« 13 mars à Montpellier et 15 mars à Béziers : conférences sur la mortification | Accueil | L'encensement des oblats et la secrète - mardi de la 4è semaine de carême »

13 mars 2018

C’est arrivé un 13 mars…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

À Poitiers, vers 564, saint Pient, évêque, qui aida sainte Radegonde à bâtir son monastère.

À Oxford en Angleterre, le bienheureux Agnel de Pise, qui fut envoyé par saint François en France, puis en Angleterre, où il établit l'Ordre des Mineurs et promut les sciences sacrées.

À Ernée dans le Maine, en 1794, la bienheureuse Françoise Tréhet, vierge, Sœur de la Charité. Elle se dévoua avec tout son zèle à enseigner les enfants et à soigner les malades et, au temps de la Révolution française, parce qu'elle avait refusé le serment à la Constitution civile du clergé et qu'elle avait donné asile à des prêtres, elle fut condamnée à mort et aussitôt guillotinée.

Félix lll

Félix III est un aristocrate romain, veuf et père de famille ; il a deux enfants. Il est élu pape au décès du pape Simplice. En Afrique, sous son pontificat, les Vandales ariens déclenchent une violente persécution contre les catholiques. Voir les chroniques du 25 février et du 1er mars.

C'est saint Grégoire III qui appelle à l'aide les Francs de Charles Martel, duc des Francs, pour repousser les Lombards, il met l'Eglise sous la protection des Francs. Après la victoire de Poitiers, qui a écarté le danger islamique, le maire du Palais écrit au pape Grégoire III pour lui annoncer son soutien. Rome est alors assiégé par les Lombards.

Juriste de formation, le Chancelier de France Michel de l'Hospital a été conseiller de la Régente Catherine de Médicis pendant les règnes de François II (1559-1560) et Charles IX (1560-1574). Si sa politique de conciliation entre les partis a été un échec il est aussi à l'origine de l'Édit de Moulins (1566), qui limite le pouvoir de « remontrances » du Parlement et affirme le principe d'inaliénabilité du Royaume. Il porte une grande responsabilité dans le développement des guerres de religion en France.


La tradition veut que ce soit des marins bretons qui ont les premiers songé à s'établir à Sainte-Anne-de-Beaupré. Au cours d'une tempête, ils promettent d'établir un sanctuaire à Sainte-Anne, à l'endroit où ils pourront acoster. Ce qu'ils font à Saint-Anne-de-Beaupré. En mars 1658, M. Vignel est nommé, par M. de Queylus, grand vicaire de la première chapelle. Le premier miracle, celui de Louis Guimond, a lieu en cette même année 1658, date où il est certifié et reconnu comme tel. La basilique actuelle a été érigée en 1926.

Le 25 août 1568, la troisième guerre de Religion vient d'éclater car Henri Duc d'Anjou, futur Henri III, a été nommé Lieutenant-Général du Royaume avec pour mission de battre les Huguenots. Ceux-ci occupent plusieurs places du Centre du Sud-ouest comme La Rochelle, où se sont réfugiés l'Amiral de France Gaspard II de Coligny et l'ambitieux Louis Ier de Bourbon-Condé.

Henri d'Anjou fait restaurer le vieux pont de Châteauneuf et réussit à passer sur la rive droite de la Charente. Les Huguenots, installés dans Jarnac sont surpris.

Condé charge avec toute sa cavalerie. Il se fait encercler et sa cavalerie est entièrement décimée. Lorsqu'il veut se rendre au Duc d'Anjou, il meurt d'un coup de mousquet. Gaspard de Coligny réussit à se replier avec ses 6 000 de ses soldats sur La Rochelle. La bataille de Jarnac se clôt finalement sur la défaite des huguenots et sur la mort de Condé.

Henri IV ayant appris la mort du prince de Condé se jette au plus fort de la mêlée et en est retiré de force par ses officiers. Ouvrant son pourpoint à cause de la chaleur il laisse entrevoir un … scapulaire à l'effigie de Notre Dame. La vue de cette image catholique stupéfait tellement son entourage que c'est sa mère la dure Jeanne d'Albret qui explique que ce scapulaire a été mis autour du cou du futur Roi le jour de sa naissance. (cf. la chronique du 13 décembre)

Tapisserie du XVIe siècle illustrant la bataille de Jarnac [Musée national de la Renaissance, Écouen.]

La première assemblée ayant fait l'objet d'un compte rendu signé par Conrart date du 13 mars 1634. Le nom « Académie française » est adopté huit jours plus tard. Les membres se sont nommés « académistes », puis « académiciens » à partir du 12 février 1635. Ils doivent se préoccuper de la pureté de la langue et la rendre capable de la plus haute éloquence. Le Cardinal de Richelieu est le premier protecteur de la jeune institution.

Nicolas Boileau-Despréaux
Huile sur toile d'après Hyacinthe Rigaud
Château de Versailles

Admirateur des grands dramaturges du XVIIe siècle que sont Corneille et Racine, Nicolas Boileau a été l'un des théoriciens de l'esthétique classique et l'un des chefs de file des Anciens dans la célèbre querelle de lettrés dite des Anciens et des Modernes

Napoléon continue son chemin vers Paris.

Le sous titre est particulièrement clair : « CONDAMNATION DE LA SOCIÉTÉ DITE DES FRANCS-MAÇONS ET DES AUTRES SOCIÉTÉS SECRÈTES ».

« Notre prédécesseur, ayant vu que la secte dite des Francs-Maçons, ou appelée d'un autre nom, acquérait chaque jour une nouvelle force, et ayant appris avec certitude, par de nombreuses preuves, que cette secte était non seulement suspecte mais ouvertement ennemie de l'Église catholique, la condamna par une excellente constitution qui commence par ces mots : In eminenti publiée le 28 avril 1738, et dont voici la teneur : »

« C'est pourquoi Nous ordonnons à tous et à chaque chrétien, quels que soient leur état, leur rang, leur dignité ou leur profession, laïques ou prêtres, réguliers ou séculiers, sans qu'il soit nécessaire de les nommer ici en particulier, et, en vertu de la sainte obéissance, de ne jamais se permettre, sous quelque prétexte que ce soit, d'entrer dans les susdites sociétés, de les propager, de les favoriser ou de les recevoir ou cacher dans sa demeure ou autre part, de se faire initier à ces sociétés dans quelque grade que ce soit, de souffrir qu'elles se rassemblent ou de leur donner des conseils ou des secours ouvertement ou en secret, directement ou indirectement, ou bien d'engager d'autres, de les séduire, de les porter ou de les persuader à se faire recevoir ou initier dans ces sociétés, dans quelque grade que ce soit, ou d'assister à leurs réunions, ou de les aider ou favoriser de quelque manière que ce soit ; au contraire, qu'ils se tiennent soigneusement éloignés de ces sociétés, de leurs associations, réunions ou assemblées, sous peine d'excommunication dans laquelle ceux qui auront contrevenu à cette défense tomberont par le fait même, sans qu'ils puissent jamais en être relevés que par Nous ou Nos successeurs, si ce n'est en danger de mort.

Nous ordonnons en outre à tous et à chacun, sous peine de l'excommunication réservée à Nous et à Nos successeurs, de déclarer à l'évêque et aux autres personnes que cela concerne, dès qu'ils en auront connaissance, si quelqu'un appartient à ces sociétés ou s'est rendu coupable de quelques-uns des délits susmentionnés.

Nous condamnons surtout et Nous déclarons nul le serment impie et coupable par lequel ceux qui entrent dans ces associations s'engagent à ne révéler à personne ce qui regarde ces sectes, et à frapper de mort les membres de ces associations qui feraient des révélations à des supérieurs ecclésiastiques ou laïques. N'est-ce pas, en effet, un crime que de regarder comme un lien obligatoire, un serment, c'est-à-dire un acte qui doit se faire en toute justice, et où l'on s'engage à commettre un assassinat, et à mépriser l'autorité de ceux qui, étant chargés du pouvoir ecclésiastique ou civil, doivent connaître tout ce qui est important pour la religion et la société, et ce qui peut porter atteinte à leur tranquillité ? N'est-ce pas indigne et inique de prendre Dieu à témoin de pareils attentats ? Les Pères du Concile de Latran ont dit avec beaucoup de sagesse (can. 3) « qu'il ne faut pas considérer comme serment, mais plutôt comme parjure tout ce qui a été promis au détriment de l'Église et contre les règles de la tradition. Peut-on tolérer l'audace ou plutôt la démence de ces hommes qui, disant, non seulement en secret, mais hautement, qu'il n'y a point de Dieu, et le publiant dans leurs écrits, osent cependant exiger en son nom un serment de ceux qu'ils admettent dans leur secte ? » 

 

L'encyclique est accessible ici, avec en interne les liens sur les condamnations des papes précédents.

http://www.virgo-maria.org/references/references_html/Leon_XII/1826-03-13_SS_LEO_XII_QUO-GRAVIORA.html

Toute marchandise en provenance ou en direction de l'Allemagne sera interceptée. Ce traité est en fait une réponse à la décision de l'Allemagne du 4 février précédent de déclarer zone de guerre la Manche et les eaux entourant la France et le Royaume-Uni. Les britanniques ont pris la même décision que les Français dès le 9 février.

En fin de journée vers 17h00, les 141ème et 209ème Régiment de la Division 316 se lancent à l'attaque de la colline « Béatrice », tenue par le 3e Bataillon de la 13e DBLE.

Le responsable de l'artillerie française le colonel Piroth, n'avait pris aucune mesure de protection de ses tubes, persuadé qu'il n'aurait pas d'artillerie Viet en face. Il se suicide le 15, face au poids de cette responsabilité.

Les Légionnaires de « Béatrice », sont écrasés par un tir de barrage infernal et se retrouvent livrés à eux-mêmes face aux vagues humaines communistes Vietminh. Béatrice tombe sans que l'artillerie française puisse réagir. La première conséquence qui condamne le camp : la piste d'aviation est directement sous les tirs de l'artillerie ennemie.

Assaut Viet

La France informe le Conseil de l'OTAN qu'un tiers de la flotte méditerranéenne française, sous commandement de l'OTAN en temps de guerre, demeurera sous commandement français.

A Paris, le Conseil européen prend la décision de créer un système monétaire européen, le SME. Cette nouvelle monnaie européenne, n'est, dans un premier temps, qu'une unité de compte, est baptisée ECU.

Henri Emmanuelli, ancien ministre et trésorier du Parti socialiste, est condamné à 18 mois de prison avec sursis, 30 000 FF d'amende et deux ans de privation des droits civiques pour la gestion du parti.

C'est le cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio qui est élu par les cardinaux réunis en conclave au Vatican pour succéder à Benoît XVI. Jorge Mario Bergoglio est archevêque de Buenos Aires depuis 1998. Il a été nommé cardinal par le pape Jean-Paul II, en 2001. 266ème pape de l'Église catholique romaine sous le nom de François (en latin Franciscus). Il est le premier pape jésuite et le premier issu du continent américain. Il est aussi le premier pape non européen depuis Grégoire III au VIIIe siècle.

Posté le 13 mars 2018 à 04h50 par Lois Spalwer | Catégorie(s): Histoire du christianisme

Commentaires

Pourquoi avoir choisi la photo où il louche ?

Rédigé par : Lila | 13 mar 2018 10:49:49

Non je trouve pas que Michel de l'Hospital louche !!

(vive l'Auvergne !)

Rédigé par : scat | 14 mar 2018 19:38:36

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige