« Le Ministère de l'Intérieur recense 89 "mosquées radicales"... et en ferme 3 | Accueil | Attaque contre le site internet du diocèse de Bayonne »

02 décembre 2015

Il ne sert à rien de réduire le CO2 pour modifier les variations climatiques

Stanislas de Larminat était, le 2 décembre, un des invités du journaliste Christophe Henning, dans son émission "grand-angle", sur RCF, consacrée au thème "COP21, le Climat et le reste".

Il a développé sa postion "hélio-centriste": le soleil est l'explication des variations climatiques. Il a expliqué que le Giec n'a pas développé de discipline cohérente pour faire la preuve de ses allégations.

L"Comment mettre d'accord des milliers de scientifiques aussi différents que  la thermodynamique, physique, océanographie, glaciologie, biologie, chimie, astronomie, hélio-sismologie, informatique, mathématique, agronomie, pédologie, mathématiciens, informaticiens, et tant d’autres ?  Chacune a sa logique. Les unes traitent des causes, les autres des conséquences. Chacune est indispensable au progrès des connaissances, mais cette diversité nécessite une méthodologie robuste pour vérifier la cohérence  entre la théorie et les observations.

Or cette méthode existe, c’est la théorie des systèmes. Le GIEC a inventé sa propre théorie, la « détection /attribution » (détecter un effet température et l’attribuer à des causes). Les inventeurs de cette méthode sont très peu nombreux dans le monde. Ils ne se sont jamais confrontés à la communauté internationales des systémiciens. Or de véritables travaux d’identification des systèmes existent. Ils arrivent à la conclusion que c’est le soleil qui explique les variations depuis 1000 ans, y compris pendant la période récente."

Aanimateur du Blog, "les2ailes.com", Stanislas de Larminat s'est légèrement démarqué de certains climato-sceptiques qui verraient bien que la société poursuive son "business as usual". Au contraire, il juge impératif de changer de référentiels de comportements sociaux.   

"Oui, il faut s'adapter aux conséquences de toutes catastrophes naturelles (atténuation) et pas seulement celles résultant des variations climatiques, qui tombent toujours sur les plus pauvres. Cela passe par le développement des pays les moins avancées. La voie de "l’aide fatale" n'est pas la bonne:  le modèle de dépendance de l’aide maintient le continent africain dans une perpétuelle enfance.  Il faut au contraire inciter les Pays les Moins Avancés à se protéger par des frais de douane et dénoncer l’Organisation Mondiale du Commerce qui prônent l'abolition des frais de douanes.
Oui, il faut

Mais il ne sert à rien de réduire le CO2 pour modifier les variations climatiques puisqu'il n'y a pas de relations de causes à effet entre les deux.."

Stanislas de Larminat a terminé son intervention en expliquant que les modèles du Giec n’ont pas prévu l’arrêt du réchauffement depuis 15 ans, arrêt qui n'est pas contesté par le Giec : « La plupart des simulations de la période historique ne reproduisent pas la réduction observée... sur les derniers 10 ou 15 ans » (Chap 9 du dernier rapport du Giec). Or,  depuis 18 ans, les émissions de CO2 se sont poursuivies, et l’activité solaire a plafonné.

Posté le 2 décembre 2015 à 14h13 par Michel Janva | Catégorie(s): Environnement , Pays : International , Sciences


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige