« La préface du pape Benoît XVI au cardinal Müller | Accueil | Le vivre-ensemble a encore frappé »

01 janvier 2018

Messe annulée au Val-de-Grâce à cause du DAL

DST_8KgXkAA7armUne centaine de militants de l'association Droit au Logement (DAL) se sont rassemblés sur le parvis de l'église du Val-de-Grâce, à Paris, samedi 30 décembre, pour demander à Emmanuel Macron d’accueillir des sans-abri dans l’ancien hôpital militaire.

Le père Benoît Jullien de Pommerol, l'aumônier militaire de l'église du Val-de-grâce (Ve arrondissement de Paris), a annoncé à ses paroissiens, samedi 30 décembre, que la messe dominicale de la Saint-Sylvestre est annulée :

"Face aux risques d'occupation et de profanations de l'église, la décision a été prise de garder les portes closes demain. Ainsi, pour la première fois depuis des décennies, vous ne pourrez pas accéder à la célébration de la messe dominicale au Val-de-Grâce. C'est la mort dans l'âme que je vous annonce cette triste nouvelle en la fête de la Sainte Famille".

Posté le 1 janvier 2018 à 18h13 par Michel Janva | Catégorie(s): France : Société , L'Eglise : L'Eglise en France

Commentaires

Donc :

1°) il s'agit d'une messe en l'honneur de Notre-Dame. Elle peut aller se faire voir en quelque sorte..

2°) Pas d'indulgence plénière ce soir-là pour les âmes qui se seraient préparés à rencontrer le Seigneur. A la place on a eu des gorets dehors qui réclamaient des perles....

Rédigé par : jejomau | 1 jan 2018 18:34:08

Et pas de fidèles pour assurer la sécurité ?

Rédigé par : Aurélien D'Haussy | 1 jan 2018 19:34:06

Si les logements tombaient du ciel, ou bien poussaient spontanément sur le bord des routes, il y aurait un "droit au logement" comme il y a un droit à l'air et au soleil.
Mais comme ce sont des structures complexes créées par le labeur de certains hommes, Pourquoi y aurait-il un "droit" au logement ? Il n'y en a pas plus qu'un droit à un frigo plein, à une voiture, à un compte approvisionné.
Notons qu'il y aurait beaucoup plus de logements disponibles si le concubinage épisodique n'avait largement supplanté le mariage, il faut trop souvent, maintenant, deux logements pour un "couple" !

Rédigé par : Exupéry | 2 jan 2018 00:55:59

Une messe basse aurait du être célébrée et que cela se sache!
Là c'est une déculottée complète!
C'est un aumônier militaire, le terrain est il devenu civil? Aucune aide du coté de l'armée?

Cet événement important est bien mal géré.
On comprend la préservation de la maison de notre Seigneur mais cela est plus que décevant.

Rédigé par : a.picadestats | 2 jan 2018 08:03:29

Prier la Saint Mère de Dieu?
Et si c’était un signe ! La France coupable de lâcheté...
2018 toujours les mêmes qui vident nos sanctuaires mariales pour rendre allégeance à des pseudos voyants. Le pire l attrait des revenus transforment les prêtres en animateur. Les confessions sont-elles
Encore gratuites?
N oublions pas que ceux que l on critique agissent partout dans le monde.
Qui a organisé ces pseudos apparitions?
Qui garde le silence en envoyant un retraité pour y établir un rapport
Avec les facultés lui restant?
Une église vide?
Lourdes?
Lisieux?
Pontmain ?

Rédigé par : Benoit | 2 jan 2018 08:12:15

Ben voyons ! C'est tellement plus facile de s'accaparer du bien des autres. Il suffit de le revendiquer et le tour est joué. Quand verrons-nous enfin les victimes se rebeller ?

Rédigé par : Reine Tak | 2 jan 2018 08:51:56

d'accord avec monsieur Aurélien d'Haussy, qu'est-ce donc que cette pusillanimité des catholiques, qui se font voler leur religion par des revendications politiques ? et personne n'aura cherché à se renseigner sur les auteurs réels de cette mirobolante idée d'occupation ? C'est une fatalité sans doute, c'était écrit !

le Roi David dont c'était la fête il y a quelques jours, défendait le peuple saint, et n'attendait pas que l'on profane prêtres et Temple pour se demander dans un colloque ou un synode s'il était sain ou non de consentir à une profanation. C'est dire assez que ce genre de décision n'est pas la seule responsabilité du prêtre ou du curé, mais bien aussi celle de tous les gens présents, l'église recule d'abord à cause du cléricalisme.

car que dire du peuple de Dieu, sinon qu'il s'est déjà profané lui même, lorsqu'il juge plus sage de ne pas honorer Dieu plutôt que de risquer de froisser païens, mécréants, athées et autres idolâtres.

il y a des colères qui sont des péchés, et il y a une absence de colère juste qui autorise tous les autres.

bonne, sainte et donc courageuse année !

Rédigé par : Oh! | 2 jan 2018 10:20:57

si les curés se mettent à se soumettre, l'avenir n'augurera rien de bon!
comment comprendre que le service divin soit annulé par crainte? jean paul 2 avait pourtant exalté les fidèles à ne pas avoir peur, non?

Rédigé par : patphil | 2 jan 2018 11:03:25

C'est tout simplement scandaleux, mais ce genre de "manifestation" est préparée, organisé et finançée par nos ennemis, qui ne craignent pas d'instrumentaliser des malheureux vivant dans des conditions précaires, réelles ou supposées...

L'intention de préserver l'église est louable, mais c'est effectivement un recul, un recul lâche et annonciateur d'autres reculs aussi lâches !

Souvenons-nous que Notre Seigneur lui-même a chassé les marchands du Temple, et disons-nous bien qu'Il le fit sans douceur et sans paroles apaisantes ! Le Christ n'est pas bisounours, et il nous demande de ne pas l'être !

Rédigé par : Semper Fidelis | 2 jan 2018 11:39:54

Le curé a voulu marquer le coup !
Il a bien fait.
Dommage que certains passent a coté de ce geste symbolique.

Rédigé par : Lallement | 2 jan 2018 12:10:17

"Que DAL " s est trompé de cible comme si une église était un endroit viable pour dormir , manger ( autre que de la nourriture spirituelle) , lire , regarder la TV , se baigner ( sauf pour le Baptême) ...c est juste un prétexte dans un mouvement d ampleur , d attaque anti-chretienne et même leur cause est prise en otage ( reloger les sdf) pour cacher leur haine anti-chretienne . L aumônier militaire aurait dû résister à cette perfide revendication de "que DAL " . Il est militaire et possede le statut de colonel donc d officier supérieur , donc ordonner pour le bien de la communauté chretienne, quite à se " frotter" apres à sa hiérarchie , voir à démissionner comme l a fait le Gal de Villiers.

Rédigé par : Le Forez | 2 jan 2018 14:10:10

Lallement,

le curé à voulu marquer le coup ? quel coup ? marquer quoi et sur quoi ?

il n'a pas bien fait, il n'a rien fait.
pour qu'il y ait symbole, il faut déjà qu'une réalité s'y prête, ici c'est une capitulation en rase campagne, dans un ensemble monumental militaire qui plus est !

ne pas attiser la haine, n'a aucun sens lorsque c'est votre sacré, votre vie surnaturelle qui doit disparaître. lorsqu'on vous fait la guerre ce n'est pas vous qui décider d'avoir des ennemis, ce sont eux qui vous désignent comme irréductible adversaire, assez d'angélisme.

que diriez-vous si le Christ n'avait pas pris des cordes pour chasser ceux qui ne voyaient aucun mal dans le commerce au milieu du Temple ?

il faut cesser d'excuser les palinodies de certains clercs, qui craignent un peu trop de témoigner au sens grec de ce verbe !

le catholicisme n'a pas à négocier avec des terroristes (ceux qui fomente et exploite la terreur ) c'est à titre individuel que l'on peut et doit tendre l'autre joue, personne n'est propriétaire de l'Eglise de Jésus-Christ, et de ce fait il faut avoir le courage et la détermination de la défendre.

sinon, c'est le Christ qui rougira de vous, au dernier jour.


Rédigé par : Oh! | 2 jan 2018 20:25:18

@Oh! Bien d'accord avec vous !
Le curé en renonçant à la messe, n'a marqué aucun coup, mais il en a encaissé un, et de taille !
Si @Lallement apprécie ce genre de "coup", il va être servi; ce n'est qu'un début !

Rédigé par : Exupéry | 3 jan 2018 14:01:59

Le curé n'a pas renoncé à la messe. Il l'a célébrée mais sans pouvoir ouvrir les portes de l'église. Le Val de Grâce est une enceinte militaire, le directeur du site est un général, et la décision de maintenir les portes closes venait de l'autorité militaire. De plus au dessus de ce curé, il y a des autorités religieuses, au sommet desquelles l'évêque aux armées françaises. Si la décision du général devait être discutée, c'était par l'évêque.

Rédigé par : mili | 3 jan 2018 18:35:50

Avec des évêques et des généraux pareils pas bedoin d' "ennemis extérieurs".

Rédigé par : Aurélien D'Haussy | 4 jan 2018 08:32:53

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige