« L'Allemagne découvre les joies du vivre-ensemble | Accueil | FN : pas de liberté d'expression pour les responsables religieux ? »

06 janvier 2016

Le maire prononce ses voeux dans l'église

BOn ignore si le maire de Beugnies (Nord) a installé une crèche dans sa mairie, mais il ne s'est pas gêné pour prononcer ses voeux dans l'église, dimanche matin. Pour l'occasion, l'autel a été dépouillé de ses ornements et le Saint-Sacrement a été retiré.

Le maire Daniel Jopek a annoncé la construction d’une salle polyvalente avec transformation du foyer actuel en mairie et adjonction de salles et bureaux pour le conseil municipal, les mariages, services techniques et médiathèque.

Patrimoine en blog a mis en ligne un sondage pour connaître la réaction de ses lecteurs.

Posté le 6 janvier 2016 à 11h53 par Michel Janva

Commentaires

Par curiosité, je suis allée regarder le "sondage".
La question est "Etes-vous pour ou contre l'utilisation partagée d'une église, au profit d'activités profanes respectueuses du lieu ?"
Le OUI est à 55% (33 votes).
Mais que faut-il comprendre par "activités profanes respectueuses du lieu"?
Curieux, mais il m'avait semblé que d'aucuns n'étaient pas très d'accord avec l'utilisation partagée d'une mairie au profit d'activités culturo-cultuelles (crèches) respectueuses du lieu...

Rédigé par : C.B. | 6 jan 2016 12:16:04

Bravo ! C'est très bien ! L'église d'un village, d'une paroisse c'est aussi une "maison commune", n'en déplaise aux laïcards patentés qui se croient encore au temps du père Combes !

Au Moyen-Age, les églises, basiliques et cathédrales étaient des lieux de convivialité, où l'on venait parler, échanger, et décider pour la communauté !

Rédigé par : Irishman | 6 jan 2016 12:29:15

Je suis d'accord, à condition que le Saint-Sacrement ne soit pas enlevé.

Rédigé par : anne | 6 jan 2016 12:53:39

Oui Irishman!
Vous avez été plus rapide que moi...
Les cathédrales même ont été aussi - avec le lieu de refuge des populations lors de guerres - des abris temporaires pour le bétail!...Les dallages pavés étaient paillés, et les vaches, les moutons, les chevaux étaient abrités dans ces lieux de refuge des populations et de leurs biens en cas d'attaques...
C'est tellement vrai que toutes les cathédrales disposaient d'un accès au moins praticables par les chevaux, et pas uniquement pour que puissent user de leur privilège les nobles qui avaient le droit d'entrer à cheval...
L'église a toujours été historiquement lieu de réunion, et d'enseignement, dans un village comme dans toute agglomération.
Visiblement le maire avait pris soin de faire retirer le Saint Sacrement dans le cas qui nous occupe...
Et de plus ce qui s'y est passé n'avait rien de blasphématoire ou d'irrespectueux...
Alors pourquoi ne pas renouer avec cette traduction d'accueil?
Il n'y a rien de choquant là!

Rédigé par : Saint-Plaix | 6 jan 2016 13:35:14

Regardons la dite cathédrale deCreteil
Espèce cultuel et culturel confondus
Chorégraphie etc......

Et dans kes mosquées et synagogues
Pas d'amalgame ! Et c'est très bien !

Rédigé par : Myriam | 6 jan 2016 14:44:02

Bonjour,
Par expérience, je puis vous assurer qu'il vaut mieux que cela reste exceptionnel, y compris pour les vœux du maire. Et si un maire en profitait pour annoncer un truc contraire à l'enseignement de l'Eglise: le financement du planning familial, par exemple? Et nous avons tous entendu parler des problèmes posés par les "concerts pour le téléthon".
Par ailleurs, des tas "d'activités respectueuses" ou jugées telles, posent en fait des problèmes très concrets et très embêtants, très régulièrement dans beaucoup de paroisses. Prenez un concert de musique classique: irrespect de certains musiciens qui fument pendant les répétitions, objets cassés que personne ne reconnaît avoir cassé, ménage que les responsables des "activités respectueuses" refusent d'assumer etc.
Il y a, de fil en aiguille (je veux dire dans des paroisses où l'habitude de prêter l'église pour des concerts existe), des activités qu'on (on = des gens de mauvaise foi qui sont secondés par un chœur d'ignorants) veut faire passer pour respectueuses. Je connais un lieu où on a demandé au prêtre de faire une fête d'halloween en disant: il faut partager, c'est pour les enfants, si vous refusez vous vexerez la population et il y aura encore moins d'enfants au catéchisme, en cas de refus la toiture ne sera pas réparée...
Peut-être que, dans certains cas, une utilisation "partagée" peut-être positive, mais dans bien d'autres cas cela pose beaucoup de problèmes qui, au lieu de desservir les laïcards, alimentent leur moulin. Souvenons-nous de ces communistes purs et durs qui réclamaient la sonnerie des cloches pour leurs enterrements célébrés selon les rites staliniens, ce n'était pas pour partager quoi que ce soit, même si leurs revendications étaient parées du verbe partager pour bourrer le crâne des naïfs, c'était uniquement pour ridiculiser la foi en utilisant toutes les ficelles qu'un deuil peut offrir à la propagande.
Ainsi donc, comme on dit en Provence: méfi!
(PS Il n'est pas du tout certain que les églises ont été utilisées pour des activités profanes dans le passé: le théâtre religieux était donné sur le parvis, de même certaines assemblées politiques, sur le parvis et ou dans le cimetière, par exemple les élections des consuls des villages qui, par ailleurs et vu qu'on n'était pas en régime laïc, étaient précédées de prières, notamment d'une Messe du Saint-Esprit, et faites avec la conscience que la communauté correspondant à telle assemblée politique, était en marche vers le Salut et, donc, que les décisions de l'assemblée étaient en relation avec le Salut... Or nous sommes très loin de tout cela).

Rédigé par : C.J | 6 jan 2016 14:47:31


Il n'y a pas que les élus d'une commune qui peuvent utiliser un lieu de culte pour annoncer ses voeux aux habitants à condition de bien respecter l'endroit. Il y a quelques années, à Rouen, à l'abbatiale Saint-Ouen, un spectacle équestre s'y est déroulée et personne n'a eu rien à y dire. Le public rouennais y est allé voir les cavaliers faisant leurs prouesses et n'ont rien dit.

Mais je pense que cela est un peu malvenu de prendre un édifice religieux pour y faire soit de la politique ou un spectacle. C'est un lieu de prières et rien d'autres...

Rédigé par : Sylvie | 6 jan 2016 16:52:25

"L'amour que j'ai pour ta maison, ô Dieu, me consumera comme un feu!"
Ps 69:10 cité en Jean 2:17, à propos de Jésus chassant avec une 'sainte colère' les marchands du Temple de Jérusalem.

Rédigé par : Alix | 6 jan 2016 18:43:35

@ C.B.

On ne peut pas partager une église avec une autre activité que cultuelle : c'est comme cela...

On peut EXCEPTIONNELLEMENT ouvrir l'église à une autre activité sous réserve :

- de l'accord du curé du lieu (qui est le seul affectataire et donc autorisé à donner son avis)

- doit donner lieu à un contrat signé par les deux parties

- l'activité doit avoir un rapport - même lointain - avec le cultuel (i.e. un concert de musique sacré : OK. Un concert de métal : KO.)

- l'accès à l'église doit rester GRATUIT et possible pendant l'activité

- l'activité peut demander de l'argent à la sortie sous forme d'une quête non obligatoire (au chapeau par exemple)

Toutes les activités pratiquées dans les églises ne respectant pas intégralement les points précédents sont ILLÉGALES.

De fait, on ne peut partager une église en France en la transformant ad libitum entre une activité cultuelle et une activité profane (comme cela se pratique aux Pays-Bas par exemple).

C'est une des heureuses conséquences de la tragique loi de 1905...

Rédigé par : PK | 6 jan 2016 20:35:18

Au moyen-âge, peut-être.
Mais aujourd'hui et en France - hic et nunc - on doit tenir compte de la loi d'affectation.

Il se fait jour une tentation de relativiser l'affectation permanente et exclusive au culte catholique pour mettre en place une affectation culturelle parallèle, qui permettrait ainsi d'y faire tout et n'importe quoi.

Après avoir perdu la propriété de nos églises, nous en perdrions progressivement le droit d'usage.

Il ne faut certainement pas s'en réjouir et combattre vigoureusement toute idée de double affectation.

Rédigé par : Tonio | 6 jan 2016 20:51:21

Certes les églises ont pu autrefois servir à des activités profanes, par exemple pour préparer les Etats généraux de 1789, mais la population de l'époque était presque unanimement catholique et savait se tenir correctement. Par ailleurs on avait alors pas de salle polyvalente à disposition.
Mais ces activités profanes doivent rester le plus exceptionnelles possible, pour ne pas laisser transformer les églises en salles polyvalentes, où l'on célébrerait la messe entre une réunion municipale et un concert.
La tendance à la "désacralisation" des églises est aussi due à un certain clergé qui a pris l'habitude de célébrer la messe n'importe où, salle du presbytère, salle des fêtes, plein air, sans véritable nécessité. A partir du moment où l'on dit la messe n'importe où ailleurs qu'à l'église, il n'est pas étonnant que certains veuillent faire leurs réunions, concerts ou expositions dans les lieux de culte. Cela me semble venir d'une conception protestante de l'église qui ne serait qu'un lieu de réunion. N'oublions pas qu'une église est consacrée.
Si l'église devient une annexe de la mairie, on finira par y voir célébré civilement un "mariage pour tous".

Rédigé par : professeur Tournesol | 7 jan 2016 16:07:53

L'église est construite pour honorer Dieu, ce n'est pas une maison du peuple.

Contrairement à beaucoup de blogueur, je trouve cette initiative choquante.

C'est le complet mélange des genres, pourquoi ne pas célébrer la messe dans le hall de la mairie ?

Allons, soyons sérieux.

Rédigé par : hauptman | 8 jan 2016 07:34:43

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige