plus grande partie de son règne à lutter contre la puissance de son vassal : Guillaume 1er le Conquérant, duc de Normandie devenu roi d'Angleterre en 1066 et protégé de feu son père le Roi de France Henri 1er.

Edouard III d'Angleterre, le roi d'Angleterre promet d'éviter le massacre à condition que lui soit livré 6 bourgeois de la ville : en chemise, la corde au cou, 6 Calaisiens volontaires lui apportent les clés de la ville.

L'hôpital pour les pauvres est créé à l'initiative de Nicolas Rolin, chancelier du duc de Bourgogne Philippe II le Bon, et de son épouse Guigone de Salins. Cet ensemble hospitalier est destiné à accueillir les plus pauvres et les indigents. Il assure la gratuité des soins du XVe au XXe siècle, grâce aux sœurs hospitalières de Beaune, dont l'ordre est créé par Rolin en 1459. La construction des bâtiments est achevée en 1447 ; ils sont de de style gothique flamboyant avec des toitures en tuile vernissée de Bourgogne.

« Moi, Nicolas Rolin, chevalier, citoyen d'Autun, seigneur d'Authume et chancelier de Bourgogne, en ce jour de dimanche, le 4 du mois d'août, en l'an de Seigneur 1443 ... dans l'intérêt de mon salut, désireux d'échanger contre des biens célestes, les biens temporels ... je fonde, et dote irrévocablement en la ville de Beaune, un hôpital pour les pauvres malades, avec une chapelle, en l'honneur de Dieu et de sa glorieuse mère ... »

Jacques d'Armagnac meurt exécuté à Paris sur ordre du Roi Louis XI. Bien que ce dernier l'ait comblé d'honneurs et de son affection, le duc de Nemours, trahit plusieurs fois le Roi et participe à la Ligue du Bien public.

Giovan Battista Castagna, est né à Rome le 4 août 1521. Il est pape du 15 septembre au 27 septembre 1590, soit 13 jours et n'a pas eu le temps d'être couronné. Il est enterré dans la basilique du Vatican ; plus tard, ses restes seront transférés à l'église de Santa Maria Sopra Minerva.

Les États de Bretagne, convoqués par François Ier à Vannes, adressent au monarque une supplique pour « unir et joindre par union perpétuelle iceluy pays et duché de Bretagne au royaume, le suppliant de garder et entretenir les droits, libertés et privilèges dudit pays et duché ».

Cette requête, présentée au Roi dans la grande salle du palais épiscopal de la Motte, est acceptée par une lettre donnée à Vannes (sic) le 4 août 1532 :

Il s'y nomme « père et légitime administrateur et usufruitier des biens de notre très cher et très aimé fils » et celui-ci « Duc et propriétaire des pays et Duché de Bretagne ». Il rappelle la demande des États :

La lettre de Vannes est confirmée par un édit promulgué à Nantes le 13 août 1532 et par l'édit du Plessis-Macé du 21 septembre 1532 (voir les chroniques du jour).

Ce traité met fin à plusieurs décennies de conflits opposant les Iroquois aux Français et à leurs alliés autochtones.Les Français de Nouvelle France, alliés des hurons entre autre, se heurtent durant tout les premiers temps de la colonie à l'hostilité des Iroquois. A la fin du XVIIe siècle, des délégations de nombreuses nations amérindiennes arrivent à Montréal à l'été 1701. Le 4 août, la Grande paix de Montréal est signée. Tous s'engagent à favoriser le dialogue au conflit, et surtout les Iroquois garantissent leur neutralité en cas de conflit entre Français et Anglais.

«La nuit du 4 août 1789 est un événement fondamental de la Révolution française, puisque l'Assemblée constituante proclame la fin du régime féodal et de ses privilèges. »

Voici ce qu'on peut lire dans tous les livres d'histoire depuis la 3ème république jusqu'à nos jours. C'est un énorme mensonge, qui cache le viol fait par une minorité d'idéologues extrémistes. La nuit du 4 août n'est pas l'abolition des « privilèges de la noblesse et du clergé » mais la disparition de tous les us et coutumes propre à chaque province française. Le système féodal a été supprimé peu de temps avant, entre le 20 juin 1789, date du serment du jeu de paume et le 27 juin quand Louis XVI cède et que les trois états se réunissent en Assemblée nationale.

Les Rois de France ne parlaient pas du « peuple français », mais de « nos peuples » ; soulignant par là, la diversité des traditions, des langues et des cultures des provinces de France. Les « Privilèges » sont étymologiquement les « privata lex », les« lois privées ». C'est-à-dire que chaque décision royale devait avant être enregistrée par les Parlements provinciaux pour avoir force de loi localement. Ce système faisait de la Monarchie française un système de gouvernement équilibré, tempéré où la liberté était profondément respectée.

Le 4 août ces gardes fous disparaissent ; les décisions parisiennes s'imposent à tous. Les parlements sont supprimés. L'on est bien loin du mythe révolutionnaire d'une France assoiffée d'égalité ! La république pour détruire ces traditions va imposer par la violence la langue française, un nouveau découpage administratif avec les départements qui font fi de l'histoire locale, des lois uniformisatrices contraires à la volonté des Français.

Jean Sévillia note que la nuit du 4 août est une manœuvre préparée à l'avance.

«Ce n'est pas seulement l'égalité devant la loi, réforme que Louis XVI n'avait pu réaliser, qui est adoptée. En quelques heures ce sont tous les statuts particuliers, ces franchises, libertés, coutumes et lois privées (Lex privata privilèges) qui particularisaient la société d'ancien régime qui sont abolis. Un coup de rabot législatif aplanit la condition des Français à quelque milieu qu'ils appartiennent : la révolution sociale est faite. »

Historiquement correct de Jean Sévillia, (Editions Perrin pages 180 et 181)

Les troupes de Napoléon III sont défaites par les Prussiens, qui entrent en France avec 3 armées et 380 000 hommes.

Succédant à Léon XIII, le cardinal Sarto est élu le 4 août et prend le nom de Pie X, en souvenir des papes du XIXe siècle. Il meurt le 20 août 1914.Voir la chronique du 2 juin.

Où quand la loi humaine s'écarte de la loi naturelle et de la loi divine. Qu'en dit la bible ? La Bible nous dit constamment que l'activité homosexuelle est un péché (Genèse 19:1-13; Lévitique 18:22; Romains 1:26-27; 1 Corinthiens 6:9). L'homosexualité est décrite comme le résultat de la négation et de la désobéissance envers Dieu, comme une infamie en raison de son caractère violent, dominateur.

Dieu ne crée pas une personne avec des désirs homosexuels. La Bible nous dit qu'une personne devient homosexuelle à cause du péché (Romains 1:24-27) et en fin de compte cause de leurs propres choix. Une personne peut naître avec une sensibilité plus grande vis-à-vis de l'homosexualité, tout comme certains naissent avec une tendance à la violence et à d'autres péchés. Cela n'excuse pas la personne voulant pécher par ses désirs coupables.

« Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une abomination. » Lévitique 18:22

« Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; ils seront punis de mort: leur sang retombera sur eux.» Lévitique 20:13

« Je veux vous rappeler... que Sodome et Gomorrhe et les villes voisines, qui se livrèrent comme eux à l'impudicité et à des vices contre nature, sont données en exemple, subissant la peine d'un feu éternel. » Jude verset 7.

« Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront pas du Royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas ! Ni impudiques, ni idolâtres, ni adultères, ni dépravés, ni homosexuels… n'hériteront du Royaume de Dieu ». Corinthiens 6,9

« La loi n'a pas été instituée pour le juste mais pour…. les impudiques, les homosexuels, les trafiquants d'hommes, les menteurs, les parjures, et pour tout ce qui s'oppose à la saine doctrine ». Timothée 1, 10

« Aussi Dieu les a-t-il livrés à des passions avilissantes : car leurs femmes ont échangé les rapports naturels pour des rapports contre nature ; pareillement les hommes, délaissant l'usage naturel de la femme, ont brûlé de désir les uns pour les autres, perpétrant l'infamie d'homme à homme et recevant en leurs personnes l'inévitable salaire de leur égarement ».Romains 1, 18-32 : …

L'Eglise catholique combat ce péché, mais pas les personnes qui sont sous cette emprise. Dieu hait le péché, mais il «a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils Unique». Dieu veut que tous soient sauvés. Et ces homosexuels, qui acceptent le Christ comme Sauveur et Seigneur, peuvent être délivrés des désirs vers des personnes de même sexe.

Posté le 4 août 2014 à 06h31 par Lois Spalwer | Catégorie(s): Histoire du christianisme

Commentaires

Il n'y a pas eu "dépénalisation de l'homosexualité"..

Il y a eu abolition d'une "loi" de Vichy validée à la Libération qui pénalisait "les actes impudiques" avec un mineur du même sexe (que l'auteur). Ce n'était pas l'homosexualité qui était incriminée, mais l'homosexualité d'un majeur avec un mineur. Même s'il est vrai que cette "loi" n'était pas valable il n'en reste pas moins que la formulation "dépénalisation de l'homosexualité" est mensongère et diffame la France.

Elle est destinée à faire croire que l'homosexualité était incrimlinée en tant que telle par la France depuis toujours (monsieur Badinter apparaît alors en héros de la civilisation contre la France). Alors que l'incirimination (dont on a vu qu'elle n'inciriminait pas l'homosexualité en tant que telle) datait de... Vichy (1940-1944)

Rédigé par : Denis Merlin | 4 août 2014 07:07:19

Vous nous manquiez Lois!!!
Trop contente de votre retour.

Rédigé par : lanneau katia | 4 août 2014 07:40:56

Information à vérifier. Il me semble que Saint Jean-Marie Vianney a été proclamé Saint patron des curés en 1929 mais que Benoît XVI n'est pas allé jusqu'à le proclamer Saint patron des prêtres (de tous les prêtres), en raison de certaines réticences des prêtres de notre époque.

Rédigé par : Monique T. | 4 août 2014 08:51:17

HEureux de retrouver vos chroniques. Bonne journée!

Rédigé par : Christian | 4 août 2014 09:31:50

Bonjour,
C'est là que l'on voit qu'il ne faut, en aucune façon, accepter d'ouvrir la porte à la dépénalisation du péché, car alors, avec le temps l'on en vient à l'accepter comme un droit.
Le même processus c'est produit avec l'avortement.
Merci!
JFL

Rédigé par : JACQUES-FRANCOIS dit LOCARD | 4 août 2014 09:40:45

Très heureux de revoir cette catégorie "Histoire du christianisme", merci de votre travail qui me fait progresser !
N'hésitez pas à utiliser les mots clefs sur les articles, cela aide les moteurs de recherche à vous trouver.

Pour ce qui est de l'homosexualité, vous êtes en effet bien prudent. Mais permettez-moi de préciser ce que la philosophie Thomiste appelle une tendance, et ici la tendance homosexuelle. En utilisant ce terme à la place de l'homosexualité, on réduit l'emprise et la définition de la personne à sa seule sexualité. De surcroit cela induit un caractère évolutif dans le temps, contrairement au terme enfermant l’autre par une phrase telle que "elle est homosexuel."

Comme c'est une inclination de l'âme nous pouvons avoir des tendances homosexuelles sans l'avoir cherché et voulu. Et en ce sens elle n'est pas peccamineuse, permettez-moi d'insister.
Non c'est de céder à une mauvaise tendance qui est un péché, c’est de se mettre dans des situations qui nous pousseraient à développer cette mauvaise tendance.

Enfin, ne pas avoir pratiqué de tendance homosexuel mais pratiquer une tendance hétérosexuelle ne nous garantit pas une sainteté dans le rapport. Il y a des personnes à tendances sexuelle hétérosexuelle qui aime bien mal, sont dominant, violent, sont centrés sur eux, et leur besoin, ne sont pas à l'écoute, considère la femme comme un sous-homme, là est aussi un très grave péché. Homme aimez votre femme comme le Christ a aimé l’Eglise [càd jusqu’à la mort par Amour..]


Désolé d'avoir été un peu long

Rédigé par : saussissoche | 4 août 2014 13:15:11

Les pécheurs seront sauvés à condition de ne plus pécher et de faire pénitence,accepter le Christ comme sauveur ne suffit pas ,il faut arrêter de pécher

Rédigé par : morin | 4 août 2014 13:42:53

Ce n'est effectivement pas une dépénalisation de l'homosexualité qui a lieu en 1982, mais une dépénalisation de la pratique homosexuelle avec un mineur :
"Loi n°82-683 du 4 août 1982 ABROGATION DE L'ART. 331 (AL. 2) DU CODE PENAL ;EN CONSEQUENCE,LES ACTES IMPUDIQUES OU CONTRE NATURE COMMIS AVEC UN MINEUR DU MEME SEXE (HOMOSEXUALITE) NE SERONT PLUS PUNIS DE PEINES CORRECTIONNELLES"

http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000691992

Rédigé par : Mat | 4 août 2014 14:36:08

Le saint curé d'Ars est le patron de tous les curés..

Rédigé par : nedelec | 4 août 2014 18:04:34

Ah enfin vous revoilà, vous me manquiez !!!!!!

Rédigé par : zézé | 4 août 2014 20:58:16

à saussinoche :

vous avez raison ! et le lobby LGBT qui "oblige" les personnes "à tendance" à faire leur outing (c'est à dire à rendre publique leur tendance) est diabolique ; c'est une façon publique de les enchaîner au péché .

Une sorte "d'étoile juive" qu'on leur met sur le front ....

Rédigé par : nemo | 6 août 2014 08:33:59

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige