« La croyance selon laquelle Mahomet s'est envolé sur une jument ailé en passant par Jérusalem | Accueil | Tapage nocturne LREM »

09 août 2018

Réfugiés : l’équilibre du Liban menacé

Communiqué de l'Oeuvre d'Orient :

"Les réfugiés dans les pays voisins de la Syrie spécialement au Liban ont vocation à rentrer chez eux. Il convient d’être attentif à ne pas déstabiliser les équilibres fragiles mis en place depuis des années entre les communautés du Liban. C’est l’avenir même de l’existence de ce pays qui est en cause. La communauté internationale doit mettre en œuvre, en liaison avec les autorités syriennes, les moyens de ce retour, dans des conditions de sécurité et de dignité.

Depuis la fin de la guerre civile (1975-1990), sous couvert de querelles politiques, de tensions religieuses, de rivalités claniques communautaires et de conflits intermittents avec Israël, le Liban n’a jamais vraiment connu de période de paix totale avec les autres et avec lui-même. Par ailleurs, avec la dégringolade du conflit syrien depuis 2011 et la chute de Mossoul puis de la plaine de Ninive à l’été 2014 aux mains de l’organisation Etat Islamique (EI), le Pays du Cèdre a subi un afflux considérable de réfugiés syriens et - dans une moindre mesure - irakiens, venu s’ajouter aux quelques milliers de palestiniens installés au Liban depuis 1948, au point de représenter près du tiers de sa population totale.

Cette situation n’est pas sans poser des problèmes humanitaires et des tensions avec la population autochtone, notamment dans le domaine de l’emploi, brigué par une main d’œuvre syrienne plus que bon marché. Cet afflux de réfugiés, ajouté aux difficultés économiques et sociales, a considérablement augmenté le niveau de pauvreté et creusé le fossé des richesses, à tel point que, selon le rapport 2016 de l’ONG Human Rights Watch, 1/3 de la population libanaise vit en dessous du seuil de pauvreté ainsi que 70% des réfugiés syriens qui dépendent des aides extérieures pour survivre.

Le niveau de scolarité est également en berne. Selon un communiqué de l’ONG Save The Children plus de 500 000 enfants libanais et étrangers vivant au Liban ne sont pas allés à l'école lors de l'année scolaire 2017-2018. (Ce chiffre inclut 59 % des enfants syriens en âge d'être scolarisés). En évoquant le Pays du Cèdre, Jean-Paul II parlait de « message ». Dix-huit communautés religieuses s’y côtoient depuis des siècles. Parmi cette mosaïque, treize sont chrétiennes dont six rattachées à Rome. Les chrétiens représentent aujourd’hui démographiquement 40% de la population."

Posté le 9 août 2018 à 18h12 par Michel Janva | Catégorie(s): Pays : Liban


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige