« Faites un don à la Marche pour la vie | Accueil | Marche Pour La Vie 2017 : Affichez vos idées ! »

28 décembre 2016

C’est arrivé un 28 décembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous :

À la mort du pape Zosime, le 26 décembre 418, le parti des diacres élit pour lui succéder l'archidiacre Eulalien, le 27 décembre. Or, le 28, les prêtres choisissent l'un des leurs, qui devient Boniface Ier. Il en résulte que, le 29 décembre les deux hommes sont sacrés chacun de leur côté.

Pour trancher la question, l'empereur Honorius convoque un synode à Ravenne le 8 février 419 et interdit aux deux prétendants d'entrer dans la ville de Rome. En fait, le synode hésitant laisse la décision à l'empereur. Comme celui-ci semble prendre son temps, Eulalien s'impatiente et pénètre dans la cité de Rome pour y célébrer les cérémonies de Pâques. Les troupes d'Honorius interviennent alors pour installer Boniface, tandis qu'Eulalien se console avec un évêché en Campanie (il y meurt sans histoires en 423). Pour éviter le renouvellement du problème, Honorius promulgue une ordonnance disposant qu'en cas de double élection, aucun des deux élus ne soit pape, mais que l'on procéderait à l'élection d'un troisième

Le comté de Flandre est alors une principauté du Royaume de France, particulièrement impliquée dans les conflits opposant la France et l'Angleterre, lors de la guerre de Cent Ans. Le roi d'Angleterre, jouant de l'arme économique, pousse les habitants de Gand, capitale du comté, à la révolution contre les Français. Le 28 décembre 1337, menés par Jacob van Artevelde, ils prônent la neutralité dans le conflit franco-anglais, et s'administrent eux-mêmes jusqu'en 1345.

Les États généraux réunis à Paris à la demande du Roi Jean II le Bon votent la Grande ordonnance (sur le modèle de la Grande Charte anglaise de 1215), limitant les pouvoirs royaux et marquant un renforcement du Parlement. Le prévôt des marchands Étienne Marcel et Robert Le Coq sont les chefs bourgeois de l'opposition.

Tandis que la France et l'Aragon se disputent le Milanais, dans la nuit du 27 au 28 décembre, 2 000 Espagnols franchissent le Garigliano. Les 300 arbalétriers français en garnison à Suio ne remarquent pas ces mouvements et Gonzalve de Cordoue fait donc traverser 2 000 hommes de plus, dont 200 cavaliers commandés par Prospero Colonna, avant de donner l'ordre d'attaquer le pont occupé par les Français. Le capitaine français en poste au pont du Garigliano décide-t-il de le détruire et de battre en retraite sur Gaète, abandonnant les malades ainsi que neuf canons. Informé de cette retraite, Gonzalve de Cordoue décide de les poursuivre, et la cavalerie de Colonna rattrape les Français. Néanmoins, grâce aux exploits du chevalier Bayard qui tient seul le pont en obligeant les Espagnols à l'affronter un contre un, les Français arrivent à s'échapper.

Bayard sur le pont du Garigliano, par Henri Félix Emmanuel Philippoteaux, palais de Versailles

Par l'ordonnance de Montpellier, François 1er introduit le dépôt légal en France. Il constitue l'obligation légale faite aux producteurs et diffuseurs de documents, de les déposer auprès des organismes dépositaires qui sont tenus de les conserver et de les signaler. Auparavant, il n'était possible de faire un dépôt légal que dans la bibliothèque du Roi, située à Blois. Le dépôt légal est, aujourd'hui, régi par le titre III du livre 1er du Code du patrimoine.

Evêque, homme de lettres et saint, François de Sales, né le 21 août 1567 en Savoie, a été ordonné prêtre en 1593 et consacré évêque en 1602. En pleine Réforme, il a sillonné son diocèse de Genève pour présenter la foi catholique. Avec Sainte Jeanne de Chantal, il a fondé l'ordre de La Visitation Sainte-Marie en 1610. Il est le saint patron des journalistes et des écrivains et docteur de l'Église. Il a écrit Introduction à la vie dévote et le Traité de l'amour de Dieu. Il a été canonisé en 1665.

Saint François de Sales.

Ce décret n'aurait jamais été signé sans les milliers de martyrs de Vendée, de Bretagne, du Lyonnais et de tous ceux qui ont sacrifiés leur vie pour affirmer leur foi catholique aux yeux des hommes et de Dieu. Notre « liberté » religieuse d'aujourd'hui, nous la devons à ces ancêtres anonymes.

Les frères Lumière, dans un café de Paris réalisent la première projection publique payante de cinéma. Le programme est composé de 10 films ou « vues », comme on les appelle à l'époque, de 50 secondes. Il comprend la fameuse "Sortie des usines Lumière", le premier film tourné par les frères Lumière le 19 mars précédent, "La Voltige", une leçon de cavalerie filmée et mise en scène par Louis Lumière, "Les Forgerons", "Le Jardinier" (plus connu sous le nom de "L'Arroseur arrosé"), "La Place des Cordeliers à Lyon", et "La Mer", filmé durant l'été 1895. Trente-trois spectateurs sont présents dans la salle.

Edmond Rostand triomphe au théâtre de la Porte Saint-Martin à Paris lors de la première représentation de sa comédie en 5 actes, "Cyrano de Bergerac". Le public apprécie tout particulièrement le romantisme de la pièce qui contraste avec le réalisme l'époque.

Ce député franc-maçon et gaulliste fait voter une loi élaborée en loge dix ans auparavant. En ce jour le Martyrologe romain fête les Saints Innocents, des enfants de moins de 2 ans massacrés pour le Christ par Hérode à Bethléem (1er s.).

C'étaient des tout-petits enfants, ils avaient à peine 2 ans pour les plus âgés. L'âge de la crèche, pas même de la maternelle. Pour leurs pères et leurs mères, ils étaient des merveilles, des enfançons qu'on élève encore contre sa joue. Voulant atteindre le roi d'Israël, ce sont les petits qu'Hérode fait tuer, les premiers accueillis par le Dieu d'Amour qui vient sauver les hommes. Ils sont incapables de parler. Mais aux yeux du Christ, c'est l'existence et non l'âge qui offre la liberté d'entrer dans l'Église.

Petits enfants qui furent massacrés à Bethléem de Judée sur l'ordre du roi impie Hérode, pour que périsse avec eux l'enfant Jésus. Dès les premiers siècles de l'Église, ils ont été honorés comme martyrs, car ils sont les prémices de tous ceux qui devaient verser leur sang pour Dieu et pour l'Agneau de Dieu.

Il faut toujours avoir présent à l'esprit la foule innombrable des enfants, qui vivant encore dans le sein de leurs mères sont tués avant même de voir le jour, à cause des lois qui autorisent l'avortement, ce crime abominable.

Posté le 28 décembre 2016 à 05h03 par Lois Spalwer | Catégorie(s): Histoire du christianisme

Commentaires

Si Neuwirth était franc-maçon, ce n'était pas en qualité de gaulliste, mais en tant que frère de Pierre Laval, 40 années au service du GODF, loge La Parfaite Union, chef du gouvernement de Philippe Pétain et de la Milice.

Rédigé par : olrik | 29 déc 2016 04:14:04

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige