« Une ordonnance sur les tabernacles pour décourager les profanateurs | Accueil | Une émission sur les écoles libres »

12 février 2015

La politique actuelle de dénaturalisation du mariage est une atteinte à la famille

Question du député Jacques Bompard au ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur la baisse catastrophique du nombre de mariages contractés en 2013 :

"Selon l'INSEE, en 2013, seuls 231 000 mariages ont été contractés contre environ 246 000 en 2012. Parmi ces mariages, la part de remariés augmente « 45 000 hommes et 45 000 femmes ». La hausse du nombre de divorces est aussi à noter : 125 000 « soit plus de la moitié du nombre des mariages en 2013 ». Le mariage est une protection pour les couples et pour les enfants, c'est un facteur de stabilité et de reconnaissance sociale. Il participe à l'unité nationale au sens où la famille unie et reconnue est la cellule de base de la société. Le mariage participe à la relève démographique de demain. Or, actuellement, le taux de natalité par femme est de 1,99 enfant par femme. Pour qu'un renouvellement de la population s'opère, le taux de natalité par femme doit être de 2%. Ce taux, en baisse de 1,2% par rapport à 2012, semble être en lien avec le manque de confiance des Français dans le mariage.

Les mesures socialistes qui ont été adoptés depuis 2012 telles : la baisse des allocations familiales qui ont été divisées par quatre en 2013, la baisse du quotient familial qui est passée de 2 336 euros en 2012 concerne plus de 10% des Français et représente 554 millions, à 2000 euros en 2013 et à 1500 en 2014, l'augmentation des impôts, la précarité de l'emploi … sont autant de points qui dégoutent les Français face à un engagement. La France a protégé la famille par sa politique nataliste, permettant ainsi de maintenir l'un des plus haut taux de natalité en France. Toutefois, la politique actuelle de dénaturalisation du mariage par l'ouverture du mariage aux personnes de même sexe, la dénaturalisation de la vie avec un taux d'avortements record en 2013, à cause de la gratuité des IVG, qui a augmenté de 4,7% par rapport à 2012 soit 217 000, une économie qui peine à soutenir les foyers … sont des atteintes directes à la famille.

M. Jacques Bompard interroge M. le ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes si elle compte analyser avec intelligence cette baisse catastrophique du nombre de mariages et créer une politique familiale propice à l'engagement et à la natalité en France."

Posté le 12 février 2015 à 21h18 par Michel Janva | Catégorie(s): France : Politique en France


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige