François-Xavier Bellamy dénonce le discours immigrationniste, qui produit la catastrophe qu'il dénonce
Il y a urgence à construire une alternative solide au Macronisme

La fin de certaines vies ne sera pas au programme de la prochaine loi de bioéthique

Images-3La fin de vie des personnes âgées, démentes et autres... ne sera pas dans le projet de loi, mais il sera bien question de la fin de vie de certains embryons humains, surnuméraires issus de la PMA et sacrifiés sur l'autel de la recherche...

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a déclaré a l'Assemblée nationale le 12 juin :

« Le rapport [des États généraux de la bioéthique] nous a été remis la semaine dernière. Il sera suivi d'un avis officiel du CCNE début septembre qui portera sur les thèmes prévus : la procréation, la génétique, les big datas, l'intelligence artificielle, les greffes et les neurosciences ».

Le 7 juin, Alain Milon, président (LR) de la commission des Affaires sociales du Sénat et médecin favorable à l'euthanasie, estimait que la fin de vie n'avait pas sa place dans cette loi. Le projet de loi, qui révise la loi de 2011, devrait être présenté à l'automne.

Commentaires

René

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé de la colonie de l'Europe appelée France, ne peut faire que l'inverse de ce que sa fonction la prédispose ! Il en est ainsi dans cette Union Européenne orwellienne choisie par aussi bien les Français votant à droite qu'à gauche.

Il n'existe malheureusement qu'une infime minorité dans notre pays demandant le frexit, c'est à dire le rétablissement de sa souveraineté.

Le Forez

Le clone de Momonne Veil persiste dans la poursuite de la culture de mort. Elle aussi, aura à en répondre devant le Dieu-Trine.

fg

Comment croire ceux qui ne disent jamais la vérité ?

Saint-Plaix

Il ne faut pas s'étonner de voir la question d'une législation sur l'euthanasie, "oubliée" pour l'instant.
L'affaire Vincent Lambert a visiblement bloqué l'élan médiatique programmé pour lancer un engouement populaire irréversible pour l'euthanasie...
On procèdera donc par étape!
La première des choses est bien évidemment de sortir du piège de l'embryon "surnuméraire" - dont on ne peut se débarrasser tant qu'il est considéré comme humain à part entière - et qui commence à coûter très cher en stockage sous azote liquide, d'autant que la généralisation certaine de la PMA va en augmenter singulièrement le nombre...
Pour la fin de vie on verra "plus tard" sans doute dans le cadre d'une autre loi... qui n'est peut être pas si lointaine quand on voit comment Alain Milon expose les choses...
Il est clair que personne n'en restera là chez les adeptes de la seringue!

gaudete

pour tous ces adeptes de la seringue, je propose qu'on commence par eux, on sera débarrassé de ces raclures

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.