« Marlène Schiappa accueillie par La Manif Pour Tous à Angoulême | Accueil | 14 novembre : conférence sur les métiers de la construction à Bourges »

11 novembre 2017

Edouard de Castelnau le quatrième maréchal

Capture d’écran 2017-11-11 à 11.35.26Le 14 juillet 1919, une foule immense lui rend hommage. Quand apparait le général de Castelnau, l’ovation se transforme en clameur et c’est au cri de maréchal, maréchal qu’il va défiler. Aux places d’honneur, les officiels sont très mal à l’aise. Ce bâton de maréchal que réclame l’opinion publique, ils l’ont refusé au général de Castelnau. Cent après, on s’interroge encore à propos de cette injustice, car tout au long de cette guerre, il a fait parti du haut commandement français. Au même titre que les maréchaux Joffre, Foch et Pétain, ses faits d’armes et sa contribution justifient pleinement cette dignité. Comme l’écrivent les historiens et comme le rappelait encore récemment un grand quotidien national français, il aurait dû être le quatrième maréchal.

Ce livre revisite les épisodes marquants de la Grande Guerre en s’appuyant sur le regard de cet homme qui y fut intimement associé. Cet angle de vue est novateur, car Castelnau est un personnage peu mentionné dans l’histoire militaire française. Or, il existe des milliers de documents le concernant, pour la plupart inédits. Que cela soit sur le plan des opérations militaires ou dans le domaine de la stratégie, Castelnau a joué un rôle peu connu en dehors du cercle des spécialistes. 

A commander ici.

Posté le 11 novembre 2017 à 11h39 par Michel Janva | Catégorie(s): Histoire du christianisme

Commentaires

Outre que ce livre vient combler une lacune (en fait il commence de la combler, car elle est énorme) et dénoncer une injustice faite à la mémoire de ce général, il est le résultat d'un long travail de chercheur et d'historien, même si l'auteur ne revendique pas ce titre-ci; et il est très, très bien écrit.
Deux caractéristiques qu'on ne trouve plus si souvent réunies dans un même ouvrage de nos jours.

Rédigé par : René Clémentinti | 11 nov 2017 12:12:23

Catholique et royaliste: la tare suprême pour la République franc-maconne et athée.

Rédigé par : Chantal de Thoury | 11 nov 2017 12:58:02

Cent ans après on s'interroge encore, en se demandant pourquoi Castelnau n'a pas été nommé maréchal de France ? et bien ne nous interrogeons plus, voici un extrait de la fiche wikipedia du général de Castelnau :

« Ses idées en matière politique et religieuse lui valurent l'hostilité de nombreux hommes politiques, souvent francs-maçons, sous la IIIe République. De fait, il ne reçut jamais le bâton de maréchal. »

Rédigé par : San Juan | 11 nov 2017 13:26:33

Quelqu'un féru d'histoire m'a dit que c'est à cause de sa foi --Castelnau était un catholique qui revendiquait sa foi trop haut et trop fort pour ceux qui ceux qui se disaient républicains avant tout-.... A vérifier cependant...

Rédigé par : Plume | 11 nov 2017 14:43:45

En lisant sa bio, nous pouvons avoir – une – explication :
Son catholicisme exalté le fit surnommer « le Capucin Botté » ou encore par Clemenceau de « général de Jésuitière, indigne des responsabilités qu'il assumait », et qui lui disait « Après notre mort, mon Général, Dieu nous départagera ».
être catholique fervent ET maréchal ne convenait pas à certains.

Rédigé par : Maurice | 11 nov 2017 19:11:48

C'est sa fille qui lui demanda au Nom de Notre-Dame de dégarnir Verdun et d'envoyer du matériel de guerre à Pais, Galieni à Paris se demandait ce qui ce passait, plus tard des avions français remarquèrent que l'armée allemande s'éloignait de Paris, du coup Galieani interpella Joffre et lui dit d'attaquer l'armée allemande pour la couper en deux.
Joffre dira : je ne sais pas qui a gagné la bataille de la Marne, mais je sais qui l'aurait perdue ( ancien FM)
C'est la Viere Marie en personne, les témoignages allemands ne manquent pas, ceux qui témoignaient étaient fusillés (Voir Notre Dame et la Première bataille de la Marne)

Rédigé par : lève-toi | 11 nov 2017 19:31:47

Tout ce qu'on lit ici dans les commentaires est très vrai, mais je vous assure qu'il y a beaucoup plus encore dans les quelques 430 pages du livre. C'est le type même de bouquin qu'on ne regrette pas d'avoir acheté et qu'on a tout de suite envie d'offrir.

Rédigé par : René Clémenti | 11 nov 2017 20:54:02

A verdun il prit les premières mesures de sauvegarde. Quand Pétain arrive, le front est stabilisé grâce au général de Castelnau.
Grand résistant durant la seconde guerre mondiale (ce qui ne fut pas la cas hélas, trois fois hélas de certains ...)

Rédigé par : France | 12 nov 2017 10:06:05

Effectivement très fervent catholique , et surtout royaliste , donc aucune chance d'être honoré du titre de "Maréchal de France" dans cette France mécréante , anti-cléricale ,franc-maçonne de l'époque. Ça ne s'est pas beaucoup amélioré depuis d'ailleurs !

Rédigé par : Uhrweiller | 12 nov 2017 12:24:55

Un grand oublié.
Peut-être parce qu'il était profondément catholique et royaliste ?

Rédigé par : JFB33 | 12 nov 2017 19:06:52

Etre nommé maréchal par des franc maçons, ça aurait été de très mauvais goût et très dur à porter car être récompensé par la lie de l'humanité n'est pas chose enviable ni envisageable.
Quand on voit la course aux honneurs de tous les tarés qui nous gouvernent depuis des lustres, on est ravi d'être "rien" comme le disait si bien cette loque de Macron.

Rédigé par : jsbachahan | 13 nov 2017 10:04:44

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur ce blog tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.






accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige