« 1500 étudiants d’Ecclesia Campus hébergés chez l’habitant grâce à Ephatta | Accueil | Réponse à Alain Escada à propos de la Marche pour la Vie du 21 janvier »

03 février 2018

Tous les pouvoirs du Système au service de Macron

Lu sur Ligne Droite :

Capture d’écran 2018-02-03 à 13.03.31"Mandaté par le Système, M. Macron a été élu grâce à lui. Une fois en place, il dispose d’un pouvoir qu’aucun président n’a jamais eu car il peut s’appuyer non seulement sur le pouvoir politique mais aussi sur celui du Système avec le soutien des médias, de la justice et du monde économique. Et, plus encore, il cherche à renforcer son contrôle sur toutes les voix dissidentes et s’efforce d’entretenir la confusion dans l’esprit des Français pour mieux abuser ses adversaires. Avec lui, le Système, qui n’a jamais été aussi fort, peut à travers le président, faire appliquer son programme sans coup férir.

Macron, le président voulu et fabriqué par le Système pour appliquer son programme

L’élection de M. Macron à la présidence de la République a en effet été programmée pour empêcher le peuple français de remettre en cause l’idéologie libérale/libertaire et immigrationniste du Système. Ce dernier a donc déployé tous les moyens à sa disposition pour assurer le succès de son candidat : propagande médiatique en sa faveur sans précédent sous la Ve République et harcèlement judiciaire inédit contre ses opposants de droite. Pure fabrication du Système, M. Macron ne représente donc en aucune façon le renouveau que notre pays attend. Il incarne au contraire l’instrument, ou plutôt le fléau, du Système et c’est donc le programme de celui-ci qu’il entend appliquer. M. Macron l’a d’ailleurs clairement annoncé lors de ses vœux pour 2018 : « Toujours j’écouterai, j’expliquerai, je respecterai, mais toujours à la fin je ferai ». En d’autres termes, il appliquera le programme libéral/libertaire et migratoire voulu par le cartel de Davos envers et contre tout. Et il en a les moyens.

Tous les pouvoirs du Système au service de Macron

Bien que lui-même et ses partisans n’aient été élus que par une minorité de Français, M. Macron dispose en effet de tous les pouvoirs : une majorité à l’Assemblée nationale, l’appui du grand patronat et des puissances d’argent, le soutien discret mais efficace de la justice, comme on l’a vu pendant la campagne électorale, et surtout l’engagement permanent du pouvoir médiatique en sa faveur, fonctionnant tel un appareil de propagande mis à son service. Sa ligne atlantiste et européiste lui assure également la bienveillance des institutions financières internationales dominées par les États-Unis.

De plus, M. Macron peut compter sur l’absence de toute opposition politique constituée : la droite a implosé et ce qui reste de la gauche socialiste s’est globalement rallié à lui. La ligne gauchiste et communautariste adoptée par « la France insoumise » de Mélenchon ne rencontre qu’un faible écho dans l’opinion et ne gêne donc nullement le nouveau pouvoir. Les centrales syndicales, de leur côté, privées du relais politique de la gauche socialiste, peinent à mobiliser. Quant aux groupes d’extrême-gauche, ils s’attaquent non pas à lui, mais prioritairement aux dissidents de droite, aux traditionnalistes et aux identitaires. Homme de réseaux, le nouveau président peut en outre compter sur le soutien de puissants lobbies et de nombreux cercles d’influence. Chanceux, il profite enfin de l’amélioration tendancielle de la conjoncture économique mondiale. La voie est donc libre pour M. Macron !

Contrôle et censure de l’opinion au surplus

Pour autant, cela ne lui suffit pas car le nouveau président cherche à museler encore plus l’opinion. Ainsi, conformément d’ailleurs aux recommandations du Forum de Davos de janvier 2017, a-t-il annoncé son intention de légiférer contre les « fausses nouvelles » diffusées par les médias alternatifs et par Internet. Il s’agit en réalité de renforcer le contrôle de l’information par l’oligarchie pour qui les prétendues « fausses nouvelles » ne sont rien d’autre que celles qui ne respectent pas le politiquement correct, c’est-à-dire l’idéologie du Système. Avec les lois mémorielles, les juges décident déjà de la vérité historique, avec Macron ils décideront bientôt des informations que les Français seront quotidiennement autorisés à connaître.

Preuve de la synergie entre Macron et le Système à l’échelle internationale, cette censure revendiquée haut et fort par l’intéressé intervient au moment même où les principaux opérateurs occidentaux abandonnent le principe de la neutralité d’Internet. Le Système, qui entend gouverner contre les peuples, cherche en effet à renforcer son contrôle sur l’information, à limiter le pluralisme et donc à verrouiller toujours plus la démocratie. Pour survivre politiquement, M. Macron et le Système qu’il représente savent qu’il leur faut conserver coûte que coûte la maîtrise de l’information. Et, plus globalement, resserrer l’emprise sur les Français. C’est dans cet esprit que les dispositions de l’état d’urgence ont été introduites dans le droit commun. La France vit donc désormais dans un régime où les libertés publiques se trouvent limitées de façon permanente, au prétexte de lutter contre le terrorisme, une lutte pourtant par ailleurs bien timide.

Usage des leurres et brouillage des esprits de surcroît

Pour consolider encore davantage son pouvoir, M. Macron, comme il l’a fait pendant la campagne électorale, cherche à brouiller les cartes et à créer la confusion dans l’esprit des Français. S’appuyant sur des données considérables collectées auprès de la population et utilisant des méthodes sophistiquées de traitement et d’analyse, il dispose d’informations très poussées sur l’état de l’opinion, ce qui lui permet, sans s’engager le moins du monde, de prononcer les phrases que nos compatriotes ont envie d’entendre. Dans le même esprit, il multiplie les propos, les annonces et les petits signes concrets sur l’école, l’économie ou l’immigration qui laissent croire à certains que Macron les a entendus. Une technique d’autant plus efficace que les organisations de gauche donnent la réplique en poussant des cris d’orfraies. Beaucoup d’électeurs de droite se laissent ainsi piéger, croyant voir en lui quelqu’un d’autre que le représentant du Système et donc de la Nouvelle Gauche. Aussi, grâce aux leurres qu’il envoie pour tromper ses adversaires, M. Macron peut-il poursuivre sur le fond la politique très radicale que lui dicte le Système.

Avec Macron, le Système a les mains libres en France

Doté de tous les pouvoirs institutionnels, protégé par la propagande médiatique et par la censure de toute opinion dissidente, Macron, et à travers lui le Système, peut désormais tout se permettre. Il peut donc mettre en œuvre ce pour quoi le Système l’a promu : la déconstruction méthodique des valeurs et de l’identité européenne de la France. Avec Macron, le Système n’a jamais été aussi fort."

Posté le 3 février 2018 à 13h04 par Michel Janva | Catégorie(s): France : Politique en France

Commentaires

Nous nous acheminons vers une France parfaitement "conditionnée" (au sens pavlovien du terme !)
A ce degré carcéral de la maîtrise, non seulement de la pensée, mais aussi des sentiments, il n'existe pas de solution politique, mais seulement une solution spirituelle.
Veillons et prions.

Rédigé par : Exupéry | 3 fév 2018 13:15:24

2 petits commentaires au passage:
1/ "Homme de réseaux, le nouveau président peut en outre compter sur le soutien de puissants lobbies et de nombreux cercles d’influence." À mon sens, erreur de perspective, lire plutôt: "les puissants lobbies et cercles d'influence du mondialisme libéral-libertaire peuvent totalement compte sur leur fondé de pouvoir, Emmanuel Macron."
2/ "Beaucoup d’électeurs de droite se laissent ainsi piéger" C'est très vrai, même parmi les gens formés intellectuellement, et proche de la droite hors "les murs du palais Bourbon", il y en a pour se laisser un peu charmé par les signes de rétablissement de l'autorité présidentielle que EM affiche ostensiblement.
...

Rédigé par : Eclaireur | 3 fév 2018 13:19:10

Penser que Macron est libéral. C'est confondre la nuit et le jour.

Rédigé par : Bonne question | 3 fév 2018 13:36:14

Eclaireur,

dans votre point numéro deux, vous parlez de gens bien formés qui se laissent charmer par des signes de rétablissement de l'autorité.

est-on bien formé lorsque l'on a une réaction pavlovienne par rapport à des signes "d'autorité" ?

les signes d'autorité ne sont pas synonyme de légitimité, c'est tout le problème de la tyrannie dans l'antiquité. Il faut que les gens "bien formés", le soient aussi sur le plan psychologique, ne plus confondre opinion, conformisme social et penser l'autorité, permet de ne pas tomber dans des fascinations désolantes.

Rédigé par : Oh! | 3 fév 2018 14:38:06

Pour l'instant, l'habit faisant apparemment le moine en république, la petite tête du psychopathe enfle démesurément. Il est arrivé enfin au sommet des sommets, c’était sa destinée, il le méritait bien, mais d’ailleurs il l’avait toujours su. Donc il parade, pérore, donne des leçons de morale aux puissants du grand-monde et voyage autour du quart-monde pour en libérer les peuples. Mais bientôt, quand, nul ne le sait mais c'est inexorable, le petit cuistre souriant emporté par sa stupéfiante vanité, commettra erreurs grotesques après erreurs grotesques. Alors ses maitres, ceux qui l’ont hissé sur le pavois, tenteront tout d’abord d’actionner les bonnes vieilles ficelles qui, jusqu'alors, dirigeaient et contenaient si bien leur brave petit pantin. Las! Le dément guignol, désormais hors de tout contrôle et emporté par sa fougue juvénile, coupera ces liens qui par trop le gênaient dans l’accomplissement de sa fulgurante destinée. Il s'échappera par conséquent de la méchante emprise de ses ci-devant bons maitres, pour s’en aller péter librement tous ses câbles mais surtout nos c…, sur, pourquoi pas, ben tiens il le mérite bien, le Capitole lui-même. Là, drapé dans la toge et couronné de lauriers, Emmanuel l’Africain nous assénera un de ces p… de discours les gars, j’vous dis pas ! Bon, bref, c’est un tocard vaniteux et ne misons même plus un clou rouillé sur sa tronche perpétuellement ravie…

Rédigé par : San Juan | 3 fév 2018 15:09:23

C'est pour ça que les journaleux comme Bourdin, Apathie et consorts n'ont ABSOLUMENT pas parlé du décompte de l'argent de la MAFIA de la drogue par l'INSEE !!

Personne ne semble remarquer ce fait INOUÏI que la MAFIA a ses entrées au plus haut sommet de l'Etat dictant ses lois sans que personne ne puisse s'y opposer!

Car ne nous y trompons pas : le trafic de Drogue va exploser à la puissance 100 y compris les meurtres qui y est associé, les vols (exemple les Albanais qui ont effectué 40 cambriolages sur la ville de Saint-Etienne, Albanais qui viennent justement dans cette bonne ville pour y dealer !!!!) etc...

Pourquoi ceci ? Peut-être parce que les Tx d'intérêts prêts à remonter vont amener AUTOMATIQUEMENT l'augmentation du déficit Français de façon exponentielle.... ce qui va amener les grandes agences de notations à abaisser la note de la France.... Ce qui, dans un cercle vicieux, va encore raréfier les investissements en France du fait d'une nouvelle augmentation des tx d'intérêts inhérents cette fois à la baisse de la notation !! Bref : nous sommes dans la M...e à cause des Socialistes et de cette racaille qui nous gouverne et qui continue de faire venir des migrants qui nous coûtent très cher... Alors que la seule solution pour nous en sortir est la BAUSSE RADICALE des DEPENSES PUBLIQUES une bonne fois pour toutes !

Non, Macron préfère prendre en compte l'argent de la Mafia dans les Comptes Publics et supprimer les fonctionnaires qui font encore tourner l'Administration Publique !

Rédigé par : jejomau | 3 fév 2018 15:21:44

en gros c'est un incapable aux mains des lobbies mais surtout un beau parleur et il y a des c..... qui croient à ce dégénéré (dégénéré: celui qui est incapable de faire par lui-même et qui suit la voie qu'on lui a tracé)

Rédigé par : gaudete | 3 fév 2018 15:59:26

Enfin un discours de vérité. Simplement lucide. Quel est le Français bien né qui n'éprouve pas devant cette pieuvre le désir de crier comme les Polonais : " Nous voulons Dieu ".

Rédigé par : Sirius | 3 fév 2018 17:01:28

@jejomau

Selon les analystes financiers le clash est à l'horizon.
Les taux à 10 ans US sont arrivés à 2,6; à 3% un grand nombre d'Etats et d'entreprises vont faire defaut; la catastrophe sera sans commune mesure avec celle de 2008, les banques centrales n'ont plus de munitions.

Rédigé par : Papon | 3 fév 2018 18:01:56

Tout était bien organisé pour la victoire de Macron.
1/ les primaires nationalisées. Ce n'est plus le parti qui choisi son candidat, mais tout les pays.
2/ Primaires à gauche, Macron ne se présente pas. Il a pourtant été ministre d'un socialo.
3/ A droite il fallait éliminer Sarko et Juppé, ce à quoi les "adversaires" ont contribué en votant Fillon, lequel pendant la campagne électorale a été trainé devant tribunaux.
4/ poussé par le Systeme (Bques, lobbyes mondialistes, etc...) Macron a été élu facilement.

Rédigé par : Tonton Jean | 3 fév 2018 18:55:27

J'ai trouvé cette lettre sur le net écrite par un anonyme et je vous en fais profiter:

"Sire, je voudrais vous féliciter
il en a fallu du courage
Pour décider de ponctionner
De leurs soi-disant avantages
Tous ces bienheureux retraités.
*
Il est vrai qu’ils sont redoutables
Et pour tout dire presque enragés
Avec leurs béquilles, leurs bandages
Sans parler des chaises percées.
*
Il y a même un bon côté
Peu s’en iront à l’abordage
Afin d’incendier l’Élysée
Ou de construire des barrages.
Et puis ils vont bientôt crever
Alors pourquoi donc s’en priver ?
*
Peut-être vous a-t-il échappé
Ce que fut leur enfance dorée ?
*
La Deuxième Guerre mondiale
Avec son lot de privations
De bombardements, un régal
Pour qui aime les films d’action.
*
Et ensuite ce fut l’école
Où l’on passa bien peu de temps
Pas comme certains guignols
Qui n’en sortent qu’à 27 ans.
*
Souvent après c’était l’usine
Où l’on entrait à 14 ans
Quarante-huit heures par semaine
Quinze jours de congés payés ...
Vraiment l’existence rêvée.
*
Votre service militaire
Dites moi où l’avez vous fait ?
Pour nous, 28 mois d’une guerre
Trente mille jeunes y sont tombés
Mais cela n’est pas votre affaire
Pour le résultat qu’on connait.
*
Alors pourquoi donc se gêner
Pressurons les tous ces nantis
Pour pouvoir mieux distribuer
Aux arrivants de ces pays
Qui jamais n’auront travaillé
Ni cotisé, que nenni.
*
Pour ce qui est du logement
Mon Dieu que nous fûmes gâtés
À six dans l’appartement
D’à peine soixante mètres carrés
Sans aucune des commodités
Qu’on accorde généreusement
Même aux nouveaux arrivés.
*
Sans doute l’histoire de France
N’est pas votre tasse de thé
Elle fut traitée en votre absence
Ou bien vous l’avez oubliée.
*
Pas nous !
Un jour, vous vous en apercevrez"

Rédigé par : katia lanneau | 3 fév 2018 19:02:31

Analyses interessantes et bien étayées ,il y manque cependant l'identification du "système"et de ses acteurs dont le mot est répété trop souvent pour ne pas être défini précisément.

Rédigé par : Olivier Pichon | 3 fév 2018 21:32:14

Sur le navire France, Macron n'est pas le commandant: seulement la figure de proue.
C'est l'Etat Profond qui gouverne en fait!

Rédigé par : gaudemus | 4 fév 2018 07:20:17

macron a été élu par 2/3 des français!
avant hier en algérie il parlait de crime contre l'humanité, hier en tunisie il a porté la chéchia, chassez le naturel, il revient au galop!
pas un sou pour les ephad, mais pour les tunisiens, pas un sou pour les surveillants de prison françaises mais pour st louis du sénégal, ce ne sont pas des fonds de tirroirs; etc.

Rédigé par : patphil | 4 fév 2018 11:15:56

Personnellement, j'ai le sentiment d'être en 1788.

Personne n'imaginait en 1788 que la Monarchie allait exploser les années suivantes.

Pour nous c'est la même chose, nous avons l'impression que la raie publique est puissante mais elle n'est qu'un canard sans tête, une petite crise de rien et l'édifice vermoulu par sa corruption s'effondrera sans que personne ne le regrette.

Il sera temps de juger, de sanctionner, de condamner et d'éliminer tous les pervers qui ont profité du système, qui nous enquiquinent depuis si longtemps, ministres, présidents, juges, préfets, journaleux, forces du désordre, assoces etc...

De nombreux réfractaires ont leur liste bien à jour et attendent l'occasion.

Rédigé par : enacalcat | 4 fév 2018 13:41:00

Ce sont bien les Français qui, par absence de maturité politique, et sans comprendre les enjeux de l'élection présidentielle pour notre pays, ont élu Macron, il me semble.
"Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice" (Georges Orwell).

Rédigé par : xc | 4 fév 2018 15:51:53

Tous les pouvoirs du Système...
au service de Macron

Jupiter sur son piédestal
de son regard bleuté
contemple la ligne bleu des Vosges
non! à l'est rien de nouveau!
mais si, mais si....
les rats sont déjà dans Paris!
Et au delà de l'horizon,
les taupes "tunellent" en silence
plus actives et efficaces
que le leader français en Syrie
œuvrant aux fosses communes
des chrétiens d'Orient.
Jupiter regarde les cieux
bleu de clémence se dit-il,
mais non, mais non...
au-delà de la céleste voute,
des légions se préparent,
la Justice d'en haut
clôture sa liste de damnés
au 10ème rang...la lettre "J"
je n'ai pu lire la suite
elle me semblait infinie.

Rédigé par : jacky.a | 4 fév 2018 18:22:00

A voir absolument, cette brillante critique du discours de l'employé du système (Macron) à Davos :
https://www.youtube.com/watch?v=CRZuHMZvg9g

Elle souligne parfaitement les intérêts pour qui Macron travaille. Ce qui est drôle, Macron dit bien que les résultats sont mauvais, mais qu'il faut malgré cela continuer en expliquant à la classe laborieuse et moyenne les bienfaits de la mondialisation. On retrouve là le langage inversé du livre 1984. Bien entendu il dit clairement que le système des 1% privilégiés est menacé si on ne combat pas ceux qui veulent sortir de ce système (exemple les nationalistes qui feraient perdre à la haute finance et aux multinationales le pouvoir).

Rédigé par : Quentin | 4 fév 2018 21:20:29

Des extraits historiques que tout le monde devraient connaître et qui en disent long sur le système que Macron défend pourtant bec et ongle, à la manière d'un Jean Monnet payé par la CIA.

# Conférence de presse de Charles de Gaulle le 15 mai 1962 à l'Elysée.
# Déclaration de Jacques Chirac aux assises du RPR le 31 mars 1979.
# Emission "l'Europe et nous" sur Antenne 2 le 04 mai 1979.
# Emission "Polémiques" sur France 2 le 05 mai 1996. # Emission "Ce soir ou jamais" sur France 2 le 10 mai 2013.
# Festival des films du monde de Montréal 1996.

https://www.youtube.com/watch?v=MtCvM9puVzI

Rédigé par : Otho | 4 fév 2018 21:49:00

XC,

encore citer cette citation d'orwell, ne rendra service à personne. Parce que le mille neuf cent quatre vingt quatre d'orwell, n'est pas un vademecum pour résistant face à l'oppression, mais un roman violent, fort complaisant avec la cruauté, et sans solution.

C'est un peu la thèse de pascal obertone, nous sommes coupables, vous êtes complices et nous sommes tous des scélérats.

s'il vous plait ! vous parlez de Français, mais la plupart des "français-qui-passent-à-la-télé" sont "charlie", et égale l'amour du pays à un crime contre l'humanité !

ce président n'a pas été élu par une majorité, mais par une majorité de l'ultra minorité qui se déplace pour voter. techniquement on doit se demander si le corum été atteint pour valider une élection aussi peu représentative : il n'est le président que d'un collège électoral croupion. Les français ne croient pas vraiment aux élections, comme ils ne croient pas réellement que ceux qui ont une carte de presse sont des tintin pourfendant l'injustice et informant les gens par des nouvelles factuelles et respectueuse de leur réflexion.

ce sont les sociopathes et les psychopathes qui désignent des coupables, qui instillent la culpabilité en jouant les opprimés, pas leur victimes, pas les gens équilibrés qui eux ne sont pas amoraux.

vous voulez sortir du piège, considérez donc les morts, et laissez les morts enterrer leurs morts. Bref lisez les évangiles, mettez les en pratique, et vous étendrez le règne de Dieu, qui est le renversement complet de la principauté qui gouverne actuellement. c'est plus qu'une contre-révolution, c'est une annihilation de la sottise morale et politique ambiante.

Rédigé par : Oh! | 5 fév 2018 13:43:38

Le principe de l'inversion qui constitue la trame du livre d'Orwell se retrouve jusque dans le titre puisqu'ecrit en 1948 et publié....le jour de ma naissance !

Rédigé par : Papon | 5 fév 2018 15:46:58

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige