Emmanuel Macron a fait du mensonge son arme principale du débat
Bertrand Delanoë sera sans doute ministre d'Emmanuel Macron

Mensonge de Macron : il avait bien donné son feu vert à la vente de SFR

Marine Le Pen a pointé sa responsabilité de Ministre de l'Economie dans la vente de SFR à Numericable. Il a répondu 

"Je n'étais pas ministre quand SFR a été vendu".

De fait il n'était pas ministre lors de la vente formelle, mais il était ministre quand il a validé cette vente, cette validation étant devenue obligatoire.

La vente de SFR à Numericable a été conclue le 5 avril 2014, quand Emmanuel Macron était secrétaire général adjoint de l'Elysée, ce qui en faisait un très proche conseiller de François Hollande. Cette décision avait été prise malgré les réticences du ministre de l'époque, Arnaud Montebourg, qui avait fait savoir sa préférence pour le deuxième candidat à la reprise de SFR: le groupe Bouygues. Emmanuel Macron est par ailleurs un proche de Bernard Mourad, ancien banquier conseil de Patrick Drahi, qui l'a notamment épaulé durant le rachat de SFR. Bernard Mourad a démissionné en octobre 2016 de ses fonctions de directeur général adjoint du pôle médias du groupe SFR pour rejoindre le mouvement En Marche!

Dans un article de novembre 2014, BFM écrivait :

"En mars, Arnaud Montebourg s'était vivement opposé au rachat de SFR par Numericable, prenant bruyamment parti pour l'offre rivale de Bouygues. Son successeur Emmanuel Macron a, pour sa part, béni ce même rachat. Le 28 octobre, le ministre de l'Economie a discrètement donné son feu vert à l'opération. Ce feu vert était nécessaire suite au décret sur les investissements étrangers, signé le 14 mai par Arnaud Montebourg. Ce décret soumet à l'approbation de Bercy tout rachat dans les télécoms.

Quelques jours après, Emmanuel Macron a aussi autorisé au même titre la vente d'Alstom à General Electric, en publiant cette fois un communiqué

[...] Contacté, Bercy a confirmé avoir donné son feu vert, en précisant qu'Emmanuel Macron sera "attentif aux suites de l’opération, notamment dans un secteur aussi stratégique que les télécoms"."