« Cardinal Castrillon Hoyos RIP | Accueil | « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci ? » »

18 mai 2018

C’est arrivé un 18 mai…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

A Toulouse, en 1369, le bienheureux Guillaume, prêtre de l'Ordre des Ermites de Saint-Augustin.

 

 

 

 

À Arras, en 728, saint Hadulphe, évêque d'Arras et de Cambrai, auparavant abbé de Saint-Vaast.

Saint Jean Ier, né en Toscane vers 470, est pape du 15 août 523 à sa mort, le 18 mai 526. Il est considéré comme un martyr et est fêté le 18 mai. L'empereur ostrogoth arien Théodoric le Grand l'envoie, contre son gré, à Byzance pour qu'il tente de faire adoucir un édit de l'empereur Justinien contre l'arianisme. C'est le premier pape reçu à Constantinople. L'accueil est chaleureux, mais son ambassade est un échec. À son retour à Rome, Jean est arrêté par Théodoric qui le laisse mourir de faim en prison à Ravenne où il meurt.

21ème maître de l'Ordre du Temple, alors que le sultan d'Égypte Khalil al-Ashraf met le siège devant Saint Jean d'Acre, Guillaume de Beaujeu tombe sous les remparts de la ville, blessé par une flèche. L'histoire raconte que se retirant vers les lignes arrières, il est apostrophé par un templier à qui il aurait répondu : « je ne m'enfuis pas, je suis mort ».

En janvier 1300, l'armée française entre en Flandre. Le comte de Flandre, Guy de Dampierre, et ses fils sont arrêtés et incarcérés en France pendant que Philippe le Bel confie l'administration du comté au très maladroit et malchanceux Jacques de Châtillon. Les artisans de Bruges se rebellent contre les échevins de la ville qui leur imposent des impôts exorbitants. Dans la nuit du 17 au 18 mai 1302, une centaine de soldats français sont égorgés dans leur sommeil par les brugeois.

Philippe le Bel ne peut pardonner ces Matines de Bruges. La plupart des villes de Flandre rejoignent, au cours du printemps 1302, le camp de la rébellion et obligent les troupes françaises à se replier. Dans le donjon de Courtrai, une modeste garnison s'est retranchée en espérant l'arrivée de renforts. Début juillet, une imposante armée flamande, augmentée de mercenaires aguerris, se rassemble dans la plaine voisine. Entre-temps, Philippe le Bel a convoqué son ost et en a confié le commandement au neveu de Saint Louis, Robert d'Artois… voir les chroniques du 11 juillet et du 18 août.


Sitôt la mort de Louis XIII, le 14 mai 1643, la reine Anne d'Autriche quitte Saint Germain en Laye pour Paris. L'important, pour elle, est de remettre le royaume intact à son fils aîné, le jeune Louis XIV à sa majorité. Encore doit-elle récupérer pleinement la régence.

Anne d'Autriche, ayant négocié avec le duc Gaston d'Orléans, frère de Louis XIII, et le prince Henri II de Condé, se rend au Parlement, le 18 mai, où par lit de justice, le jeune Louis XIV fait casser le testament du feu Roi. Le testament de Louis XIII, qui instituait un "conseil souverain de régence" avait pourtant enregistré unanimement quatre semaines plus tôt. Il est officiellement cassé et il est décidé de confier :

"l'administration libre, absolue et entière des affaires du royaume à la régente pendant la minorité du Roi", avec "pouvoir à la dite dame de faire choix de personnes de probité et expérience, en tel nombre qu'elle jugera à propos pour délibérer aux conseils [...], sans que néanmoins elle soit obligée de suivre la pluralité des voix".

« Nous voulons qu'elle ait force et efficacité toujours. » Outre le secret, est condamné le relativisme qui met l'erreur et la Vérité sur le même plan.

L'excommunication est renforcée. Le pape considère en effet que les loges maçonniques mettent en péril le catholicisme, en rejetant la Vérité, en cultivant le secret et en répandant dans la société toutes les erreurs philosophiques, morales et politiques de l'histoire de l'humanité.

L'année 1755 est marquée par de nombreuses agressions anglaises. L'Angleterre prend ainsi l'initiative des hostilités, en capturant deux vaisseaux français et des dizaines de bateaux de pêche et de commerce, au large de Terre-Neuve. Le 8 juillet a lieu la «rafle » de quelque trois cents navires français dans l'Atlantique Nord, qui provoque la rupture des relations diplomatiques. Dans l'été encore, le général Braddock, envoyé contre Fort Duquesne, l'actuelle ville de Pittsburg, en Pennsylvanie, est battu par les Français. De juillet à décembre, les Anglais expulsent d'Acadie tous les habitants d'origine française. Cette déportation de près de 10 000 personnes entre dans l'Histoire sous le nom de "Grand Dérangement". Le 21 décembre, seulement, Louis XV adresse un ultimatum au roi d'Angleterre George II ; il est rejeté le 13 janvier 1756. Trois jours plus tard, Frédéric II de Prusse conclut avec l'Angleterre le traité de neutralité de Westminster. La France se tourne alors vers l'Autriche, ce qui aboutit au traité de Versailles du 1er mai 1756. C'est un renversement complet des alliances. En mai, Montcalm arrive au Canada, il s'empare d'Oswego, dans la vallée de l'Ohio.

En avril, les Français débarquent à Minorque Le 6 mai a lieu la victoire navale de Richelieu et de La Galissonnière sur l'amiral Byng à Minorque et la prise du Port Mahon. Le 18 mai l'Angleterre déclare la guerre à la France, qui lui déclare la guerre à son tour, le 9 juin.

La colonne Dusirat met la main sur deux milles barriques, elle tue et brûle tout ce qui lui tombe sous la main.

Les Français écrasent les Anglais.

Il est l'auteur du "Le Barbier de Séville" et "Le Mariage de Figaro". À son époque, il s'est fait une réputation d'aventurier sans scrupules.

Il a été agent secret du Roi de France pour s'emparer de documents secrets à Londres. Il s'est fait l'avocat d'une intervention française dans la guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique. Le 10 juin 1776, le secrétaire d'État aux affaires étrangères lui confie une somme importante pour soutenir secrètement les Américains. Il meurt à Paris d'apoplexie: un accident vasculaire cérébral.

Napoléon Ier reçoit à St-Cloud le Sénat qui vient en corps lui notifier son vote pour l'Empire. Il nomme aussitôt ses frères Joseph "Grand Electeur" et Louis "Connétable", Cambacérès "Archichancelier", Lebrun "Architrésorier" et Ségur "Grand Maitre des Cérémonies". L'application est immédiate, à la demande de Cambacérès, sans attendre les résultats du vote populaire prévu sur le gouvernement héréditaire. Le Premier Empire s'achève en avril 1814, abdication de Napoléon et départ pour l'île d'Elbe.

La mission de ce voyage est d'établir des relations diplomatiques avec l'Indochine et de faire des observations géographiques.

Louis-Edouard Pie meurt le 18 mai 1880 à Angoulême, où il venait prêcher. Ordonné prêtre en 1839, évêque de Poitiers en 1849, puis cardinal de Sainte-Marie-des-Victoires, un an avant sa mort, en 1879. Il refuse l'archevêché de Lyon, considérant que ce n'était pas pour lui. Louis-Edouard Pie est l'un des principaux chefs ultramontains du XIXe siècle, défendant la primauté spirituelle et juridictionnelle du pape sur le pouvoir politique, en opposition au gallicanisme.

Le 3 janvier 1859, Garibaldi, au service de Victor-Emmanuel, entre en lutte contre l'Autriche et le Vatican. Monseigneur demande 1859 un nouvel entretien avec l'empereur, pénétré qu'il est, selon ses propres mots, du péril de l'Église et de la société. L'audience est accordée pour le 15 mars. Elle dure une heure pendant laquelle l'évêque annone prophétiquement au chef de l'État la fin de son règne : « Si ce n'est pas l'heure pour Jésus-Christ de régner, l'heure n'est pas non plus venue pour les gouvernements de durer ! »

Rome en remerciement pour son grand travail en France et au cours du concile Vatican I l'élève le 29 janvier 1879 à la dignité de Cardinal, C'est en effet à lui, entre autres, que l'on doit la proclamation de l'Infaillibilité pontificale.

C'est à la Société française de physique que Villard démontre que le radium émet des rayons "non déviables" mais très pénétrants, les rayons gamma. Mais sa découverte n'est pas reconnue.

Voir la chronique du 2 avril.

Karol Józef Wojtyla, est un prêtre polonais élu pape le 16 octobre 1978, à l'âge de 58 ans. Il prend le nom de Jean-Paul II. Son pontificat dure plus de 26 ans et est marqué par la mise en place des journées mondiales de la jeunesse qui réunissent des millions de jeunes. Il est le premier pape slave de l'histoire et le premier non italien depuis Adrien VI en 1522. Son pontificat est un des plus longs de l'histoire de la papauté. Seuls Saint Pierre et Pie IX régnèrent plus longtemps. Il est canonisé par le pape François 1er le 27 avril 2014.

Saint Jean-Paul II

"La récréation est terminée".

Elle précise la nature des délits soumis à sa compétence : il stipule que les cas d'abus sur des mineurs sont soumis au secret pontifical.

Le film raconte l'assassinat des 7 moines de Tibérine en Algérie. La justice française enquête sur ce crime malgré les obstacles institutionnels du gouvernement local.

Posté le 18 mai 2018 à 07h22 par Lois Spalwer | Catégorie(s): Histoire du christianisme

Commentaires

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur ce blog tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.






accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige