« Le pseudo-pacifiste Mélenchon oublie les chrétiens massacrés en Egypte | Accueil | Des tombes vandalisées à Nice »

10 avril 2017

Le vote "flottant" est une condition sine qua non pour être écoutés par les candidats et les partis

C81UxzKXkAAkN7OLa conférence organisée par le Cercle Anjou Conférences sur l'avenir de la droite, où j'intervenais avec mon ami Guillaume Bernard, a été un succès à plus d'un titre.

Tout d'abord, elle montre une nouvelle fois que la "droite hors les murs" peut fort bien s'organiser sans attendre l'homme providentiel ou l'évolution des partis politiques: en l'occurrence, près de 70 personnes avaient répondu présentes (alors que, dans le même week-end, le FN et LR ont réuni deux fois moins de personnes à Angers).

Elle montre aussi que l'alliance entre un cercle local et les médias numériques "fonctionne". J'ai toujours pensé que le succès de la Manif pour tous tenait à l'association des paroisses les plus dynamiques et d'internet. Je me réjouis de constater, sur pièces pour ainsi dire, que cela reste, plus que jamais, d'actualité, y compris sur d'autres sujets que la défense de la famille.

C81UvUnXsAE-qKlEnfin, les différents tweets et retweets des déclarations de la soirée montrent les priorités de cette "droite hors les murs". On le devinait, mais on en a ici une nouvelle preuve: cette droite, orpheline de chefs sans doute, mais active et engagée, veut forcer les partis à se positionner sur quelques questions simples et déterminantes, comme la défense de notre civilisation, l'attachement à notre conception de l'être humain, la défense de nos libertés, etc., loin du totalitarisme d'une oligarchie aussi libertaire que liberticide.

Progressivement se mettent en place les conditions d'une influence des catholiques de conviction (qui forment l'essentiel des bataillons de cette fameuse "droite hors les murs") sur les partis de droite: de plus en plus souvent, je rencontre des Français prêts à changer de vote en fonction des convictions de leurs candidats et non en fonction de leurs étiquettes partisanes. Ce vote "flottant" est une condition sine qua non pour être écoutés par les candidats et les partis.

C81Ut-8W0AA1oalJe ne saurais donc trop conseiller à ceux de nos lecteurs qui le souhaitent de lancer de tels cercles locaux de conférences (n'hésitez pas m'écrire si cela vous tente; le Salon beige est évidemment à votre disposition pour vous y aider). Mais il est impératif que, d'ici deux ou trois ans, nous ayons une centaine de cercles de ce type actifs en France: cela nous donnerait une armature militante au moins équivalente à celle des partis les plus importants… et cela nous aiderait à préparer notre autonomie par rapport aux partis dits "de droite".

Signe des temps, un certain nombre de personnalités politiques de la région, parfois de bords partisans différents, et qui devraient jouer un rôle dans les prochaines années, se trouvaient ici réunies: Barbara Mazières, présidente du Cercle Anjou Conférences, ancienne élue RPF, Gaëtan Dirand, ancien secrétaire départemental FN, ou Charles-Henri Jamin, élu PCD à Saumur.

Guillaume de Thieulloy

Posté le 10 avril 2017 à 18h44 par Le Salon Beige | Catégorie(s): FR , France : Politique en France , France : Société


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige