« Le Brexit n'a pas fait fuir les Français installés en Angleterre | Accueil | PMA : Les Pères de Famille s’indignent et entrent en résistance »

19 juin 2018

Académie française : qui succèdera au fauteuil de Michel Déon ?

D'Arnaud-Aaron Upinski :

Upinsky"C’est par la tête que pourrit le poisson, et c’est par la langue que pourrit la tête. C’est pour détruire la France que la déconstruction de la langue française a été mise en œuvre dès l’école. Et c’est, enfin, pour interdire toute Reconquête du français que l’Académie française a été désarmée, depuis la démission de Maurice Druon en 1999, pour en faire une façade d’illusionnisme.

L’Académie colonisée par un nombre croissant d’ennemis de langue française. Dans ma lettre de candidature du 16 mai 2018, je dénonce le fait que, depuis l’an 2000, l’Académie « soit colonisée par un nombre croissant d’ennemis de la langue française et non de combattants brûlant de forger les armes de sa reconquête pour répondre aux vœux de Maurice Schuman du 30 janvier 1975.

Le « Plafond de verre » d’exclusion de l’Académie démasqué.

C’est le 3 mars 2016 que le magazine Le Point lança le « mot d’ordre » mettant hors la loi le candidat de la Reconquête de la langue française que je suis, et menaça les Académiciens qui oseraient voter pour lui, pour faire chuter aussitôt mon pourcentage de voix, obtenues avant la mort de Philippe Beaussant : de 12 % à un« zéro voix » ! Ce qui donne la mesure de la trahison d’une Académie ne répondant plus à son propre appel à la Reconquête du 5 décembre 2013. Une Académie qui n’a même pas dénoncé l’attentat inouï de la « rentrée scolaire bilingue2 » 2018-2019 – anglais français – devant être lancée dans une quinzaine d’écoles élémentaires et maternelles ; une Académie « aux ordres » du pouvoir anglo-saxon hégémonique dont l’actuel Président Macron Ventriloque est l’émanation ; une Académie qui, le 20 mars 2018, a reçu comme le Messie le Président Macron venu lui signifier son propre arrêt de mort !

L’agenda secret de mise en place du plafond de verre enchaînant :

1) L’omerta, sur le secret de mise à mort de la langue française révélé par Madame le Secrétaire perpétuel, le 5 décembre 20133, dans son appel : « À la Reconquête de la langue française » ;

2) L’abandon de son rôle de protecteur, par le Président de la République, refusant de répondre à l’appel de l’Académie, s’alignant alors en abandonnant toute idée de Reconquête ;

3) La censure d’Etat médiatique, interdisant tout débat sur les élections à l’Académie et sur l’avenir de la langue française en péril de mort ;

4) L’abandon de sa mission de service public, par l’AFP, refusant d’annoncer toutes les candidatures à l’Académie française, jusqu’à n’en plus annoncer aucune ;

5) Les plans de mise à mort de l’Académie et de la langue française, dévoilés par le Président Macron, respectivement à Ouagadougou, et au sein même de l’Académie française.

La « Ligne rouge » à l’élection du 3 mai 2018. Dans ma lettre du 30 mars 2018, j’avais fixé la « ligne rouge » à ne pas franchir, en ces termes : « De fait, en raison de l’agenda du 20 mars 2018 annoncé par le Président Macron comme inéluctable, l’élection du 3 mai 2018 sera la révélation mathématique du choix de l’Académie : entre la collaboration à sa propre mort et sa décision de Résurrection. »

Cette mise en garde ayant été ignorée, dans ma lettre de candidature du 16 mai 2018, j’ai donc cru devoir tirer la conclusion qui s’imposait, en ces termes : « Or, ce jour-là, contre toute attente, entre la Gloire d’une ” Résurrection ” et la Honte d’une ” Collaboration à sa propre mort “, vous avez engagé l’Académie française du côté des ennemis du λόγος et de l’Immortalité de notre langue, par l’envoi au monde entier du ” signal fort” de l’élection de Mme Barbara Cassin, la bien nommée : l’antithèse même de Philippe Beaussant, l’ennemie jurée de l’immortel λόγος de l’universel, et par là même de la langue française et de la langue grecque. »

Par cette élection on ne peut plus provocatrice d’une ennemie jurée de la langue française, dans le Saint des Saints de l’Institution vouée à sa défense, l’Académie française a donc délibérément choisi de franchir la « ligne rouge » de la haute trahison de la mission la plus sacrée confiée à sa charge et dont ma lettre de candidature du 16 mai 2018 livre le verdict sans appel !

C’est pourquoi, en rendant publique ma lettre de candidature motivée, ci-jointe,

J’ACCUSE:

Les Média, d’avoir violé la Charte de Munich de 1971, en entretenant un « plafond de verre» frappant d’interdit tout débat sur la mise à mort du français, ainsi que l’accès de l’Académie à tout défenseur voué à la défense et à la Reconquête de la langue française !

L’Académie française, d’avoir trahi sa mission sacrée de « Défense de la langue française », en se rendant complice du plan de mise à mort de la langue française et coupable de collaboration avec ses pires ennemis. Ce que vient d’attester l’élection « illégale, nulle et non avenue» de Barbara Cassin, l’ennemie jurée du logos, de l’universalité de la langue grecque, de la pureté de langue française, et ainsi du principe fondateur, de l’ essence même de l’Académie française !

Les associations postiches de défense de la langue française, DLF en tête avec son Président Darcos, de faire complaisamment de la figuration en se gardant de répondre à l’appel au plan de bataille de Philippe Beaussant et à la Pétition pour faire du français la langue commune de l’Europe !

Le Président de la République, Emmanuel Macron, de haute trahison de la langue française, pour son « abandon de poste » de Protecteur de l’Académie ; pour ses plans de mise à mort de l’Académie et de la langue française, sur l’essentiel ; pour sa substitution du « modèle anglo- saxon » au « modèle français » ; pour « le grand coup d’accélération » qu’il donne à l’anglicisation de la jeunesse ; et pour refuser de faire du « français la langue commune de l’Europe » à la place de l’anglais, comme seul moyen de sauver la langue française de sa mise à mort à marche forcée !

Et j’appelle les FRANCAIS – tous les authentiques amoureux de la langue française et de la France – à rompre ce « plafond de verre » d’aveuglement et d’exclusion permettant de poursuivre, en secret et sans relâche, l’œuvre de mise à mort de l’Académie et de la langue française, en interdisant aux Français la juste Reconquête de la langue française qui est la condition sine qua non, de survie, de tout véritable redressement de la Jeunesse, de l’Ecole et de la France !"

Posté le 19 juin 2018 à 08h58 par Michel Janva | Catégorie(s): Valeurs chrétiennes : Culture

Commentaires

Les dingues ne sont malheureusement pas tous en hôpital psychiatrique.

Rédigé par : CAILLAUD MARIE CLAUDE | 19 juin 2018 09:37:08

Bonjour,
Encore de belles paroles pour ne rien dire.
La langue, que je sache, contribue à former la parole, hors sans la langue pas de parole audible.
Quand la langue est malade comment voulez-vous formuler correctement le Français ?
Il faut être Français de souche pour parler correctement le français et encore faut-il avoir suivi une scolarité "normale" en français.
Comme on en est loin !
Merci !
JFL

Rédigé par : Louis JACQUES-FRANCOIS dit LOCARD | 19 juin 2018 09:40:59

j'hésite entre "pathétique", "tragique", et "comique".

Rédigé par : Xavier du S | 19 juin 2018 09:53:21

L academie francaise a deja trahi lorsqu elle a "black boule" Vladimir Volkoff3 suite a ses prises de postions sur la Serbie!
en 1999 il me semble!la trahison des interest francais est dans ses genes depuis un moment...(d ou le terme black boule) ....

Rédigé par : owt Russia | 19 juin 2018 10:02:09

Ben avec ça, il ne risque pas d'être élu...

Rédigé par : Tite | 19 juin 2018 11:20:25

Mme Caillaud, qui est dingue et pourquoi ? N'êtes-vous pas en mesure d'argumenter plutôt que de taxer vos opposants de fous (comme sous la vieille URSS) ?

Rédigé par : RL | 19 juin 2018 12:34:30

Comme aurait dit Shakespeare : "Much ado about nothing!"
M Arnaud Upinsky à un ego surdimensionné. Lorsque, au début des années 90 il était membre du "Centre international d'études sur le linceul de Turin" (CIELT), ses arguments épistémologiques étaient conséquents, mais son attitude à l'égard de ses collègues, quelque peu "dictatoriale".

Rédigé par : Exupéry | 19 juin 2018 12:43:25

Christian Combaz !

Rédigé par : Letalle | 19 juin 2018 12:43:31

Je ne pensais pas qu'on pouvait succéder à un fauteuil. Étrange ambition.

Rédigé par : westward | 19 juin 2018 12:47:02

Entre le délire et le grand n'importe quoi...
Enfin monsieur Upinsky aura réussi à faire (encore)parler de lui...
Son commentaire est lamentable et certainement pas de nature à améliorer ses relations avec les immortels...
D'abord Maurice Druon n'a jamais démissionné de l'Académie Française (et on ne peu pas le faire, monsieur Upinsky devrait le savoir!)Druon a démissionné du poste de Secrétaire Perpétuel au profit d'Hélène Carrère d'Encausse.
Ce qui n'est pas forcément ce qu'il a fait de mieux d'ailleurs...

Rédigé par : Saint-Plaix | 19 juin 2018 14:18:39

Les fanatiques de l'anti-France savent que dans quelques années, les vrais et authentiques auteurs français (et francophones) auront disparu ou ne seront plus qu'en petit nombre...

L'Académie Française a été une grande et noble institution française pendant longtemps, elle tend à l'être de moins en moins, année après année !

Un jour, il faudra choisir : ou bien elle disparaît, ou bien elle est remise d'aplomb, en y faisant la chasse aux indésirables...

N'ayons donc pas peur de le faire !

Rédigé par : Irishman | 19 juin 2018 14:22:38

Bon. Alors, c'est Bernanos qui aura le dernier mot... Beaucoup le pressaient de se présenter. Voici ce qu'il a répondu :

"Quand je n'aurai plus qu'une paire de fesses pour penser, j'irai l'asseoir à l'Académie Française".

Déjà, à l'époque... une institution en marche vers sa dévalorisation. Pourtant, y siégeaient encore de grands écrivains tel Maurras.
Aujourd'hui, Xavier Darcos (?!), VGE (écrivain ?!), Ruffin (?!), hier, Simone Veil (écrivain ?!)...

Il en va ainsi dans la République... L'Académie Française et la Légion d'Honneur totalement décrédibilisées par la distribution de sucettes et médailles en chocolat... "France, mère des arts, des armes et des lois"... Really ?

Rédigé par : Tite | 19 juin 2018 17:30:17

J'ignore qui est ce monsieur, mais il m'a l'air d'un dangereux exalté, d'un fanatique un peu dérangé. Ce n'est pas ainsi que je vois le candidat idéal à l'Académie française.

Au lieu d'écrire un si long texte pour dénoncer de mystérieux scandales dont nous ne savions rien, il aurait mieux fait de nous donner les détails sur lesquels il s'appuie pour mener sa croisade.

Le journal Le Point aurait donc le pouvoir de "mettre hors-la-loi" un candidat à l'Académie, et de "menacer" ceux qui oseraient voter pour lui. Les menacer de quoi ? J'ignorais qu'un seul journal eût un tel pouvoir en France.

Le Point est donc le chef de tous les médias de France, c'est ça ? S'il dit un truc, Le Monde et l'AFP doivent lui obéir ? S'il veut faire élire à l'Académie le labrador de Macron, tous les journalistes du pays vont se mettre à faire campagne pour le labrador de Macron ?

Il y aurait une "omerta sur le secret de mise à mort de la langue française révélé par Madame le Secrétaire perpétuel". Je note, pour commencer, que c'est du français de cochon. Surtout, nous aimerions bien savoir, nous qui ne sommes pas des confidents de "Madame le Secrétaire perpétuel", quel est le contenu exact de ce "secret". La langue française a déjà été mise à mort ? Elle va l'être ? Par qui ? Par quels moyens ?

Le président Macron aurait révélé "les plans de mise à mort de l'Académie et de la langue française". A Ouagadougou. Et à l'Académie même. Peut-on savoir ce qu'il y a dans ces plans ? Cela me paraît vital pour que nous puissions apporter notre soutien à cette courageuse campagne.

Dans sa lettre du 30 mars 2018, Monsieur X avait "fixé la ligne rouge à ne pas franchir". Je ne comprends pas. Monsieur X est le chef de l'Académie française, et il a le pouvoir de fixer tout seul les lignes rouges (ou vertes, ou bleues) à ne pas franchir ?

Je croyais que le problème de Monsieur X venait du fait que les académiciens ne voulaient pas l'élire à l'Académie française. Donc, il ne fait pas partie de l'Académie, et il donne des ordres à l'Académie ? Il se prend pour Napoléon, aussi ?

On peut consulter la bibliographie de Monsieur X, telle qu'elle a été établie par lui-même :

http://upinsky.work/bibliographie

Il n'y a nul besoin d'être académicien, ni même d'avoir lu ses livres, pour comprendre qu'il est aussi qualifié pour se porter candidat à l'Académie française, que le labrador de Macron l'est pour se porter candidat à son poste.

Rédigé par : Edgar Tirol | 19 juin 2018 18:46:55

Bernard Kouchner , ministre sous Sarkozy , a écrit dans son livre "Deux ou trois choses que je sais de nous " que la français était une langue inutile ( Page 151 au Chapitre l anglais n, avenir de la francophonie.

Rédigé par : Eulalie | 19 juin 2018 19:28:04

Enfin il se passe quelque chose avec Upinsky qui a une oeuvre colossale et géniale
Arrêtez de faire des commentaires irresponsables vous avez la chance d'avoir une candidature exceptionnelle à l'Académie Française
Pourquoi vouloir torpiller cet homme génial ?
Il est l'homme de la situation et un jour l'histoire rendra compte de votre légèreté consistant à vouloir l'occulter..

Rédigé par : Montesinos | 19 juin 2018 20:19:53

Mozart en son temps a été écarté
Upinsky a aujourd'hui le même sort que ses confrères géniaux. . Quel mystère !
En attendant les crétins et les jaloux de toutes sortes nous privent du vraie savoir qui nous permettrait de sortir la pauvre France de l'ornière croyant ainsi que leur hypocrisie et leur incompétence ne seront pas visibles
Que vont penser nos enfants quand les résultats navrants d'une telle démission apparaîtra ?

Rédigé par : Ortiz | 19 juin 2018 20:30:34

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur ce blog tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.






accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige