« Robert Ménard : "Je peux être méchant avec les journalistes deux minutes?" | Accueil | L'état d'urgence prolongé de deux mois supplémentaires »

19 mai 2016

Pour gouverner vraiment, un président doit se libérer des contre-pouvoirs

Suite à la parution de son ouvrage, Le Temps du phénix, récit d’anticipation 2017-2022, aux Editions Cité Liberté (328 pages, 20 €), Bruno Mégret a accepté de donner un entretien au Salon Beige.

1) Dans votre chapitre "Le prix de l'excellence" vous développez une réforme de l'enseignement sous 2 aspects : la refonte complète des programmes du primaire au lycée, réforme que l'on peut qualifier d'autoritaire voire d'étatique, puis une plus grande autonomie des universités de façon à y favoriser la sélection à l'entrée. Ne croyez-vous pas que, comme pour l'université, l'Etat devrait favoriser la liberté scolaire : liberté des parents de choisir l'école de leurs enfants, liberté des chefs d'établissement dans le recrutement de leurs enseignants ainsi que dans le choix des programmes ?

MDans le domaine de l’enseignement, le président de la République que je mets en scène dans mon livre Le Temps du phénix, veut aller au plus urgent et à l’essentiel. Il reporte donc à plus tard les réformes de structure et s’attaque au contenu de l’enseignement. C’est la refonte des programmes : savoir lire, écrire, compter, en revenir à une approche chronologique de l’histoire de France et de l’Europe et, en géographie, à une connaissance hiérarchisée, de notre pays d’abord, de notre continent et du monde ensuite. C’est aussi expurger les livres scolaires de tout endoctrinement politiquement correct, c’est établir des classes de niveau, permettre à chaque élève d’aller au maximum de ses potentialités. Bref, c’est rétablir l’excellence et faire vivre à nouveau l’esprit français.

De façon plus générale, il faut bien comprendre que mon ouvrage n'est pas un essai politique d’analyse et de propositions comme il y en a beaucoup. C’est un livre d’espoir qui cherche à montrer que, malgré le poids du système et de l’idéologie politiquement correcte, il serait possible de redresser la France de façon spectaculaire et rapide. Pour ce faire, j'ai voulu mettre en scène un président se réclamant de la droite de conviction qui serait élu en 2017 et faire le récit de son quinquennat. Dès lors, il ne s’agit pas de décrire ce qui serait l'idéal mais de montrer comment on peut rendre possible ce qui est indispensable. Car ce récit montre toutes les oppositions qu’un tel président ne manquerait pas de rencontrer et explique comment il les surmonte les unes après les autres pour mener une grande politique de rupture. Mais, pour y parvenir dans la situation dramatique que connait la France, il ne peut pas tout faire tout de suite et se consacre à quelques grandes priorités. Il se préoccupe d’abord de rétablir la liberté d’expression, de stopper l'immigration et d’engager la réémigration. Il s’attache aussi à réduire massivement les charges et la réglementation étatique et à diminuer la fiscalité sur les entreprises pour engager un processus de réindustrialisation.  Il mène aussi une action diplomatique de grande envergure pour transformer radicalement l’Union européenne et en faire une entité qui serve les nations et apporte à leur commune civilisation un outil pour défendre leur identité et leur indépendance. Parmi ses priorités figurent également la promotion des familles et le rétablissement de la sécurité publique. Et, bien sûr, comme je l’ai dit, l’enseignement.

2) Bruno Le Maire, candidat à la primaire LR, aurait-il lu votre livre ? Il reprend une de vos idées en déclarant récemment : « Je ne négocierai pas avec les syndicats. Ma méthode est très différente, je passerai par ordonnance dès l'été 2017, et je préfère annoncer la couleur tout de suite. Je suis prêt à discuter, je suis prêt à dialoguer, je ne suis pas prêt à négocier ». Lorsque l’on voit qu’un gouvernement de gauche est tétanisé face aux extrémistes de Nuit Debout, votre méthode semble irréaliste pour un président issu des Républicains et encore moins de la Droite nationale. Pensez-vous vraiment que cette solution séduisante puisse être mise en œuvre ?

PJe ne sais pas si Bruno Le Maire a lu mon livre mais, si c'est le cas, il l’a mal lu. Car avant d'engager des réformes par ordonnance le président héros du Temps du phénix se libère d’abord des contre-pouvoirs qui empêchent aujourd'hui un président de la République d’agir vraiment. Pour cela il fait adopter, par un référendum organisé le jour même des élections législatives, une réforme de la Constitution qui porte sur deux points essentiels. D'abord, il instaure un droit de recours du président de la République sur les décisions du Conseil constitutionnel pour éviter que ce dernier, qui s'est érigé au fil des années en un véritable tribunal idéologique, ne censure toutes les lois qu'il ferait voter. La réforme prévoit que le président soumette la décision incriminée à un  référendum ou à un vote ultime de l'Assemblée nationale de façon à donner dans tous les cas le dernier mot au peuple ou à ses représentants. Ensuite, il fait modifier l'article 55 de la Constitution pour rétablir la supériorité du droit français sur le droit européen, faute de quoi toutes les initiatives contraires aux décisions de Bruxelles seraient automatiquement invalidées. De plus, le nouveau chef de l'État fait adopter des mesures très importantes pour reprendre la main face au pouvoir judiciaire et surtout face au pouvoir médiatique lesquels ont aujourd’hui pris le pas sur les politiques. Et ce n'est qu'après ces préalables indispensables, au demeurant rapidement mis en œuvre, que le président peut commencer à réformer en usant, il est vrai, de la procédure des ordonnances. Quant aux manifestations de rue dont vous semblez estimer qu'elles rendent impossible toute réforme, elles ne sont efficaces qu’à l’encontre d’un pouvoir faible. Les gouvernements du système ont toujours considéré que, plus la réforme est modeste et plus les négociations sont poussées, moins l’opposition sera forte. C’est une erreur car l’hostilité des syndicats et de l’extrême gauche est toujours maximale, comme on l’a constaté avec la loi El Khomri. Dès lors, le gouvernement ne peut que reculer, soit en abandonnant son projet soit en le dénaturant complètement, car l’épreuve de force n’est pas pour lui une option compte tenu de la faiblesse de l’enjeu. Si le pouvoir lance en revanche des réformes de grande envergure susceptibles de résoudre au fond des problèmes majeurs, la donne change complètement car l'épreuve de force peut être envisagée sans difficulté. On peut en effet accepter des grèves et un désordre importants pour imposer une réforme qui en vaut la peine.

A suivre

Posté le 19 mai 2016 à 15h00 par Michel Janva | Catégorie(s): France : Politique en France

Commentaires

en somme c'est le printemps , les insectes xylophages sortent du vieux meuble pour s'envoler en investir un autre ...

Rédigé par : salagouducro | 19 mai 2016 18:11:06

"Pour gouverner vraiment, un président doit se libérer des contre-pouvoirs...." Bruno Mégret préconise-t-il alors une dictature ?

Dans son discours, il ne parle jamais de quitter l'U.E. alors que celle-ci fait partie d'un élément du Nouvel Ordre Mondial :
http://www.voltairenet.org/article164176.html


C’est désormais une certitude, un grand bouleversement va avoir lieu. Tout est en place. Les différents agents du système (grands dirigeants, forces occultes et autres forces œuvrant pour la destruction de l’ancien monde) sont prêts à actionner les derniers leviers (ISIS/Daesh, effondrement financier, WWIII) pour mener l’humanité vers la grande destruction. Pourquoi ? Pour permettre l’émergence d’un nouveau monde. Ce monde sera leur oeuvre: une humanité renouvelée, contrôlée, unifiée.

Ce schéma de destruction/renaissance se retrouve dans la figure bien connue du phénix. Les mythes nous apprennent que cet oiseau s’embrase pour ensuite renaître de ses cendres. Il symbolise à ce titre les cycles de mort et de résurrection.

La symbolique du phœnix est importante car elle fait partie des connaissances hermétiques qui se retrouve dans de nombreuses cultures, y compris dans la notre: cinéma, peintures, événements médiatiques, concerts, architectures, alchimie, Jeux Olympiques…
http://stopmensonges.com/wp-content/uploads/2016/05/2012.jpg

Bien entendu Bruno Mégret ne peut l'ignorer. Quand la revue The Economist de janvier 1988 annonçait le lancement d'une monnaie mondiale appelée "phénix" cela n'a pu lui échapper. En donnant ce titre à son livre, il fait un signe aux mondialistes, comme quoi il cherche à les servir.

La seule façon de libérer la France de façon spectaculaire et rapide est de la laisser reprendre sa souveraineté (en quittant l'U.E.) Ce n'est pas ce que préconise Mégret. Pas besoin de demander pourquoi !

Rédigé par : Ken | 19 mai 2016 18:47:48

pfff, Ken , n'importe quoi....... l'histoire avec votre Phénix est grotesque

Et Mégret est un patriote, pas un mondialiste..... de plus fallait l'écouter sur RC avec Lesquen, cela nous aurait sans doute évité de lire vos calomnies...

Rédigé par : JO | 19 mai 2016 21:54:07

le problème du conseil constitutionnel c'est les membres qui le constituent, pas le conseil en lui-même. Normalement il devrait vérifier que la loi est conforme à la constitution. Si le conseil rejette une loi c'est qu'elle bafoue la constitution.
bafouer la constitution et la changer sans l'accord du peuple c'est la dictature.
on manque au contraire de contre-pouvoirs, c'est toute la classe politique qui est vérolée et qu'il faudrait remplacer, c'est normal que çà ne fonctionne pas,
son organisation manque de contre-pouvoirs qui permettraient de virer les mauvais représentants.
Il faut modifier quelques règles dans la constitution.
Avec des hommes bons, on aura une bonne gouvernance, même dans un système imparfait.

Rédigé par : azert | 20 mai 2016 01:16:17

la proposition de révision constitutionnelle est ridicule : c'est le même débat qu'au Royaume-Uni : si vous êtes membres de l'UE, vous devez accepter la primauté du Droit de l'UE. Plus réaliste me semble être l'idée de chercher à s'exonérer légalement (à la britannique) des pans de droit UE qui ne nous vont pas.

Plus important : le volet interne de la proposition de révision revient à nier la hiérarchie des normes : si le législateur peut s'assoir sur ce que dit le juge de la constitutionnalité, ça met l'édifice par terre ; dès lors il faut réserver au peuple le pouvoir de trancher (ce serait d'ailleurs conforme à la jurisprudence actuelle puisque le conseil constitutionnel se refuse d'examiner la conformité à la constitution d'une loi référendaire même portant sur une matière non constitutionnelle ; pas besoin de révision constitutionnelle pour faire cela... l'exercice le droit d'appel au peuple.

C'est vraiment du niveau licence de droit...

Rédigé par : fd | 20 mai 2016 05:48:33

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige