« La politique française résumée en un carton d'invitation | Accueil | L’Union Européenne piétine le peuple polonais »

28 novembre 2017

30 novembre - 8 décembre : grande neuvaine de l'Immaculée conception

0Questions à Don Guillaume Chevallier, prêtre, aumônier du Chapelet des enfants :

Pouvez-vous nous présenter l'initiative du Chapelet des enfants ?

Le Chapelet des enfants a commencé dans un petit village de la Somme au début du siècle dernier : chaque jour, une jeune fille, Geneviève de Lalain-Chomel réunissait des enfants à la sortie de l'école pour réciter à l'église une dizaine de chapelet. Puis, peu à peu, les enfants récitèrent une autre dizaine le soir en famille. Les familles qui se mirent à prier se convertirent les unes après les autres et transformèrent la paroisse. Dès 1927, le R.P. Voinot, rédemptoriste, travailla à étendre à la France entière la dizaine quotidienne du Chapelet des enfants.

En 1936, Geneviève de Lalain Chomel décide d'honorer particulièrement la Vierge Marie dans son Immaculée Conception en créant, pour la première fois en France une neuvaine préparatoire à la fête de l'Immaculée Conception, le 8 décembre. Elle reçoit très vite la bénédiction des évêques de France puis des papes successifs depuis PIE XI.

Chaque année, l’association du Chapelet des enfants édite une image et une prière pour la neuvaine de l’Immaculée Conception, tenant compte des orientations données par le Saint Père à l’Eglise. Editée aujourd’hui en 400 000 exemplaires, elle est priée dans tout le monde francophone.

Quel lien particulier voyez-vous entre la France et l'Immaculée Conception ?

La France est une terre, une nation, bénie par la Vierge, et qui le lui a rendu au cours des âges à travers ses saints, ses missionnaires, ses artistes et ses théologiens. Un exemple au sujet de ces derniers : tandis que le dogme de l’Immaculée Conception n’était pas encore défini solennellement, les théologiens de l’université de Paris au Moyen-Âge, prêtaient serment, dans l’église Saint Séverin, de ne jamais parler contre l’Immaculée Conception !

Mais c’est avant tout par les grandes apparitions mariales au XIXème siècle, de la rue du Bac en 1830, puis à Lourdes en 1858, que la Vierge imprima à la France un nouvel élan de dévotion à Dieu par la contemplation de son Immaculée Conception.

De nombreuses conversions ont été et sont encore obtenues par la médaille miraculeuse et son invocation : O Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. Alphonse Ratisbonne, pour avoir seulement accepté de porter cette médaille qu’il honnissait, vit le ciel s’ouvrir en l’église Sant’Andrea delle Fratte à Rome, et la Vierge, comme sur la médaille, venir à lui en silence… et le faire tomber à genoux devant le Dieu Trinité.

1Bernadette Soubirous, sans instruction, d’une famille excessivement pauvre, entendit de la bouche de la « belle dame » ce nom qui à lui seul convainquit le curé Peyramale de l’authenticité des apparitions, et de leur message : Pénitence ! Pénitence pour les pécheurs ! Le pèlerinage à Lourdes, toujours très populaire, continue de transformer des centaines de milliers d’existence chaque année, et façonne la piété des gens simples autour de l’évangile, des sacrements, du service des malades et des plus pauvres.

En quoi l'édition de 2017 est-elle exceptionnelle ?

Cette édition est marquée par le centenaire des apparitions à Fatima que nous avons célébré cette année, avec la canonisation de deux des bergers, François (10 ans) et Jacinthe (9 ans), parmi les saints les plus jeunes de tout le martyrologue, reconnus saints non pour avoir vu la Vierge, mais pour s’être offerts totalement pour le salut des pécheurs.

Le Cardinal Robert Sarah, Préfet de la Congrégation pour le Culte divin, a rédigé personnellement la prière de la neuvaine cette année. C’est un signe fort de l’encouragement du Saint Siège à prier cette neuvaine.

Le grand mouvement de prière et de pénitence initié par la Vierge, de Lourdes à Fatima, reste d’une actualité brûlante. Le contexte n’est pas le même qu’en 1917, mais l’indifférence à Dieu, l’apostasie de nombreux baptisés, l’athéisme et la sécularisation méthodiques des sociétés occidentales, sont autant d’appels impérieux à la supplication et à la prière : combien d’assoiffés de Dieu, de sa vérité, de la douceur de sa miséricorde, sont privés de la joie de l’évangile ?

Comment peut-on s'associer à votre neuvaine ?

La neuvaine commence le 30 novembre. Ceux qui n’ont pas reçu la neuvaine par leur paroisse, ou leur mouvement, peuvent encore se la procurer au siège de l'association (5 rue de l'Université, 75007 PARIS), à la chapelle de la rue du Bac, sur notre site internet www.chapeletdesenfants.com. En s’inscrivant en ligne, sur Hozana.org ou sur la page facebook, on pourra recevoir en plus chaque jour une méditation pour accompagner cette supplication de 9 jours d’une démarche de conversion personnelle et d’approfondissement du message du Saint Père sur la mobilisation générale qu’il nous demande pour l’évangélisation et le salut des âmes. Qu’y a-t-il de plus cher au cœur de la Vierge que de voir ses enfants sortir à la rencontre de tous les hommes, qui parce qu’ils sont pécheurs, sont l’objet d’un amour de prédilection de son Fils ?

Posté le 28 novembre 2017 à 17h01 par Michel Janva | Catégorie(s): L'Eglise : L'Eglise en France


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige