Selmayrgate : La Commission de l’UE ne croit pas au respect de ses propres règles
Libertés : Emmanuel Macron devrait aussi se méfier des Francs

Ce que nous voulons, ce n’est pas un «choc de simplification », mais une baisse de la dépense publique

De Jean Rouxel dans Les 4 Vérités à propos du prélèvement à la source :

Unknown-17"[...] Les économies que la réforme pourrait engendrer à Bercy sont microscopiques. Il est timidement envisagé de supprimer 4000 postes par an (soit à peine 2000 de plus que ce qui se fait aujourd’hui). Et la plupart de ces suppressions – hypothétiques – n’ont aucun rapport avec le prélèvement à la source et tout avec la numérisation.

Au demeurant, les quelques économies budgétaires seront largement absorbées par le coût de mise en œuvre de la réforme (140 millions d’euros selon un rapport de l’inspection des finances).

En sens inverse, le prélèvement à la source va encore aggraver la faible compétitivité de nos entreprises.

Le même rapport de l’inspection des finances estime entre 310 et 420 millions d’euros la charge pour les entreprises, dont 75 % à la charge des très petites entreprises. Un rapport effectué pour le sénat évalue, quant à lui, le coût de la réforme à 1,2 milliard d’euros !

Et ne parlons pas de l’essentiel : le fait que les contribuables vont assurer la trésorerie de l’État et le fait que tous les domaines qui vivent de la déduction fiscale (des associations aux emplois à domicile) vont sévèrement pâtir de la réforme. Il est encore temps de renoncer. Pour une fois, nous applaudirions l’annulation d’une réforme !"