« La question de l’intégration : l’échec de l’Éducation nationale | Accueil | Coup de pied de la mule du pape ! »

09 juin 2017

Législatives - Anne-Charlotte Jamin (PCD) : "Je suis favorable à ce que l’on puisse discuter avec tout le monde"

Anne-Charlotte Leclerc-Jamin, candidate PCD dans la 3e circonscription de Paris, a accepté de répondre à nos questions.

Agée de 28 ans, vous êtes candidate dans la 3ème circonscription de Paris. Quelles sont les raisons de cet engagement ?

75-03-Anne-Charlotte-Jamin-A-OKComme des millions de français, je me suis beaucoup mobilisée contre la loi dite du "Mariage Pour Tous". J’ai été cofondatrice et organisatrice de plusieurs mouvements dont le Camping Pour Tous (mouvement des jeunes qui campaient devant l’Assemblée Nationale) Hollande Dégage (L’avion qui a tracté « Hollande Démission » au dessus des plages). Issue d'une famille nombreuse, aujourd’hui mère de famille, la famille représente pour moi le socle sur lequel nous devons fonder notre société. Elle est donc le principe même de mon engagement en politique.

Tout au long de ces législatives, j'ai naturellement axé ma campagne dans cette perspective. Par ailleurs, j'habite dans ma circonscription depuis une dizaine d'années. Je connais bien les problématiques auxquelles nous devons faire face. Je considère qu'un engagement politique doit être enraciné dans un territoire et non être le fruit d'un parachutage. Le député a un rôle national puisqu'il discute et vote les lois, mais il a également un rôle local. Il assure le lien entre son territoire et l'échelon national. Cet aspect du travail est peu mis en avant mais il est fondamental. Je déplore à ce titre que de nombreux candidats n’habitent pas notre circonscription, en particulier celui d’En Marche, qui vient de Grenoble... On marche sur la tête!

Parmi vos adversaires on dénombre candidat UDI (investi LR), un candidat Front National et d’autres candidats placés à droite de l’échiquier politique. N'êtes-vous pas en train de diviser la droite, vérifiant la formule selon laquelle nous avons la droite la plus bête du monde?

Loin de moi l'idée de vouloir diviser ! Ma candidature contribue à faire vivre une famille de pensée politique qui n'est pas représentée chez mes concurrents. Je suis favorable à une droite sociale qui cherche à mettre l'Humain au cœur des décisions politiques; Une droite qui défend la dignité de l'Homme de sa conception à sa mort naturelle; Une droite qui protège la famille. Si l'on regarde concrètement le choix politique dans ma circonscription, la candidate UDI investie par les LR est vice-présidente du Parti Radical de l'UDI. Elle est donc au centre de l'échiquier politique. Les candidats du FN et des 577 ne parlent ni de la famille ni des problèmes sociétaux tels que des mères porteuses, de l’euthanasie… Il y a de ce fait un vrai espace politique pour ma candidature à droite. Je suis même la seule à occuper cet espace. Enfin, pour revenir à la deuxième partie de votre question, notre vision de la politique au PCD n'est pas dogmatique mais pragmatique. Notre président, Jean-Frédérique Poisson, est membre du groupe LR à l'Assemblée. Cela ne l'a pas empêché de garder son entière indépendance en matière de vote lors des différents débats du précédent quinquennat.

Notre indépendance fait notre liberté ! Notre président a ouvert la voie d'une politique de conviction loin des querelles d'égo qui peuvent mettre en péril la victoire de nos valeurs.

Si vous êtes élu, serez-vous favorable pour former un groupe parlementaire avec des élus d'autres partis, qu'ils soient de LR, du PCD, de DLF, du FN... ?

Oui évidement, j’espère que nous pourrons créer un groupe parlementaire avec ceux qui partagent une même vision de l’homme, de la France, du monde que nous. Une fois élue, je veux mettre en pratique ce pour quoi je me suis battue pendant cette campagne. Je suis favorable à ce que l’on puisse discuter avec tout le monde sur les sujets de fond et faire sur des sujets précis une alliance. Nous ne pouvons plus continuer avec un mode de fonctionnement puéril qui veut que l'on vote pour ou contre une proposition en fonction de la personne qui la présente. Je me suis engagée à servir pour le bien commun. C'est un engagement exigeant qui demande de ne pas transiger sur ce qui me parait être fondamental et nécessaire pour amorcer la reconstruction de la France. C’est pourquoi je n’hésiterai pas à voter pour tous bons amendements ou lois que pourrait (je l’espère) nous présenter le gouvernement.

Posté le 9 juin 2017 à 15h15 par Michel Janva | Catégorie(s): FR , France : Politique en France


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige