« Mgr Aupetit : si vous êtes fidèle dans le mariage, vous ne risquez pas de transmettre le sida | Accueil | Il y a 2 sortes d'élus en France : les intouchables et ceux que l'ont peut frapper »

07 mai 2018

Victoire du Hezbollah au Liban allié aux élus aounistes

Dimanche, les Libanais étaient appelés aux urnes pour la première fois depuis neuf ans. Une nouvelle loi électorale, basée sur la proportionnelle, permettait à près de 800 000 nouveaux électeurs de s'exprimer, portant le corps électoral à 3,7 millions d'individus. Seuls 49,2% d'entre eux ont voté, contre 54% lors du dernier scrutin, en 2009.

Selon les résultats préliminaires, le Hezbollah chiite, allié à la fois au régime iranien et au pouvoir syrien, devrait remporter plus de la moitié des sièges au Parlement. Ce résultat renforcerait politiquement le Hezbollah, qui obtiendrait une majorité simple au Parlement, composé de 128 sièges. Le nombre de sièges devrait toutefois être insuffisant au Hezbollah pour disposer de la majorité nécessaire au vote des lois majeures - fixée aux deux tiers des sièges -, telles que la réforme constitutionnelle.

Le premier ministre sunnite Saad Hariri devrait conserver son poste et former le nouveau gouvernement. Conformément à la répartition confessionnelle des pouvoirs, le premier ministre doit être issu de la communauté sunnite.

Une alliance anti-Hezbollah menée par Hariri et soutenue par l'Arabie saoudite avait remporté la majorité au Parlement lors des précédentes élections législatives, en 2009, avant de s'effriter. Le Parlement avait étendu à trois reprises depuis 2009 son propre mandat, dont la durée originelle était de quatre ans.

Addendum - réaction de Bernard Antony :

Dcl2Yn-XkAAg0Kn"Je me réjouis notamment de l’élection de mes amis Samy Gemayel et Nadim Gemayel. Je ne renie pas mon affection pour Sethrida et Samir Geagea, dont je comprends que mes amis libanais aient pu désapprouver certaines positions de compromis avec le gouvernement Aoun-Hariri. Cela dit, je me réjouis de la forte progression des Forces Libanaises dans les sièges réservés aux composantes chrétiennes.

Je le redis, il était difficile pour des non Libanais de saisir l’enjeu de ces élections. En aucun cas, il ne s’est agi de compétition électorale entre musulmans et chrétiens.

En effet, l’appartenance religieuse de tout citoyen libanais est mentionnée sur sa carte d’identité. Analogiquement, la loi électorale, âprement négociée, prévoit les nombres de sièges dont disposeront les différentes communautés sur la base d’une moitié pour les chrétiens et d’une moitié pour les musulmans. Et d’une répartition ensuite selon les poids respectifs des différentes entités.

Ainsi, chez les chrétiens, 34 sièges pour les maronites ; 14 pour les « grecs catholiques » (Il ne s’agit pas de citoyens grecs ! Mais de libanais de rite orthodoxe ou de rite melkite) ; 5 pour les Arméniens orthodoxes ; 1 pour les Arméniens catholiques ; 1 encore pour les Protestants et 1 encore pour les autres chrétiens.

 Idem chez les musulmans (ou apparentés) : 27 sièges pour les sunnites, 27 pour les chiites, 8 pour les druzes, 2 pour les Alaouites.

Selon les circonscriptions (une ou plusieurs cazas), l’électeur choisissait donc dans des listes de candidats de même identité religieuse mais pouvant être de différents partis. D’où un scrutin certes proportionnel mais d’une proportionnalité n’affectant nullement l’appartenance religieuse. Ainsi, lorsque l’on apprend que le Hezbollah a progressé, cela ne signifie pas qu’il a pris des sièges chrétiens mais qu’il a balayé les autres listes chiites.

Chez les chrétiens, on a vu outre des listes entièrement FL ou aounistes, maintes combinaisons inter-partisanes et même, en certains lieux, entre aounistes et opposants. Mais ce, toujours pour des listes de conquêtes des sièges attribués aux communautés respectives.

Pour une fois, je serai donc indulgent avec les commentateurs même s’ils déforment la réalité, car celle-ci, comme vous pouvez le constater, n’est pas aisée à appréhender. Ajoutons d’ailleurs encore que le libanais ne vote pas forcément là où il réside mais, par correspondance ou non, là où il est né ! Ainsi, je persiste et je signe : le système démocratique libanais est peut-être le plus surréaliste qui soit. Cela n’empêche pas, par le jeu ensuite des inféodations, soumissions et connivences, la domination de la force géopolitiquement prépondérante.

Et c’est ainsi, redisons-le, que ce n’est pas tant électoralement que le Hezbollah l’a directement emporté hier en s’imposant sur l’ensemble chiite mais en constituant avec le général Aoun et les élus aounistes la majorité dont l’Iran (alliée de la Russie et de la Syrie) a besoin pour dominer le Liban."

Posté le 7 mai 2018 à 12h05 par Michel Janva | Catégorie(s): Pays : Liban

Commentaires

Bonjour,
Il semble que des lecteurs du Figaro infirment cette information, pourriez-vous vérifier svp?
Merci

Rédigé par : Flesses | 7 mai 2018 14:13:47

Si tel était le cas, il faudrait s'attendre à des interventions, des manipulations de pays situés plutôt au sud du Liban en collaboration avec les USA, les Shadocks et les GBs...

Amateurs de "feuque niouze" à odeur chimique ou d'insinuations à déconstruction massive, à vos carnets !

Rédigé par : Meltoisan | 7 mai 2018 20:03:00

les libanais votent pour qui semble les défendre!
les gouvernants français feraient mieux d'écouter les locaux plutot que de prendre leurs désirs pour des réalités et changer d'alliés au gré des vents ou des sourires

Rédigé par : patphil | 8 mai 2018 09:59:50

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur ce blog tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.






accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige