« Deux députés LR à l'université d'été du Rassemblement national | Accueil | Evangile illustré »

10 août 2018

C’est arrivé un 10 août…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, les bienheureux Claude-Joseph Jouffret de Bonnefont, sulpicien, François François, capucin, et Lazare Tiersot, chartreux, tous trois prêtres et martyrs. Sous la Révolution française, à cause de leur sacerdoce, ils furent détenus, dans des conditions inhumaines, sur un bateau négrier, où ils achevèrent leur martyre.

Le 10 août 1519, en la fête de saint Laurent, la Vierge Marie, accompagnée de saint Michel l'Archange et de saint Bernard, apparaît dans les champs à un homme très pieux nommé Jean de la Baume. Elle lui commande de dire, de sa part, au clergé et à la communauté de Cotignac d'aller en procession, sur le Mont Verdaille, et d'y bâtir une église, sous le vocable de Notre-Dame de Grâces, « pour autant qu'elle voudrait faire plusieurs grâces et faveurs à ceux qui l'invoqueraient en ce lieu ».

Un pèlerin illustre, le Roi Louis XIV, est venu la remercier pour le don de sa naissance. Aujourd'hui de nombreux pèlerinages ont lieu au sanctuaire notamment pour les pères et mères de famille, les couples en désir d'enfant, etc.

Le pape Léon X accorde d'importantes faveurs au sanctuaire par une bulle de 1521.

Tiré de Ceux qui croyaient au Ciel de Geneviève Esquier (Ed. de l'Escalade)

Le navigateur français Jacques Cartier atteint l'embouchure du fleuve qu'il baptise du nom du saint du jour, Saint-Laurent. Il a réussi à convaincre le Roi François Ier de financer un voyage pour découvrir le passage par le nord entre l'Océan Atlantique et Pacifique. Il baptise d'abord ainsi la baie. Plus tard, ce nom est aussi donné au fleuve.

Cette bataille ouvre la voie à l'armée espagnole en direction de Paris. Philippe II d'Espagne et ses 60 000 hommes peuvent marcher sur Paris malgré le manque de ravitaillement. Le duc de Guise rentre d'Italie pour tenter de rétablir la situation. Il parvient à reprendre Calais.

Signé entre les Provinces-Unies et la France, il met fin à la guerre de Hollande qui sévit de 1672 à 1678. La France s'engage à rendre Maastricht et la principauté d'Orange à la Hollande et se retire de certaines forteresses aux Pays-Bas espagnols. En revanche, l'Espagne perd des territoires au profit de la France (notamment la Franche-Comté).

Prise du palais des Tuileries
Jean Duplessis-Bertaux, Musée national du Château de Versailles

Le 10 août 1792, la commune insurrectionnelle de Paris, armée et guidée par les révolutionnaires du duc d'Orléans, grand maître du Grand Orient s'empare du Palais des Tuileries et massacre la Garde Suisse, soit plus de 1000 soldats, au service du Roi de France depuis la bataille de Marignan et le traité de paix perpétuelle entre les deux pays.

Le Roi est arrêté et accusé de trahison. La famille royale va être emprisonnée à la prison du Temple. Bonaparte assiste au saccage du palais des Tuileries et au massacre des gardes suisses par les émeutiers.

Charette reçoit une livraison importante d'armes et de munitions anglaises sur la plage du Bec entre Saint-Jean-de-Mont et Saint-Gilles. Un va-et-vient incessant va durer deux jours et deux nuits entre les huit vaisseaux ancrés au large et la côte. Quatre-vingt chariots de blé repartent dans la nuit du 11 au 12 pour payer la livraison anglaise. Le 22 août Charrette reçoit son brevet de généralissime signé par Louis XVIII et le cordon rouge de la Croix de St Louis, peu d'opérations d'envergures ont lieu cette fin d'été 1795, Charette espérait et attendait la venue du comte d'Artois. Déçu il licencie ses 12000 hommes le 14 septembre 1795.

L'idée de transformer le Louvre en musée naît sous Louis XV. Le projet se transforme en loi le 6 mai 1791. Pour tenter de faire oublier les horreurs du massacre des Tuileries du 10 août 1792, la révolution veut inaugurer le nouveau musée, symboliquement le 10 août suivant. Cela ne peut se faire et a finalement lieu le 8 novembre 1793.

Un incendie, dû à un court-circuit, à la station Couronnes, sur la ligne Porte Dauphine - Nation, fait 84 victimes. Les passagers, priés de sortir, s'entassent sur le quai pour demander un remboursement. Le feu les piège dans la station.

C'est au cours de la conférence de Sèvres que la Société des Nations donne un mandat à la France en Syrie. Il vise à permettre à l'Etat arabe d'accéder à l'indépendance.

Il n'y a pas de blessés. Mais pendant ce temps il se construit au moins une mosquée par semaine en France (source du ministère de l'intérieur). Après avoir volé les biens de l'Eglise, l'Etat français refuse de les entretenir et les laissent s'écrouler, bien que dans le même temps la plupart aient été classés monuments historiques.

 

Posté le 10 août 2018 à 05h55 par Lois Spalwer | Catégorie(s): Histoire du christianisme

Commentaires

Le 10 août 1792 aux Tuileries, face aux émeutiers déchaînés, l'infortuné Louis XVI a manqué à son devoir de roi protecteur du royaume de France confié par Dieu, en dédaignant les offres de service des officiers qui l'entouraient, et qui étaient prêts à se battre et à offrir leurs vies à leur souverain. Le roi avait préféré montrer sa générosité et la charité que lui commandaient sa foi chrétienne...

Conséquences immédiates : les Gardes Suisses massacrés, le roi emprisonné.

Conséquences proches : abolition de la monarchie, massacres dans les prisons parisiennes.

Conséquences lointaines : la terreur, parricide envers le roi et la reine, état de guerre (qui allait durer 23 ans) entre la France et les puissances européennes, déchristianisation programmée, brutalités et exactions envers le peuple chrétien et la paysannerie...

Si un jour, en France, la situation se dégradait au point qu'une émeute (à Paris, une fois de plus) pourrait tout emporter, je prie pour que l'officier commandant ou le responsable à ce moment-là se souvienne de cela, et qu'il donne les ordres nécessaires pour le bien commun et le salut de tous !

Rédigé par : Irishman | 10 août 2018 08:37:13

Suite et fin de mon commentaire précédent : il est troublant de constater le destin analogue de trois souverains : Louis XVI donc, mais aussi Nicolas II et le Shah d'Iran.

Tous disposaient encore de gens et de troupes qui auraient obéi, et qui auraient - peut-être - pu empêcher la destruction de leur trône !

Mais pour ces trois souverains, les racines du mal étaient bien trop longues, depuis trop longtemps, et leur manque de courage et de volonté ont fait le reste...

Conclusion : une manif calme, digne, responsable et respectueuse (la Manif pour tous en est le meilleur exemple) doit être respectée et écoutée, à l'inverse, une émeute doit être réprimée avec la dernière énergie, et tant pis pour ceux qui restent sur le carreau !

Et j'ajouterai encore ceci : au train où vont les choses, et si on ne se réveille pas, un jour, c'est la Manif pour tous avec mères et enfants dans leurs poussettes qui seront exterminés dans la rue !

Rédigé par : Irishman | 10 août 2018 08:50:12

Bravo pour le rappel de la déposition Liénart.

On pourrait ajouter la visite de Mgr Calvet doyen de la Catho de Paris, en 1942 également, à qui Pétain ne demande pas d'obéir aux circulaires sur le STO (voir son livre VISAGES D'UN DEMI-SIECLE°

Rédigé par : g marie | 10 août 2018 09:38:21

Il est intérèssant de voir; je suis domicilié en Suisse depuis de nombreuses années et j'ai par curiosité consulté des manuels d'histoire suisse,à destination des écoles tels qu'ils étaient rédigés jusqu'aux années 1970. Ils relataient l'épisode du 10 août 1792 et rapportaient comment le massacre des gardes suisses avait été appris avec horreur. Celà avait même retardé l'éclosion d'une révolution en Suisse. Il a fallu attendre 1798 et le Directoire pour que des partisans suisses de la Révolution comme Antoine César Laharpe et Pierre Ochs fassent appel aux troupes françaises pour s'imposer et fonder une "République Helvétique" centralisée, simple satellite de la France. Les cantons de Suisse centrale, privés de leurs libertés locales se soulevèrent alors, insurrection qui fut noyée dans le sang. Il fallu attendre la fin de l'Empire en 1815 pour que la Suisse retrouve sa liberté comme état neutre!

Rédigé par : MEIERS | 10 août 2018 12:31:32

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur ce blog tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.






accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige