« Exposition politique dans la basilique Saint Denis | Accueil | Face à l'effondrement qui vient: uberiser la politique! »

29 septembre 2015

Supplique de Mgr Fellay au pape : "Nous vous supplions de faire retentir une parole de vérité en défense du mariage"

Mgr FellayPubliée par la Fraternité Saint Pie X :

"Très Saint Père,

C’est avec la plus vive inquiétude que nous constatons autour de nous la dégradation progressive du mariage et de la famille, origine et fondement de toute la société humaine. Cette déliquescence est en train de s’accélérer fortement, notamment par la promotion légale des comportements les plus immoraux et les plus dépravés. La loi de Dieu, même simplement naturelle, est aujourd’hui publiquement foulée aux pieds, les péchés les plus graves se multiplient de façon dramatique et crient vengeance au Ciel.

Très Saint Père,

Nous ne pouvons vous cacher que la première partie du Synode consacré aux « Défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation » nous a très vivement alarmés. Nous avons entendu et lu, venant de personnes constituées en dignité ecclésiastique – qui s’autorisent de votre soutien, sans être démenties -, des affirmations si contraires à la vérité, si opposées à la doctrine claire et constante de l’Église concernant la sainteté du mariage, que notre âme en a été profondément troublée. Ce qui nous inquiète encore plus, ce sont certaines de vos paroles laissant entendre qu’il pourrait y avoir une évolution de la doctrine pour répondre aux nécessités nouvelles du peuple chrétien. Notre inquiétude vient de ce que saint Pie X a condamné, dans l’encyclique Pascendi, un tel alignement du dogme sur de prétendues exigences contemporaines. Pie X et vous, Très Saint Père, avez reçu la plénitude du pouvoir d’enseigner, de sanctifier et de gouverner dans l’obéissance au Christ qui est le chef et le pasteur du troupeau en tout temps et en tout lieu, et dont le Pape doit être le fidèle vicaire sur cette terre. L’objet d’une condamnation dogmatique ne saurait devenir, avec le temps, une pratique pastorale autorisée.

Dieu auteur de la nature a établi l’union stable de l’homme et de la femme en vue de perpétuer l’espèce humaine. La Révélation de l’Ancien Testament nous apprend, de la façon la plus évidente, que le mariage, unique et indissoluble, entre un homme et une femme, a été établi directement par Dieu, et que ses caractéristiques essentielles ont été soustraites par lui au libre choix des hommes, pour demeurer sous une protection divine toute particulière : « Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain » (Ex 20, 17).

L’Évangile nous enseigne que Jésus lui-même, en vertu de son autorité suprême, a rétabli définitivement le mariage, altéré par la corruption des hommes, dans sa pureté primitive : « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas » (Mt 19, 6).

C’est la gloire de l’Église catholique, tout au long des siècles, d’avoir défendu contre vents et marées, malgré les sollicitations, les menaces et les tentations, la réalité humaine et divine du mariage. Elle a toujours porté haut – même si des hommes corrompus l’abandonnaient pour ce seul motif -, l’étendard de la fidélité, de la pureté et de la fécondité qui caractérisent le véritable amour conjugal et familial.

Alors qu’approche la deuxième partie de ce Synode consacré à la famille, nous estimons en conscience de notre devoir d’exprimer au Siège apostolique les profondes angoisses qui nous saisissent à la pensée des « conclusions » qui pourraient être proposées à cette occasion, si par grand malheur elles devaient constituer une nouvelle attaque contre la sainteté du mariage et de la famille, un nouvel affaiblissement du statut des couples et des foyers. Nous espérons de tout cœur, au contraire, que le Synode fera œuvre de véritable miséricorde en rappelant, pour le bien des âmes, l’intégrale doctrine salutaire concernant le mariage.

Nous avons pleinement conscience, dans le contexte actuel, que les personnes qui se trouvent engagées dans des situations matrimoniales irrégulières doivent être accueillies pastoralement, avec compassion, afin de leur montrer le visage très miséricordieux du Dieu d’amour que fait connaître l’Église.

Cependant la loi de Dieu, expression de son éternelle charité pour les hommes, constitue par elle-même la souveraine miséricorde pour tous les temps, toutes les personnes et toutes les situations. Nous prions donc pour que la vérité évangélique du mariage, que devrait proclamer le Synode, ne soit pas contournée en pratique par de multiples « exceptions pastorales » qui en dénatureraient le sens véritable, ou par une nouvelle législation qui en abolirait quasi infailliblement la portée réelle. Sur ce point, nous ne pouvons vous dissimuler que les récentes dispositions canoniques du Motu proprio Mitis iudex Dominus Iesus, facilitant des déclarations de nullité accélérées, ouvriront la porte de facto à une procédure de « divorce catholique » qui ne dit pas son nom, en dépit des rappels sur l’indissolubilité du mariage qui l’accompagnent. Ces dispositions suivent l’évolution des mœurs contemporaines, sans chercher à les rectifier selon la loi divine ; comment, dès lors, ne pas être bouleversé par le sort des enfants nés de ces mariages annulés de façon expéditive, qui seront les tristes victimes de la « culture du rebut » ?

Au XVIe siècle, le pape Clément VII refusa à Henri VIII d’Angleterre le divorce que celui-ci réclamait. Face à la menace du schisme anglican, le pape maintint, contre toutes les pressions, l’enseignement intangible du Christ et de son Église sur l’indissolubilité du mariage. Verra-t-on sa décision maintenant désavouée en une « repentance canonique » ?

De nos jours, partout dans le monde, de nombreuses familles se sont mobilisées courageusement contre les lois civiles qui sapent la famille naturelle et chrétienne, et encouragent publiquement des comportements infâmes, contraires à la morale la plus élémentaire. L’Église peut-elle abandonner ceux qui, parfois à leur propre détriment, et toujours sous les moqueries et les quolibets, mènent ce combat nécessaire mais difficile ? Cela constituerait un contre-témoignage désastreux, et serait source pour ces personnes de dégoût et de découragement. Les hommes d’Église, au contraire, de par leur mission même, doivent leur apporter un soutien clair et motivé.

Très Saint Père,

Pour l’honneur de Notre Seigneur Jésus-Christ, pour la consolation de l’Église et de tous les fidèles catholiques, pour le bien de la société et de l’humanité tout entière, en cette heure cruciale, nous vous supplions donc de faire retentir dans le monde une parole de vérité, de clarté et de fermeté, en défense du mariage chrétien et même simplement humain, en soutien de son fondement, à savoir la différence et la complémentarité des sexes, en appui de son unicité et de son indissolubilité. Nous vous supplions filialement de faire retentir une parole accompagnée de mesures efficaces, montrant votre soutien en acte à la famille catholique.

Nous confions cette humble supplique au patronage de saint Jean-Baptiste, qui connut le martyre pour avoir défendu publiquement, contre une autorité civile compromise par un « remariage » scandaleux, la sainteté et l’unicité du mariage ; suppliant le Précurseur de donner à Votre Sainteté le courage de rappeler à la face du monde la vraie doctrine concernant le mariage naturel et chrétien.

En la fête de Notre-Dame des Sept Douleurs, le 15 septembre 2015
+Bernard FELLAY
Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X"

Posté le 29 septembre 2015 à 13h13 par Louise Tudy | Catégorie(s): L'Eglise : François , L'Eglise : Vie de l'Eglise

Commentaires

enfin ce que de "simples et petits" fidèles attendaient ! Merci Monseigneur ! SB

Rédigé par : face à la mer | 29 sep 2015 13:39:21

Comme c'est bien dit!
Je ne connaissais pas La Fraternité Saint-Pie X avant d'aller les visiter sur leur site et à Paris. Par curiosité et aussi parce que j'ai besoin de me faire ma propre idée en situation, en observant ce qui est et aussi en parlant avec les gens.
Pour moi, ce sont des frères en Christ ; il n'y a pas de doute possible.
Je les remercie d'avoir su conserver si bien La Tradition. Nous aurons sûrement besoin d'eux bientôt... C'est évident après avoir vu et entendu des catholiques dans les paroisses et autres lieux de retraites... je ne parle même pas des prêtres qui n'en ont plus que le nom!
"Seule la vérité rend libre" a dit le Christ. Il a dit aussi : "je suis le Chemin, la vérité, la vie."
Je suis une "recommançante" (quel vilain mot!) et je suis bien déçue par ce que j'ai vu : de la tiédeur, de l'à-peu-près, du copinage avec des "religions" qui n'en sont pas... des discours intellectualisants et vide de réalités vécues en conscience.
Comme je me suis ennuyée bien des fois! Comme je me suis mis en colère devant le manque de consistance et de foi de ceux qui devraient nous accompagner! J'ai même appris que certains étaient francs-maçons! Je pensais un peu naïvement que les clercs au moins respectaient la doctrine sacrée et avaient entendus les avertissements de tous les Papes envers ces temples de satan... Il faut vivre les situations et faire la part première à la conscience pour réellement intégrer la ou les leçons qu'elles sous-tendent.
Dieu merci, tous ces gens n'ont pas réussi à m'écoeurer de l'Enseignement de notre Seigneur... ils y ont mis "le paquet" pourtant! Et à répétitions!
Bref, vous l'aurez compris en me lisant : je suis révoltée après avoir fait "l'état des lieux" de l'Eglise de France. J'ai même pris "la peine" de lire une petite Histoire pour mieux la resituer dans le contexte historique de notre cher vieux Pays.
Voilà aussi pourquoi je compte sur "les gens de La Tradition" pour garder le gouvernail dans le bon cap, malgré l'opprobre dont ils sont injustement l'objet!
Le temps et Le Seigneur rétabliront cette injustice ; j'en ai la certitude intérieure.
D'ailleurs, concrètement, comment peut-on encore parler d'unité entre les chrétiens, si l'on rejette une partie des nôtres, qui comble d'absurdité et d'injustice, ne sont pas hérétiques.
Cela n'a pas de sens. Ce n'est pas raisonnable. Ce n'est sûrement pas la volonté du Bon-Dieu que de donner "le mauvais exemple" dans un moment de grande tempête comme nous en traversons actuellement.
Il nous faut revenir aux fondamentaux et à La Tradition éclairée par la Conscience. C'est notre sûreté, notre sécurité : notre ancre dans le Transcendant.
Merci Mgr Fellay.

Rédigé par : Patricia | 29 sep 2015 13:59:37

Les Juifs ont plusieurs noms pour Dieu. L'un d'eux est Elohim qui est la loi. Un autre est Adonaï qui est la miséricorde. Sans le premier, ils nous disent que le monde ne peut exister. Et sans le second, ils nous disent qu'il est invivable... Mais l'existence du monde est une condition indispensable à sa viabilité...

Rédigé par : François | 29 sep 2015 14:13:02

La réponse du pape François dans votre précédent post "Ce Motu proprio facilite les procès dans la durée, mais ce n’est pas un divorce parce que le mariage est indissoluble quand il est un sacrement. L’Eglise ne peut le changer : c’est la doctrine. C’est un sacrement indissoluble." Bon. Je suis toujours un peu étonné du manque de foi de certains évêques qui pensent être plus inspirés par l'Esprit-Saint que le Saint-Père (même si je respecte Mgr Fellay). Le trône de Pierre est solide et Notre Seigneur a prié "pour que sa Foi ne défaille pas". Donc ayons confiance. Simplement.

Rédigé par : Raphaël | 29 sep 2015 14:15:45

Je suis tout à fait d'accord avec monseigneur Fellay.
Mon mari m'a quittée, après 45 ans de mariage, 3 ans de fiançailles, 5 enfants et 11 petits enfants sur un soit disant coup de foudre pour vivre en concubinage avec une veuve venue au pèlerinage diocésain de Lourdes pour trouver un homme intéressant. Selon ses dires, monseigneur Barbarin l'aurait rassure sur sa situation matrimoniale et il a été nomme coordinateur de l'équipe missionnaire itinérante de la paroisse de sa concubine, très bien vue de son curé (elle même secrétaire de l'EMI).
Ma famille a été démolie et moi même je suis incapable de me remettre de cette répudiation alors que j'ai reçu le sacrement de mariage.
Si l'annulation de mon mariage venait à pouvoir être prononcee, ce serait pour moi une catastrophe psychologique alors que je suis déjà tellement affectée.

Rédigé par : Planes | 29 sep 2015 14:30:16

Qu'est ce que cela peut lui faire la doctrine de l'Eglise Catholique puisqu'il est hors Église ? Qu'il s'occupe de ses ouailles au lieu de passer son temps à nous expliquer que l'Eglise fait tout à tort et à travers. Ça divorce aussi chez les intégristes non ? Mon com ne sera peut-être pas publié mais ras le bol des leçons de ceux qui n'ont pas le courage de réintégrer les rangs pour se battre de l'intérieur.

Rédigé par : Colère noire | 29 sep 2015 15:00:26

Merci à Mgr Fellay, il écrit très bien ce que les fidèles catholiques aimeraient dire au pape François.
Après le complot sur les manigances du "saint Grall" révélées par Mgr Daneels...voilà un vrai homme de Dieu.
Comme on aimerait entendre cela de TOUS les évêques ! Puisse le Saint Père ne pas se laisser séduire par les "loups" (dont parlait Benoit XVI lors de son élection).

Rédigé par : my | 29 sep 2015 15:51:13

Merci au Salon Beige d'avoir relayé ce texte magnifique et si profond !

Rédigé par : Garantez | 29 sep 2015 16:13:15

Merci Mgr. Fellay pour ces précisions quant au mariage chrétien et à la famille. Nous avons bien besoin de points de repère dans ce chaos généralisé.

Rédigé par : Patricia | 29 sep 2015 18:00:19

En plus de paroles convaincantes que l'on sent à la fois frappées au coin du bon sens et marquées par la piété filiale, voilà des paroles dignes d'un prince de l'Eglise et d'un prélat qui fait honneur à son rang.
Merci.

Rédigé par : Rufus | 29 sep 2015 19:41:56

J'adhère à cet écrit

Rédigé par : Ludo | 29 sep 2015 19:50:15

Ouais, enfin, s'il a raison sur le fond, qu'il commence par s'appliquer à lui même et à ses ouailles la discipline des sacrements et la discipline tout court qu'il demande aux autres.
St Archanges, veillez sur nous

Rédigé par : Montalte | 29 sep 2015 20:10:01

Ces angoissés devraient plutôt prier et faire confiance au Saint Esprit.

Rédigé par : ermort | 29 sep 2015 21:00:49

Rappelons-nous ce verser de l’Évangile : "C'est à cause de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes" (Matthieu, 19.8).
Les cœurs de nombre de catholiques (y compris de quelques Évêques) seraient-ils redevenus aussi durs que ceux des hommes de l'Ancienne Alliance - lesquels ne connaissaient pas le Messie Doux et Humble de Cœur, Visage du Père de toute Miséricorde ?
Cela concerne un pan, vraiment signifiant parce que nouveau, de la Bonne-Nouvelle, pan et très important pour la sanctification de l'amour, de la famille et de la société.
Et soudain, au XXIe siècle, cette indissolubilité du mariage liée à sa sacralisation ne serait plus recevable, ne serait plus considéré comme un bon Commandement nouveau ? Et tout cela parce que ce principe interfère avec nos mœurs "relâchées"
A part dans les grandes hérésies, jamais l’Évangile n'aurait reçu un tel démenti, un tel camouflet.
Cette question prend des résonances quasi... eschatologiques.
Prions pour le Pape François, les membres de ce Synode, et la chrétienté.

Rédigé par : Exupéry | 29 sep 2015 23:09:38

Enfin des paroles courageuses!

Rédigé par : LEBAS Patrice | 29 sep 2015 23:17:16

Mgr Fellay essayez un peu d'être toujours conforme à la Vérité que Mgr Lefebvre a toujours protégée pour l'amour de Dieu et des âmes, vous êtres trop souvent ambigüe, imprécis, contradictoire voire tyrannique, prouvez nous que vous êtes redevenu crédible, ou mieux : démissionnez humblement et laissez un confrère reprendre le flambeau .

Rédigé par : lève-toi | 30 sep 2015 00:12:06

Très bien !
Que Saint Joseph protège plus que jamais familles, hommes, femmes et enfants en particulier.
Familles,"Icônes" de la Trinité?

Rédigé par : Chambon | 30 sep 2015 16:05:57

Henri Hude a clairement exposé, sur son blog, en quoi consistaient les dispositions du Motu Proprio.
Ce qui est, en fait, demandé, c'est que le Pape se range à ses vues avant même le synode. Mais dans ce cas, quelle serait l'utilité d'un synode ? L’Église n'est pas le PCUS...
Idem pour la "filiale supplique" en vue du synode.

Rédigé par : Neri | 30 sep 2015 20:03:12

Très belle supplique ! Pourquoi certains veulent-ils dénaturer une religion alors qu'il suffit d'en créer une autre ?

Les personnes qui ne suivent pas l'enseignement du Christ peuvent très bien créer leur vision du monde et l'appeler d'un nom de leur choix qui ne soit pas trompeur !

Rédigé par : Ken | 30 sep 2015 21:01:34

A Planes.
Je compatis. Je vous souhaite, avec le temps, de retrouver la tranquillité de l'esprit.
Vous avez une grande famille ; j'espère qu'elle prend soin de vous dans cette épreuve étonnante.
Je suis encore naïve car je suis étonnée que l'on aille en pèlerinage pour séduire les Messieurs ; les hommes mariés... et, ensuite, aller prendre à témoin un évêque pour se dédouaner de sa conduite.
Et, il est encore question de morale chrétienne?!
Surtout Madame, prenez bien soin de vous et regardez du côté de la vraie vie : vos enfants et vos petits enfants.

Rédigé par : Patricia | 1 oct 2015 15:46:39

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige