« 32 millions de personnes veulent émigrer vers la France | Accueil | L’ancien footballeur irlandais Philip Mulryne a été ordonné prêtre »

11 juillet 2017

Simone Veil : inconscience ou manipulation ?

De Jean-Pierre Maugendre :

Arton602-83d2d"Son visage radieux fait la couverture de toute la presse magazine. Sa figure lumineuse irradie tous les kiosques à journaux de France. Même les opposants à la banalisation de l’avortement : les évêques de France, Valeurs Actuelles chantent les louanges de la « femme courageuse » qui a toujours considéré l’IVG comme un « drame ». La République reconnaissante s’apprête à porter la sainte laïque sur les autels du Panthéon. Enfin, enfle la rumeur selon laquelle toute critique serait, au fond, teintée d’un antisémitisme, par nature nauséabond, à l’encontre de la rescapée, née Jacob, de l’enfer d’Auschwitz. Personne ne peut l’ignorer : Simone Veil nous a quitté pour un monde meilleur, en principe, mais en réalité peut-être pire.

Les Faits.

Au-delà de l’hagiographie laïque quelle est la réalité des faits ? La dépénalisation de l’avortement, en 1975, a été obtenue par le trio Giscard/Chirac / Veil à l’issue d’une formidable campagne médiatique exploitant deux figures de dialectique majeures :

  • une surévaluation massive du nombre des avortements clandestins, confortée par le « manifeste des 343 salopes » (Catherine Deneuve, Françoise Sagan, Marguerite Duras, etc.) proclamant que, à l’encontre de la loi, elles avaient déjà avorté.
  • l’exacerbation émotionnelle de faits divers dramatiques en lien avec des avortements clandestins (procès de Bobigny)

La dépénalisation ayant été instaurée par la loi la banalisation de l’avortement s’est accentuée au fil du temps : report du délai légal d’IVG, constitution du délit d’entrave à l’avortement, prise en charge par la Sécurité Sociale, suppression de la notion de détresse… pour devenir un droit de la femme. Le nombre des avortements reste à un niveau très élevé en France malgré une utilisation massive de la contraception. La loi Veil a-t-elle été trahie ou n’est-elle allée qu’au bout de ses conséquences ultimes ?

Les principes développent leurs conséquences.

Le drame, c’est que les principes posés développent ensuite leurs conséquences indépendamment des intentions de leurs promoteurs. Inéluctablement la nuée annonce l’orage. Fatalement les impôts provisoires ont vocation à devenir définitifs. Inévitablement le slogan : Pas de liberté pour les ennemis de la liberté engendre la terreur. Inexorablement si la vie humaine innocente n’est pas sacrée les raisons d’y mettre un terme ne cesseront de se multiplier. La voie d’eau créée dans la coque, sous la ligne de flottaison du navire a vocation à s’élargir en raison de la formidable pression exercée par l’océan. Le commandant qui n’obstrue pas immédiatement cette voie d’eau est un inconscient, celui qui l’a créée un naufrageur. Dans ses Mémoires, Une vie, Simone Veil rappelle qu’à l’époque de la dépénalisation de l’avortement l’épiscopat français ne s’était pas opposé à cette mesure étant surtout préoccupé par le financement du système de retraite des religieux.

Accueillir l’enfant à naître.

A partir du Moyen-Age les « tours d’abandon » permettaient aux mères ne souhaitant pas s’occuper de leurs enfants à leur naissance de les confier, anonymement, à l’Eglise, qui les élevait. Comme il eut été prophétique que l’Eglise de France s’engageât dans une telle œuvre ! Enfin le rappel incessant de la déportation à l’âge de 16 ans de Simone Veil à Auschwitz procède de l’exploitation d’une fibre émotionnelle bien sélective. En quoi avoir été la victime d’un drame abominable dispenserait-il de s’interroger sur les éventuels actes condamnables commis ultérieurement par cette même victime ? On a l’impression d’une sordide plaidoirie d’Assises : « Monsieur le président comment oser accuser mon client d’un tel forfait quand on sait tout ce qu’il a subi dans sa jeunesse ».

En fait Simone Veil ne mérite ni tant d’honneurs ni tant d’opprobres. En raison de son statut d’ancienne déportée elle fut instrumentalisée par Giscard qui pensait ainsi rendre impossible toute opposition. A la même époque toutes les démocraties occidentales légalisèrent l’avortement. On notera enfin, clin d’œil de la Providence, que Simone Veil est ainsi la première militante de La Manif Pour Tous à être accueillie au Panthéon. Seul le Souverain Juge, qui sonde les reins et les cœurs, sait la part d’inconscience ou de manipulation qui fut celle de Simone Veil au regard des développements ultérieurs de sa loi. Ce que nous savons c’est que les mérites de la Passion du christ sont infinis. Ils effacent tous les péchés regrettés, confessés et absous. C’est le secret des âmes, le secret de Dieu. Bien au-delà des honneurs fugaces et factices du Panthéon."

Posté le 11 juillet 2017 à 09h58 par Michel Janva | Catégorie(s): Culture de mort : Avortement


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige