« Pendant ce temps, la Turquie commémore en grande pompe la chute de Constantinople | Accueil | François Hollande, révisionniste de l'Histoire de France »

29 mai 2016

Comment ne pas s’inquiéter de ces petits hommes que notre peuple se choisit parfois pour les commander ?

Si le sous-préfet de Béziers avait été au courant du lapsus ridicule de François Hollande à Verdun, il aurait sans doute davantage apprécié le discours de Robert Ménard ce matin lors de la cérémonie commémorative du centenaire de la bataille de Verdun à Béziers. Ce dernier a fait un esclandre :  

"(...) C'est à Verdun, le 24 février 1916 au matin, que l'Allemagne choisit de frapper. Une bataille titanesque, un orage d'acier. 300 000 Européens frappés à mort dont un peu plus de la moitié de Français. Des étudiants, des instituteurs, des paysans, des ouvriers, des bourgeois. Tout un peuple, tout notre peuple. Le mot d'ordre : on ne passe pas ! Et les Allemands ne sont pas passés. Leurs troupes en sortirent ébranlées à jamais.Voilà ce que nous célébrons aujourd'hui.

Le courage des soldats français face à l'ennemi, leur foi inébranlable en leur patrie. Mais aussi ce grand suicide démographique pour l'Europe que fut cette guerre avec ses millions de morts, de jeunes hommes, parmi les meilleurs.

Alors, lorsque l'on voit la grandeur et la noblesse de nos ancêtres, comment ne pas s’interroger, s’inquiéter de ces petits hommes que notre peuple se choisit parfois aujourd'hui pour les commander ?

Dans la France de 2016, où il n'y a plus de front, de ligne de front comme on en a connu à Verdun. C'est partout que des gens qui détestent notre pays, notre république, nos mœurs, nos coutumes, s'installent et combattent notre pays. Ils ne le font pas malgré l'Etat, ils le font parfois avec son soutien. L'avenir jugera sévèrement ceux qui n'ont rien fait, rien dit, alors qu'il était encore temps.

À quoi bon Verdun, à quoi bon avoir refusé que la France soit allemande pour que, cent ans plus tard, en bien des lieux, elle ne semble plus française ? 

Seuls les sots et les lâches m'accuseront d'être alarmiste ou d'utiliser l'histoire. Car si ceux de 14 sont morts, c'est pour que la France reste française. Pas pour qu'on la trahisse ou qu'on la vende !

Ne pas dire ces choses en ce jour et en ce lieu serait trahir le sens de leur sacrifice. Et tant qu'il existera des Français, des descendants des combattants de 14-18, alors ce sacrifice conservera son sens." 

C'est beaucoup plus digne qu'un piétinement de tombes par des jeunes en manque de footing au son des tam-tam du Bronx...

Posté le 29 mai 2016 à 19h34 par Philippe Carhon | Catégorie(s): France : Politique en France

Commentaires

Merci M.Menard!

Rédigé par : aneto2015 | 29 mai 2016 20:24:58

Merci Mr Ménard pour ce discours. Texte à recopier et à accrocher à tous les monuments aux Morts de France; et à insérer dans les manuels d'Histoire de nos enfants et des bibliothèques.

Rédigé par : résistante | 29 mai 2016 20:36:27

Monsieur Ménard, votre courage dans vos discours et vos prises de position vous honore et honore le peu de France qu'il nous reste. Merci et chapeau... vous rallumez dans le cœur de beaucoup de français la petite flamme de l'espérance!

Rédigé par : cazabelmo | 29 mai 2016 20:54:19

Si espérance il peut y avoir, elle n'est pas, n'en déplaise à M. Ménard, dans "notre république" dont les défaillances sont à l'origine des maux qu'il déplore. Comment ne s'en est-il pas encore aperçu ?

Rédigé par : Xavier Soleil | 29 mai 2016 21:23:47

Hollande lui préfère la retraite au flamby....Allez courage encore onze mois...Il ne passera pas...

Rédigé par : Tonio | 29 mai 2016 21:34:47

@cazabelmo: non, pas le "peu de France qui nous reste"! Entrez dans une bibliothèque et lisez les beaux noms de Bernanos, Proust, Aragon, Eluard, Guillevic, Claudel, Péguy, Alain-Fournier, Apollinaire, Malraux, Mauriac, etc. et je fais exprès de mettre là des écrivains de tout bord, simplement parce que la seule splendeur de leurs écrits les fait Français, et parce que chacun d'eux a combattu pour la France, ils vivaient à une époque où ce qui nous arrive aujourd'hui était impensable.

Je veux dire que même si, actuellement, apparemment nous sommes bien peu (est-ce si vrai que cela? Combien de Français de coeur dans le monde, de personnes attachées à notre âme aussi bien que nous?), avec nous, nous avons les morts, et cela, c'est beaucoup. Chacun de nous est le fruit d'une longue lignée d'ancêtres dont il porte la trace en lui. Enfin, nos immenses artistes sont aussi avec nous et nous devons habituer nos voix à parler avec leurs mots, leur musique, leur style, et nous avons de quoi faire avec cette cohorte immense d'écrivains, de peintres, de couturiers, de compositeurs, de sculpteurs, etc.
Donc bien sûr que nous ne sommes pas seuls (sans compter le bon Dieu, mais là je me cantonnais aux hommes et femmes)

Rédigé par : ODE | 29 mai 2016 21:38:30

Oui, Robert Ménard honore la France quand François Hollande la souille.
Oui, Robert Ménard honore les morts de Verdun quand François Hollande fait piétiner leurs tombes ou voulait hier qu'un rappeur crache sur leurs tombes...

Rédigé par : esprit libre | 29 mai 2016 22:52:57

Bravo et merci Mr Menard

Rédigé par : ANNA | 29 mai 2016 23:03:40

Hitler voulait tuer l'identité de la France, en confisquant tout son patrimoine culturel et historique .
Il semblerait que l'histoire se répète ....
mais cette foi ci nous ne pourrons pas accuser Hitler !
Alors, qui est derrière tout cela ?
Un ami prétend qu'Hitler était un pur produit U.S . Dois je l'écouter ?

Rédigé par : Gisèle | 29 mai 2016 23:13:33

Avez vous remarqué que nos politiques ont une fâcheuse tendance à déranger les morts dans leur repos éternel, à des fins bassement politicardes ?
Après les pauvres gens morts dans les camps de concentration, ils réveillent les pauvres petits gars qui ont donné leur vie pour défendre leur PATRIE .

Rédigé par : Gisèle | 29 mai 2016 23:21:06

Les piétinements de tombes?
Cela me rappelle Sarkozy en Algérie (vu à la télé!)

Rédigé par : Godefroid de Couillons | 29 mai 2016 23:41:11


C'est vrai, ce que dit Gisèle, et je le confirme, Adolf Hitler a été aidé par les Américains au début des années 1920 pour combattre la montée inexorable du communisme en Allemagne.
Ce sont des banques américaines comme celles de Rockfeller, des organisations juives qui ont permis à Adolf Hitler de parvenir au pouvoir en janvier 1933, afin d'éradiquer la menace rouge.
Des juifs qui dirigeaient l'économie allemande ont aidé Hitler à lutter contre le chômage des ouvriers. Il y avait des soldats juifs au sein de la Wehrmacht (plus de 15 000)et même certains juifs voulaient créer une sorte de NSDAP juive...
Je peux même vous dire que ce sont des juifs antisémites qui ont donné leurs coreligionnaires pour les exterminer dans les camps de la mort. Des juifs qui étaient au service de l'Allemagne. Certains juifs (les plus mauvais qui avaient ruiné le peuple allemand entre 1919 et 1933)ont fui le Reich pour rejoindre les USA, l'Australie, l'Amérique du Sud et l'Afrique du Nord, voire même l'Angleterre et son empire. Les bons juifs intégrés sont restés et ont malheureusement payer les erreurs des autres.

Rédigé par : Sylvie | 30 mai 2016 09:34:14

Merci Monsieur MENARD ! au moins vous, vous respectez les morts pour que la France soit "encore" française !!!! pour combien de temps ? mais j'espère que vous et ceux que vous aurez pu réunir nous aideront à combattre l'immonde !

Rédigé par : balanine | 30 mai 2016 15:01:21

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige