« Ils veulent financer l'avortement en Afrique plutôt que de l'aide alimentaire | Accueil | Le CHU de Québec recule et réinstallera le crucifix à l'hôpital Saint-Sacrement »

01 mars 2017

Chute des avortements en Russie

En 1920, l’Union soviétique fut le premier pays à autoriser l’avortement. En 1936, il est banni par le régime stalinien et de nouveau autorisée en 1955. A cette époque, les préservatifs et la pilule « trouvent réellement leur place » et les « programmes de sensibilisation se multiplient ».

En 1993, le nombre d’avortements en Russie est l’un des plus élevé du monde : 235 avortements pour 100 naissances vivantes. Divisé par 5 entre 1993 et 2015, les statistiques officielles l’établissent désormais à 44 avortements pour 100 naissances vivantes, et les autorités estiment que c’est « un problème croissant ».

Unknown-23En 2016, si le projet de loi visant à retirer les avortements de la liste des soins remboursés par la sécurité sociale a été abandonné, une nouvelle loi contraint les hôpitaux à l’obtention d’un nouveau certificat pour effectuer des avortements. Par ailleurs, une pétition demandant l’interdiction de l’avortement a recueilli plus de 400 000 signatures. Avec l’accord du ministère russe de la santé, des consultants financés par la Fondation St Basile-le-grand exercent dans les hôpitaux pour permettre aux femmes de réfléchir à leurs projets d’avortements. En trois ans, « le nombre de consultants et de "centres de prévention" a triplé. Et plus de 39.500 femmes désirant avorter ont changé d'avis après un passage dans ces consultations ». Si le démographe Anatoli Vicnevski attribue plutôt les évolutions à « une baisse globale de la natalité russe », la ministre de la Santé, Veronika Skvortsova (photo), se félicite de la chute de 13% des avortements en 2016.

Posté le 1 mars 2017 à 18h09 par Michel Janva | Catégorie(s): Culture de mort : Avortement , Pays : Russie


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige