« Dépôt de plainte contre le Hellfest pour diffusion de "messages de haine et de violence" et pour "provocation au suicide" | Accueil | Luc Laîné (SE) : "Quand la droite se sera recomposée et qu’elle investira des candidats de droite de conviction alors on pourra espérer une unité des droites ! »

07 juin 2017

Législatives - Diane de Bourguesdon (PCD) : "je mets au défi quiconque serait capable de dire aujourd’hui quel est le socle idéologique des Républicains"

Diane de Bourguesdon, candidate du PCD dans la 14e circonscription de Paris, a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature à l’élection législative dans la 14èmecirconscription de paris. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

RBF45HWGJe me lance par passion, par devoir et par conjoncture. Par passion car j’ai toujours eu le goût de la question politique, depuis que je suis en âge d’avoir une conscience politique. Je suis d’ailleurs encartée depuis l’âge de 19 ans, et j’ai milité pour la droite lorsque j’étais étudiante. Aujourd’hui mère de famille et consultante dans un cabinet de conseil en assurance, je dégage du temps pour suivre un enseignement hebdomadaire de philosophie politique à l’Ecole professorale de Paris. Par devoir car la situation de notre pays me semble suffisamment préoccupante pour s’inquiéter de l’avenir de notre nation et de notre société, dans lesquelles vont évoluer nos enfants, et également parce que la réponse politique donnée depuis plusieurs années et en particulier par M. Hollande me semble être la meilleure manière de foncer dans le mur. Par conjoncture enfin, puisque j’ai eu récemment la chance de découvrir un parti, le Parti Chrétien-Démocrate, reposant sur un socle conceptuel cohérent et solide qui correspond en tous points à mes opinions, et de rencontrer des personnes authentiques, courageuses et sympathiques, ce qui n’enlève rien, tout cela me donnant l’énergie et l’envie de me mobiliser et défendre nos idées.

Dans cette circonscription vous allez affronter Claude Goasguen, le maire LR du 16è. N’êtes vous pas en train de diviser la droite, vérifiant la formule selon laquelle nous avons la droite la plus bête du monde ?

Comme je l’ai indiqué récemment sur les réseaux sociaux, je n’ai nullement l’impression que le PCD divise la droite, mais bien au contraire que c’est le PCD qui représente le noyau de la droite. Aujourd’hui je mets au défi quiconque serait capable de dire aujourd’hui quel est le socle idéologique des Républicains. Les appels à voter Macron sans discernement au second tour de la présidentielle, le soutien officiel ou officieux de cadres du parti à des candidats du mouvement En marche aux législatives, voire le ralliement à craindre d’élus investis par LR le soir du 18 juin, tout cela contribue à un manque de clarté et d’honnêteté des Républicains vis-à-vis des électeurs. Je déplore également ce que je qualifierais d’un recul dans le programme politique des Républicains pour les législatives, par rapport aux lignes de force du projet de François Fillon, qui présentait une cohérence interne, pour aboutir in fine à un programme édulcoré qui est en fait un sous-programme d’En marche. Cela renvoie au Français le signal d’un manque de courage, ou pire encore, d’une forme d’inconsistance. Les Républicains n’ont plus de squelette idéologique, c’est une coquille vide. Ils donnent peut-être encore l’illusion de représenter une force politique de par leur nombre, mais ce nombre se rassemble autour de quelque chose proche du néant.

Face à ce constat, le PCD est certes petit mais notre ligne politique est claire, cohérente et pleinement partagée par tous. Le président Jean-Frédéric Poisson n’a pas appelé à voter Macron dont le programme représente l’exacte antithèse du nôtre. Les candidats PCD aux élections du 11 et 18 juin, contrairement à ceux de la présidentielle et à de nombreux candidats aux législatives, ont le courage d’aborder les sujets qui fâchent, les sujets de la France d’en-bas, des exclus de la globalisation, de la France périphérique chère à Guilluy. Nous ne détournons pas le regard quand il s’agit d’aborder la question de l’immigration et le défi porté à la préservation de l’identité française, nous osons parler du respect de la dignité humaine, de la protection de la cellule familiale autour d’un père et d’une mère, nous assumons notre volonté de libérer l’initiative individuelle sans pour autant renoncer à notre modèle social de travail. Tous au PCD souhaitons œuvrer pour préserver le bien commun, seul ferment d’une nation unie et pérenne. Et tous au PCD pensons que le projet politique que nous défendons est celui le plus à même de préserver le bien commun.

Si vous êtes élue, serez-vous favorable pour former un groupe parlementaire avec des élus d’autres partis, qu’ils soient des LR, de DLF ou du FN ?

Je refuse de participer à la délivrance de certificats de fréquentabilité, je ne verrais donc à titre personnel aucun inconvénient à me rallier à des personnes dont les idées sont proches des miennes, quelle que soit leur appartenance partisane. Je consulterais cependant les membres du PCD avant de prendre une quelconque décision de la sorte. Ce qui est en revanche certain, c’est que les élus PCD ne se départiront pas de leur indépendance et de leur liberté. Nous menons aujourd’hui campagne par nos propres moyens, avec 120 candidats sous la seule étiquette du PCD. C’est un combat courageux et parfois difficile, mais pleinement assumé. Ce n’est pas pour perdre notre indépendance et notre ligne politique une fois les élections gagnées.

Posté le 7 juin 2017 à 14h18 par Michel Janva | Catégorie(s): FR , France : Politique en France


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige