« La bière et le houblon : merci les moines | Accueil | A 2 ans, elle sauve la vie de sa mère enceinte »

11 juin 2018

Oui, il existe une approche toute inspirée de sagesse évangélique pour concevoir et faire la guerre

LegrierLe colonel François-Régis Légrier vient de publier un essai sur la guerre juste, intitulé Si tu veux la paix, prépare le guerre. Par delà les traités d’histoire militaire et de stratégie, voici l’étude des principes qui doivent guider toute action politique au sujet de la guerre « afin de l’éviter quand il le faut ou de la mener à bien quand c’est nécessaire ». Son fil directeur reprend l’antique devise de l’actuelle école de guerre française : si vis pacem, para bellum. Pour l’avoir oublié par négligence ou idéologie, notre pays a plusieurs fois payé très cher son amnésie. Oui, il existe une approche toute inspirée de sagesse évangélique pour concevoir et faire la guerre, et c’est toute l’actualité de la doctrine de la guerre « juste ». A propos des guerres récentes contre les "dictateurs" de Serbie comme d'Irak, l'auteur écrit par exemple,

"La guerre étant un acte politique, la réthorique consistant à assimiler un chef d'Etat à un brigand et la guerre à une opération de police est une aberration lourde de conséquences. En effet, loin de pacifier les relations internationales, cette réthorique, négation du politique, contribue à faire disparaître l'état de paix et l'état de guerre au profit d'un état de crise permanent. Elle exacerbe le sentiment d'injustice chez les peuples considérés comme des Etats-voyous ou faillis et met donc en mouvement des forces qu'il est de plus en plus difficile de contrôler. [...] Ensuite, en assimilant la guerre à une opération de police, cette réthorique tend à confondre police et armée."

Autre sujet d'actualité, la fameuse "guerre contre le terrorisme" :

"Le terrorisme est un concept désignant un mode d'action - l'emploi de la terreur. Dans ces conditions, "lutter contre le terrorisme" ne veut rien dire. On combat un Etat, une organisation, mais pas un concept. Faire la guerre à un concept est une chose qui risque de durer longtemps. A cet égard, l'expression "lutte contre le terrorisme" est surtout révélatrice de l'incapacité à nommer l'ennemi et donc à l'affronter. On peut craindre que cette capitulation sémantique soit le prélude à une capitulation plus générale."

Enfin, sur le concept même de guerre juste, qui peut choquer quelques chrétiens, l'auteur écrit :

"Certes, on trouve dès l'origine du christianisme une tendance pacifiste prenant appui sur certaines phrases de l'Evangile telles que : "Je vous dis de ne pas résister aux méchants" (Matthieu 5, 39) ou encore : "Ceux qui frappent par l'épée périront par l'épée" (Matthieu 26, 52), mais cette tendance, prônée notamment par Tertullien et Origène, ne sera pas reprise dans la doctrine de l'Eglise, laquelle affirme clairement l'usage légitime de la force contre les fauteurs de troubles intérieurs et extérieurs. Au IVe siècle, saint Ambroise rappelait notamment que "celui qui, en mesure de le faire, n'écarte pas de son prochain une injustice, est autant coupable que celui qui commet l'injustice" et est aussi "pleine de justice la force qui , à la guerre, protège la patrie contre les barbares".

Posté le 11 juin 2018 à 16h14 par Michel Janva | Catégorie(s): Valeurs chrétiennes : Culture


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige