« « Pas une perte », Monot ? C'est ainsi que le Rassemblement National prépare l'avenir... | Accueil | Le ministre italien de la famille persiste et signe : se battre pour la normalité est devenu un acte héroïque »

06 juin 2018

Police médiatique : Georges Orwell n'y avait même pas pensé, Macron va le faire

Extrait d'une tribune de Philippe Lemoine dans le Figarovox, à propos de la proposition de loi relative à la lutte contre la manipulation de l'information :

Unknown-5"Le concept même de “fake news”, ainsi que l'hystérie autour de ce phénomène, paraît quelque peu douteux. Ce n'est pas, évidemment, que l'on puisse nier que des rumeurs sans fondement et autres fausses informations circulent sur Internet et les réseaux sociaux, mais les médias ont tendance à n'affubler ce label infamant qu'aux fausses informations ou supposées telles qui vont à l'encontre de l'idéologie dominante. Ainsi, quand par exemple Les Inrocks nous expliquent que les immigrés sont plus diplômés que la population française, ce qui est démontrablement faux, on n'entend pas beaucoup les cognoscenti crier à la “fake news”.

Ayant dit cela, on ne peut évidemment qu'être d'accord avec l'idée qu'il faut dans la mesure du possible chercher à réduire la diffusion des informations fausses ou inexactes, du moment que ça s'applique à toutes et pas seulement à celles qui ont l'heur de déplaire aux grands prêtres de l'idéologie dominante. Mais encore faut-il s'assurer que le remède qu'on propose pour y parvenir ne soit pas pire que le mal et on peut hélas craindre que ce soit le problème avec le texte qui vient de sortir de la commission et qui doit être examiné dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale le 7 juin.

Le texte propose notamment de créer une nouvelle procédure qui, en période électorale, permet au juge des référés de faire cesser immédiatement la diffusion de fausses informations “de nature à altérer la sincérité du scrutin” à la demande “du ministère public, de tout candidat, de tout parti ou groupement politique ou de toute personne ayant intérêt à agir”. Une fausse information y est par ailleurs définie comme “toute allégation ou imputation d'un fait dépourvue d'éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable”. Une fois saisi, le juge aura quarante-huit heures pour se prononcer.

Le problème est que cette définition est tellement vague qu'on ne sait pas bien ce qui peut tomber sous le coup de cette loi. Après tout, si les gens étaient d'accord sur ce qui constitue des éléments vérifiables de nature à rendre une allégation vraisemblable, ça se saurait. Il est fort probable que, selon le juge qui aura à décider, la décision sera différente. Une loi aussi vague est en effet une invitation à l'arbitraire et, s'il y a une chose dont on peut être certain, c'est que si une loi permet les abus alors il y en aura. De la même façon, la question de savoir si la diffusion d'une information est “de nature à altérer la sincérité du scrutin” n'admet souvent pas une réponse claire, mais il faudra pourtant bien que le juge se prononce.

Pire, il n'aura que quarante-huit heures pour se prononcer, autant dire rien du tout. Quand on sait le nombre de dossiers qui arrivent chaque jour sur le bureau des juges, et la difficulté qu'il y a à déterminer si une information tombe sous le coup de cette loi dans un grand nombre de cas, on peut légitimement craindre que la censure ne s'abatte sur beaucoup d'informations qui, vraies ou fausses, devraient faire l'objet d'un débat et pas d'une ordonnance de justice. C'est d'autant plus vrai que, à en juger par la façon dont la justice française utilise l'arsenal législatif déjà existant, on peut douter que, dans la plupart des cas, le juge des référés se prononcera dans le sens de la liberté d'expression en cas de doute… [...]

Cette proposition de loi accroît également les pouvoirs du CSA, qui pourra désormais refuser une convention à un service de radio ou de télévision si celui-ci “comporte un risque grave d'atteinte à la dignité de la personne humaine, à la liberté et à la propriété d'autrui, au caractère pluraliste de l'expression des courants de pensée et d'opinion, à la protection de l'enfance et de l'adolescence, à la sauvegarde de l'ordre public, aux besoins de la défense nationale et aux intérêts fondamentaux de la Nation, dont le fonctionnement régulier de ses institutions”. Encore une fois, cet article de la proposition de loi est à la fois remarquablement vague et large d'application (donc se prête à beaucoup d'abus), mais pour couronner le tout il pousse même l'absurdité jusqu'à nous expliquer qu'il pourrait être utile d'interdire un service de radio ou de télévision afin de protéger le “caractère pluraliste de l'expression des courants de pensée et d'opinion”. Même Orwell n'aurait pas osé imaginer une chose pareille dans 1984! On se demande vraiment ce qui peut passer par la tête des parlementaires quand ils votent une telle disposition. [...]"

Posté le 6 juin 2018 à 08h18 par Michel Janva | Catégorie(s): Liberté d'expression

Commentaires

être élu avec 15% des inscrits et dire que l'on est président de la république est ce une vérité?

Rédigé par : jerome | 6 juin 2018 08:36:50

Ce qu'il faut dénoncer sans cesse, c'est la domination du politiquement correct sur les médias déformant l'interprétation des faits. Cela crée une fausse réalité dans l'esprit de beaucoup de gens, ce qui est beaucoup plus pernicieux que quelques fausses nouvelles ponctuelles. https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/fake-news-ou-point-de-vue-deforme-200392

Rédigé par : Bernard Mitjavile | 6 juin 2018 08:37:22

Bien il ne leur restera qu'à interdire les connexions internet sur l'étranger, comme le fait la chine.
Leur république, qui n'est pas la FRANCE, va bientôt crever, entrainant avec elle beaucoup de français mais la totalité des français de papiers, qui quitteront la France, comme ils ont quitté leur pays.

Rédigé par : jerome | 6 juin 2018 08:39:16

Il nous faut un nouveau Fouquier-Tinville !

Rédigé par : Papon | 6 juin 2018 08:42:01

Espérons que cette mesure -ainsi que beaucoup d'autres -soit la manifestation ,les "derniers soubresauts " d'un pouvoir qui depuis 1789 mène la France vers le déclin , voire sa disparition quasi -totale du monde civilisé.

Quoique .......c'est pas encore sûr .
A voir le choix "irrationnel " des électeurs ,effectivement on peut douter.

Les Français n'auraient-ils pas encore suffisamment soufferts ????
C'est à croire.

Patience, vous n'avez pas encore tout vu !!!!!

"Puisqu'on entend souvent dire pas ces migrants ( en clair des hors-la loi ) que nous les avons colonisé,et que maintenant c'est leur tour, nous n'avons qu'à leur dire , vous nous avez expulsé ,maintenant c'est notre tour "

CE QUE NOUS VIVONS, NOUS FRANCAIS :

"Le véritable exil n'est pas d'être arraché de son pays ,c'est d'y vivre et de ne plus rien trouvé de ce qui le faisait aimer "
Edgar Quinet

Rédigé par : Alpin | 6 juin 2018 08:44:18

C'est bien joué, pour instaurer une dictature on ne peut pas faire mieux et avec la justice franc maçonne on est plutôt mal parti, c'est le retour aux heures les plus sombres de notre histoire.
Il suffira de mettre un point d'interrogation à chaque article et insérer la phrase "Ceci n'est pas une nouvelle mais une rumeur"

Rédigé par : Aliénor | 6 juin 2018 08:44:53

à force de tout vouloir contrôler, les médias qui ont fait élire Macron vont avoir un retour de bâton!

les électeurs sont dans le réel, les problèmes de l'incivilité, du poids de l'immigration, des fins de mois difficile ils le subissent tous les jours!

les "fakes news" sont des bavardages ou ragots de diner en ville des bobos, sans conséquence pour les français!!!!

Rédigé par : ohlala | 6 juin 2018 09:17:27

Bientôt, c'est au syndicat de la magistrature que chaque Français devra demander l'autorisation de continuer à respirer...

Rédigé par : David | 6 juin 2018 10:48:35

"en période électorale"

Tout est dit ! Mais si vraiment on voulait une véritable démocratie, on interdirait les sondages, les publicités pendant cette période. Et l'état enverrait à chaque foyer fiscal un condensé écrit de tous les partis se présentant aux élections. Les médias feraient passer tous les hommes politiques d'une manière équitable, pas comme aux dernières élections. Il suffit de voir les "unes" sur Macron dans la presse pour deviner que les jeux étaient dès le départ biaisés.
https://www.agoravox.fr/IMG/jpg/Macron-et-ses-unes-final.jpg

Rédigé par : Alex | 6 juin 2018 10:58:04

Le "Conseil Constitutionnel"laissera-t-il passer une telle atteinte aux libertés fondamentales ?
Hélas, on connait la réponse...

La déontologie du métier de journaliste, fondée sur le recoupement et la vérification des sources ne devrait-elle pas suffire ?
Hélas, on connait la réponse...

"Qu'est-ce que la Vérité ?" demandait Pilate au Christ.
Alléluia, on connait la réponse !

Rédigé par : HAL | 6 juin 2018 12:20:43

Seuls ceux qui sont du côté du manche politico -médiatique, pourront mentir, désinformer et manipuler impunément... encore une avancée de ladite "démocratie".

Rédigé par : Exupéry | 6 juin 2018 12:54:52

"la lutte contre la manipulation de l'information"

Hier, la Hollandie choutait du pied l'information jusqu'à la mettre à la corbeille!
La Television en est l'exemple parfait...
de la langue française mise sous le tapis
remplacée,au quotidien, par une gestuelle pointée du doigt en l'air...
à une novlangue argotée au goût rapeux.

Aujourd'hui, la macronie soulève les tapis et vide les corbeilles...
l'information est glissée dans l'obscurité de ce petit coin dont Monsieur Poutine utilisait pour botter ceux qui nous savons...
Mais, plus suptile, la macronie légifère de façon à condamner le petit coin à l'éxil définitif.

Faudra t-il crier au feu...
pour permettre au pompier d'intervenir...
Oui! car c'est la maison France qui brûle.

Rédigé par : jacky.a | 6 juin 2018 17:07:00

"Donnez-moi une phrase de quiconque et je me charge de le faire pendre " disait Fouquier-Tinville .

Rédigé par : Robespierre | 6 juin 2018 17:56:43

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur ce blog tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.






accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige